On se demande, certains matins, pourquoi la presse ne s'étrangle pas d'indignation... Je vais vous lire longuement un article de Libération, ce matin, à propos de l'Algérie... Autant dire les choses : c'est d'une violence quasiment insupportable... "Depuis deux semaines, l'horreur est de retour à Hassi Messaoud... Dans cette ville du grand sud algérien, ces dernières semaines, des femmes ont été suivies, attaquées chez elles, battues, parfois torturées, souvent violées, systématiquement dépouillées de leurs biens, et enfin menacées de mort si jamais elles parlaient... Les agresseurs sont des hommes, semble-t-il du coin, agissant en bandes, armés de grands couteaux, de gourdins et de hâches... Les victimes sont des femmes seules, originaires du nord de l'Algérie, venues chercher du travail dans cette ville pétrolière... Hassi Messaoud est le coffre-fort du pays... C'est de là que provient une bonne partie de l'or noir, qui représente 95% des exportations... Le chômage, endémique en Algérie, est à l'origine de l'installation d'un grand nombre de femmes seules dans cette région... région ultra-conservatrice... La sur-représentation des femmes sur le marché du travail attise les frustrations des hommes, bien souvent réduits au chômage"... L'article est de Christophe Ayad... La presse avait déjà un peu parlé de cette ville d'Hassi Messaoud... Car la barbarie avait déjà frappé, il y a huit ans, en 2001... Des horreurs similaires s'étaient produites... Les hommes étaient fanatisés par un imam local... La police ne fait rien... Des femmes qui ont déposé plainte se sont entendu dire qu'elles pouvaient s'estimer heureuses de ne pas avoir été tuées, ou qu'elles n'avaient qu'à aller ailleurs... Les quelques condamnations prononcées l'ont été en l'absence des accusés, en fuite... Et l'Etat ne fait rien pour les aider à vivre après cela... Pour briser le silence, un livre a tout de même été publié sur les événements de juillet 2001... Deux femmes racontent... Le livre s'appelle "Laissées pour mortes"... (Nicolas Demorand : "8hxx... Suite de la revue de presse... Echos de l'Elysée")... Evidemment, après ce qu'on vient d'entendre, tous les sujets semblent anodins... Mais le climat à l'Elysée a des répercussions sur la façon dont nous sommes gouvernés... Et le pouvoir essaie toujours de sortir de la séquence, compliquée depuis les Régionales, entre impopularité et rumeurs... "Sarkozy veut remettre l'Elysée en ordre de marche", titre ce matin Le Figaro... réflexion en cours pour que les conseillers travaillent de manière plus efficace... Selon le journal, le pouvoir se resserre un peu plus autour du secrétaire général Claude Guéant... La réunion quotidienne de 8 heures et demie sera plus restreinte et plus technique... A moyen terme, selon Le Figaro, Claude Guéant pourrait quitter l'Elysée et prendre la tête d'un ministère... Quant au départ de François Fillon après la réforme des retraites, il n'est plus si évident que cela... "Nicolas Sarkozy recadre le travail de ses conseillers à l'Elysée", confirme Le Monde... encore un article basé sur des confidences de proches du chef de l'Etat, qui ne sont pas cités nommément... On se demande toujours qui parle et pourquoi... En tout cas, là encore, un homme est au centre du papier : Claude Guéant... Le bras droit du Président, parfois surnommé "le cardinal" dans la presse, serait plus affaibli qu'on ne le dit, à en croire Le Monde... Sa pose en vice-Président agace l'appareil d'Etat... Mais on ne peut pas virer un secrétaire général : on le promeut ministre... Et malgré ces réorganisations, le pouvoir ne parvient pas à sortir de cette séquence des rumeurs... Nouvelle illustration avec la présidence de France Télévisions... Le nom d'Alexandre Bompard (présenté partout comme votre poulain, Alain Minc) est sorti ce week-end dans la presse... Pas de confirmation officielle... Ce qui est certain, c'est que l'actuel président de France Télévisions, Patrick de Carolis, va partir dans la posture du rebelle... Hier, le conseil d'administration a voté la suspension de la privatisation de la régie publicitaire : 10 voix contre 5 (les 5 représentants de l'Etat)... C'est "le baroud d'honneur de Carolis", selon Le Figaro... Deux arguments contre la privatisation : l'incertitude sur la publicité avant 20 heures sur les antennes de France Télévisions ; et les nombreux conflits d'intérêts qui entachent ce dossier... On en a parlé avant cette revue de presse... (ND : "Trois articles à contre-courant, pour continuer")... Le premier, on le trouve sur le blog de Jean Quatremer, correspondant de Libération à Bruxelles... C'est l'un des rares journalistes qui parlent de l'Europe sans langue de bois... Illustration avec le billet posté hier sur la mort du Président polonais... Pour Quatremer, une partie des hommages qui sont rendus au défunt Président sont incroyables... "Comme si la mort avait transfiguré cet homme réactionnaire, sectaire, eurosceptique, brutal, en véritable icône, alors qu'il a été le pire Président que la Pologne ait jamais eu... Je refuse de verser la moindre larme de crocodile... Il aura finalement été le dernier représentant d'une certaine Pologne rancie : rejet de l'avortement, refus de reconnaître des droits aux homosexuels... Il faut espérer que la mort de Lech ne permettra pas à son frère jumeau Jaroslaw de se faire élire à sa place, car il est encore bien pire"... A contre-courant aussi, comme souvent : L'Humanité... La presse détaille le rapport du Conseil d'orientation des retraites (le COR)... "Des prévisions affolantes", selon Les Echos... "Des chiffres qui donnent le vertige", pour Le Monde... "L'état d'urgence", pour Le Figaro... Si rien n'est fait, il manquera, en 2050, 2600 milliards d'euros pour financer les retraites... Dans Le Monde, le dessinateur Sergueï résume la situation : "Une France sans chômage...", s'exclame une jeune femme... (points de suspension)... "...ne suffirait pas à financer les retraites", répond une vieille dame. C'est ce qu'établit le rapport du COR : même le retour au plein emploi ne comblerait pas tous les déficits... Pour Le Monde, il faudra donc des mesures de redressement très volontaristes, sur la longue durée, et en jouant sur toute une série de paramètres... Alors on en vient à L'Humanité... L'Huma pour qui ce rapport n'est qu'un "épouvantail"... "On veut faire peur aux salariés, écrit Patrick Apel-Muller, et truquer les termes du débat"... Pour l'éditorialiste, "pour trouver des ressources, il faut regarder du côté des revenus financiers : spéculation boursière, stocks-options et dividendes versés aux actionnaires"... Et puis le troisième article est intitulé "Temps perdu"... C'est l'édito de Nicolas Fostier, dans L'Union de Reims, à propos des deux journalistes de France 3... Plus de 100 jours qu'ils sont otages en Afghanistan... 100 jours que, sur consigne de l'Elysée et du Quai d'Orsay, on adopte la stratégie du silence pour faciliter les négociations... "Il est là, le temps perdu, selon Nicolas Fostier... C'est une politique de la tête dans le sable, au revers aussi stupide que néfaste... Si le pire vient à se produire, on pourra désormais affirmer que cette méthode n'est définitivement pas la bonne... Ce sera une maigre consolation"... (ND : "Quoi d'autre, dans la presse, Bruno ?") Quelques sujets de vie quotidienne, et qui font causer... Dans Auto Plus, "la liste 2010 des voitures qui tombent le plus en panne"... Je vous cite les 8 qui sont à la catégorie "abonnées" (abonnées aux pannes) : - il y a 4 Renault : la Laguna II, l'Espace IV, la Mégane II et la Scénic II ; - il y a également 2 Opel : la Corsa et la Mériva ; - une Ford : la Focus II ; - et enfin une Peugeot : la 307... La bagnole à la Une du Parisien également... Est-ce qu'on va vers une interdiction des quais aux voitures à Paris ?... Bertrand Delanoë présente aujourd'hui un plan de réaménagement des quais de Seine... Sur une partie, les voitures seraient totalement interdites... Sur une autre partie, elles devraient davantage partager avec les vélos et les piétons... Et puis, à deux mois de la Coupe du Monde, le sujet qui va faire couler le plus de salive dans tous les cafés des sports : qui doit être titulaire en équipe de France ? Le journal L'Equipe présente sa sélection aujourd'hui.. Dans ce Onze idéal, il n'y aurait ni Benzema, ni Anelka, ni Vieira, ni Abidal... Thierry Henry serait attaquant de pointe... Franck Ribéry, meneur de jeu... Yoann Gourcuff reculerait d'un cran et passerait millieu de terrain... Recul également pour Toulalan, qui deviendrait défenseur central, si les journalistes de L'Equipe étaient à la place de Raymond Domenech... (ND : "Et puis c'est mercredi, jour des sorties au cinéma")... "Est-ce un crime de faire un film ?", se demande l'édito de Première, ce mois-ci... référence à deux films qui sortent aujourd'hui et qui ont été tournés dans la clandestinité : "Téhéran" de Nader T. Homayoun, et "Nuit d'ivresse printanière" du Chinois Lou Ye... Et puis, plus léger, reportage sur l'un de ces métiers qui font le cinéma : les maquilleurs... Qui d'autre touche la peau des actrices et des acteurs tous les matins pendant plusieurs mois ?... "Nous sommes le premier regard... Nous saisissons quantité d'informations sur l'état de l'actrice : son sommeil, sa forme, son énergie, à travers un rapport tactile"... Sur quatre pages, dans Première, des maquilleurs racontent leur passion, leurs rapports avec les vedettes... Et puis leurs trucs... "Quand un film se déroule sur plusieurs décennies, on fait en sorte que le vieillissement colle à l'histoire, mais aussi qu'il soit cohérent par rapport aux futures rides de l'acteur"... Drôle de pouvoir, quand même, que celui de deviner le futur visage d'une star quand elle sera vieillissante, ou de pouvoir la rajeunir en trois coups de pinceau et un soupçon de blush... Remember "Dorian Gray", le personnage d'Oscar Wilde... Wilde qui rendait hommage aux maquilleurs avec cette citation : "Il n'y a que les esprits légers pour ne pas juger sur les apparences... Le vrai mystère du monde est le visible, et non l'invisible"... Bonne journée...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.