Bonjour... Je vous préviens : il va falloir prendre des notes ! ...C'est du "lourd", qui arrive là sur votre table de petit-déjeuner entre les céréales, les biscottes, le thé et le café. Et si, en ce moment même, vous êtes déjà installé au volant de votre voiture, en route pour le boulot, regardez bien la route ; il pourrait y avoir quelques turbulences. Accrochez vos ceintures, nous allons parler de ce que France-Soir intitule "le casse-tête du remaniement". Nicolas Sarkozy cherche paraît-il les remplaçants à Michel Barnier et Rachida Dati, tous deux appelés à quitter le gouvernement avant les Européennes. Le Figaro choisit de titrer sur "ces ministres qui affichent au grand jour leurs ambitions". Allez !... Je vous lis carrément le début du papier ; on dirait une scène tirée du Petit Nicolas, ça sent la cour de récréation, ça se passe mercredi 8 avril, quelques minutes avant le Conseil des Ministres. Et voici ce que ça dit (c'est un dialogue) : "Quand même, tu exagères. Je n'arrête pas de lire dans la presse que tu aimerais avoir l'Agriculture. Mais tu sais bien que ce n'est pas en le disant que tu l'auras". (C'est le secrétaire d'Etat aux Transports Dominique Bussereau qui s'adresse à son collègue de l'Aménagement du territoire Hubert Falco). Falco répond à Bussereau : "Ce n'est pas moi qui ai lancé ça !". Anne Rovan, l'auteur de cet article, souligne qu'Hubert Falco a beau s'en défendre, "il a bel et bien fait savoir, il y a quelques semaines, qu'il souhaitait remplacer Michel Barnier à l'Agriculture". Depuis, le maire de Toulon s'est ravisé et annonce officiellement qu'il aimerait voir son secrétariat d'Etat "devenir un ministère autonome". ...On se bouscule au portillon. Anne Rovan continue : "Plusieurs ministres cassent les codes et affichent clairement leurs ambitions : - Nadine Morano pour l'Intérieur, la Défense, ou encore un ministère de l'Education élargi à la Famille ; - Christine Boutin pour l'Agriculture ou la Justice... ...La succession de Rachida Dati fait paraît-il des envieux. Selon Le Figaro, "Jean-Louis Borloo y pense, Xavier Darcos en rêve, Luc Chatel ne refuserait pas". On prend les mêmes (ou presque) et l'on recommence, on refait le coup du jeu des rôles ministériels avec l'article de France-Soir signé Thomas de Rochechouart. Si le nom de Xavier Darcos, "exfiltré" de l'Education Nationale où il est actuellement en difficulté, apparaît là aussi comme possible remplaçant de Rachida Dati, il n'est pas seul : Christine Lagarde est évoquée pour prendre d'assaut le ministère de la place Vendôme. Devenue Garde des Sceaux, elle pourrait elle-même laisser sa place à... Alain Juppé (je vous avais dit qu'il fallait prendre des notes !)... Et ce n'est pas fini ! ...Jean-Louis Borloo, déjà cité dans Le Figaro comme possible prochain Garde des Sceaux (j'en vois qui ne suivent pas !), pourrait récupérer les portefeuilles laissés vacants par Xavier Darcos et Valérie Pécresse ; on lui proposerait -accrochez-vous- "un grand ministère de l'Intelligence". C'est France-Soir qui le dit. Retenez encore que le Président de la République envisagerait de récompenser les radicaux de gauche pour leur soutien à la réforme des institutions (il leur octroierait un poste). Sur la photo du gouvernement remanié, on pourrait aussi voir apparaître Arno Klarsfeld, que Carla Bruni, je crois, connaît bien (mais je ne suis pas dans le secret des dieux). Il manque quelqu'un sur votre photo, Alain... ...Rien ne vous échappe, Eric. En effet, je ne vous ai pas parlé de Rama Yade. Le Figaro le signale : elle "est pour l'instant le seul membre du gouvernement à avoir déclaré publiquement vouloir rester à son poste de secrétaire d'Etat aux Droits de l'homme". Sacrée Rama Yade ! ...Libération lui consacre sa Une. Elle est la personnalité la plus populaire du gouvernement. Le titre de Libé : "La stratégie d'une effrontée". Dans son éditorial, Fabrice Rousselot écrit : "La chouchoute du Président a eu l'habileté de lui tenir tête aux moments opportuns, impertinente juste comme il faut (...) De cette femme avec des valeurs de gauche dans un gouvernement de droite, ses amis disent qu'elle ira loin. Ses ennemis, et ils sont nombreux tant à l'UMP que dans l'opposition, aiment à rappeler que sa carrière sera stoppée net le jour où le Président décidera de se débarrasser de l'effrontée. ..."La stratégie d'une effrontée"... C'est donc le titre de Libé. Quelle stratégie Rama Yade construit-elle ? Dans l'article qui accompagne la Une et l'éditorial de Libération, Alain Auffray et Antoine Guiral l'annoncent "probable candidate aux Régionales de 2010 en Ile-de-France". Elle veut aussi, paraît-il, devenir parlementaire, créer son propre club politique pour "réfléchir à l'après-crise" avec les jeunes de son âge, "la génération sacrifiée des études longues et des CDD". Et puis, elle ne rate pas une occasion de souligner combien l'élection de Barack Obama "ringardise" une France en "régression" pour ce qui concerne la promotion de ses jeunes et de ses élites issues de l'immigration. Et l'on sent poindre tout à coup la seule question qui vaille : Rama Yade songerait-elle à conquérir un jour l'Elysée ? Rama Yade, dites-vous, souhaite créer un "club politique" qui réfléchirait à la place des jeunes dans l'après-crise... La crise, justement, parlons-en !... ..."La crise, parlons-en" : comme vous y allez ! Vous voulez m'attirer des ennuis avec les auditeurs ! J'ai relevé ce matin dans Le Figaro Economie ce titre : "Crise : les médias en parlent trop". En parler conduirait à freiner les investissements des entreprises, c'est ce qui ressort d'un sondage réalisé par le cabinet GN Research pour le compte d'Ethic, un mouvement patronal qui représente plus de 100.000 entreprises. Eh oui, c'est comme ça ! Les Français saturent quand on leur parle de la crise !... ...Bande de petits hypocrites ! Dans La Tribune, voici ce que je lis, sous le titre "La crise, un bon filon éditorial" : "Rétifs d'ordinaire aux livres traitant d'économie, les Français se ruent depuis la rentrée sur les ouvrages leur permettant de comprendre la genèse de la crise la plus dévastatrice depuis 1929". ...Et si vous voulez une bonne nouvelle, en voici une. Elle vous est offerte ce matin par l'autre quotidien économique, Les Echos : "L'économie française entrevoit sa première éclaircie depuis six mois". La production industrielle s'est presque stabilisée en février. France-Soir vous fait connaître en deux pages "les secteurs qui embauchent". Dans La Tribune, cet autre titre sur un secteur qui marche : "Les Français mangent de plus en plus de pizzas". Les enseignes de livraison à domicile multiplient les ouvertures. La France, figurez-vous, est le deuxième pays consommateur de pizzas au monde derrière les Etats-Unis et devant l'Italie. Chacun d'entre nous en mange en moyenne 45 par an (moi, si j'en mange 3 ou 4 dans l'année, c'est déjà le bout du monde... Il y en a donc qui se goinfrent de pizzas ici !). Attention au surpoids !!! Enfin, Alain, vous refermez cette revue de presse sur un peu de poésie... Oui, je vous propose quelques morceaux choisis d'une oeuvre que j'ai dévorée ce matin en parcourant L'Equipe. Ce sont des extraits bruts de l'entretien que l'entraîneur de natation Philippe Lucas a accordé au quotidien sportif. Vous allez pouvoir le constater vous-même, ça vaut largement Musset, Rimbaud et Mallarmé. A propos du sponsoring -je cite donc Philippe Lucas- : ..."Il n'y a pas de secret, tout est dans l'image. Si vous mettez un boudin de 80 kilos qui fait championne olympique du 100 mètres brasse, personne ne va mettre une bille dessus, à part la boucherie du coin". Concernant, maintenant, le collège des entraîneurs : ..."Les réunions, ça m'emmerde. On peut avoir un costard, un attaché-case, il n'y a qu'un truc qui parle : le palmarès". Sur Laure Manaudou, enfin : ..."Le talent, elle l'a. Si elle nageait avec les nouvelles combinaisons, elle mettrait une danse à tout le monde". ..."Le truc avec Laure, c'est qu'elle n'aime pas s'entraîner. Regardez le Rital (Paolo Penso, qui l'a dirigée à Turin), son frangin, Horter, Barnier : ils ont tous fait un saut périlleux au bout de trois mois. Moi, j'ai tenu cinq ans et demi : record du monde !" Et quand José Barroso, de L'Equipe, demande à Philippe Lucas si la saturation de Laure Manaudou ne vient pas aussi de la méthode d'entraînement qu'elle a suivie depuis l'âge de 14 ans, l'ex-entraîneur de la championne répond : "Ecoutez, elle a été championne d'Europe, du monde, olympique, ça ne se fait pas avec 3 kilomètres par mois (...) Regardez les Pellegrini, Hoff, Phelps... Vous croyez qu'ils ne s'en mettent pas dans le cornet ? Un champion, ça se construit. Même si ça ne se fait pas toujours dans la douceur". Fin de citation. ...Et pis c'est tout !

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.