Donc, il n'y a qu'une question ce matin... Faut-il augmenter les salaires ?... Parce que... bon d'accord... le thème de la conférence organisée par le Premier ministre aujourd'hui est plus large que ça... une conférence sur l'emploi et les revenus... Mais le résumé, dans les journaux, c'est quand même bien ça... faut-il augmenter les salaires ?... Alors c'est rien de dire qu'elle est attendue, cette conférence... Attendue, soit... En même temps... Personne n'en attend de miracles... D'abord pour une question de calendrier... "La conférence qui se tient aujourd'hui court le risque de ressembler à un raout surréaliste, compte tenu du moment où elle se tient"... C'est Alexandre Morel qui est quelque peu sceptique dans La Montagne... Scepticisme également d'Hervé Chabaud dans L'Union... "Coup médiatique ou vraie volonté politique... A moins de 5 mois de la Présidentielle, on craint forcément que la forme domine le fond"... On n'ira pas jusqu'à dire que le Premier ministre s'agite tout seul sur le registre du "SOS, j'existe !", ironise Pierre Taribo, dans L'Est Républicain... "Et on n'organise pas un Grenelle du dialogue social à 5 mois d'une élection présidentielle, quand le budget est voté, les caisses peu remplies et les grandes décisions reportées"... Alors il y a quand même des optimistes ce matin... Paul Burel, dans Ouest-France par exemple... "Paradoxalement, écrit-il, cette conférence nationale ne tombe peut-être pas si mal... Parce que le chantre du contrat première embauche, soucieux de se faire pardonner les errements de sa politique sociale, ne peut arriver les mains vides... Il faudra donc qu'il fasse des annonces tangibles"... Bien ou mal choisie, la date... Ce qui est sûr, c'est que c'est pas trop tôt, pour Le Républicain Lorrain... "Il était temps !", soupire Pierre Fréhel... "La campagne de dénonciation de la fracture sociale, c'était il y a 12 ans"... L'éditorialiste rappelle les conclusions du récent rapport de Jacques Delors... "Un salarié sur 5 est pauvre... et 40% des Français voient leurs revenus annuels diminuer"... Fréhel qui analyse... "Cette insécurité sociale correspond en fait à une insécurité économique... Un grand nombre d'entreprises sont exposées à une impitoyable concurrence internationale... Et c'est peut-être bien sur cet écueil-là que la présentation du Premier ministre aujourd'hui pourrait tourner court"... Alors tourner court, pourquoi ?... Les explications sont à lire dans Le Figaro... Le MEDEF est furieux, explique le journal... Laurence Parisot, reçue avant-hier à Matignon, ne cache pas sa colère... Mais dans l'entourage du Premier ministre, note Le Figaro, on s'en moque, sur le thème... "La conférence, c'est nouveau, ça vient de sortir... Donc forcément, les patrons sont contre"... Ca donne une idée de l'ambiance autour de la table aujourd'hui... Alors, en fait... explique le quotidien... C'est la méthode que conteste la présidente du MEDEF... On lui avait présenté la conférence comme une journée d'analyse des blocages de la société française... avec quelques grands thèmes... Pourquoi crée-t-on peu d'emplois en France ?... Pourquoi, même en période de forte croissance, le chômage reste-t-il plus élevé dans notre pays qu'ailleurs ?... Comment fait-on pour créer plus de croissance ?... Etc... Mais cette partie "analyse", déplorent les patrons, a disparu au profit d'une série d'annonces... Alors, face au MEDEF... les syndicats... Eux, des annonces, ils en attendent... Mais en même temps... toute la presse le dit ce matin... les syndicats, ils se rendent à cette conférence pour le moins dubitatifs... Dubitatifs, mais pleins d'idées... C'est ce que Bernard Thibault, de la CGT, a appelé hier "les listes au Père Noël"... Le Figaro et L'Humanité les passent en revue, ces propositions... Moratoire sur les loyers dans les grandes villes... Aides à la complémentaire santé pour tous les salariés... Ca, c'est du côté de la CFDT... La CFTC et FO veulent rendre les contrats précaires plus onéreux pour les entreprises... La CGC demande un SMIC cadre... Le SMIC, c'est aussi le numéro 1 de la liste de la CGT... un SMIC à 1.500 euros... Un SMIC à 1.500 euros... C'est à ce sujet que Maurice Ulrich consacre son édito, dans L'Humanité... Il revient sur la présence, lundi matin, dans ce studio de France Inter, du Premier ministre... "La voix de Dominique de Villepin vibrait d'une émotion contenue quand il s'interrogeait... "Comment fait-on pour vivre avec 1.500 euros par mois, avec 500 euros de loyer ?"... On comprend assez bien que le Premier ministre puisse être perplexe... Il est plus que probable qu'il n'en a pas la moindre idée... Et Maurice Ulrich, du coup, propose une émission de télé-réalité... où l'on enverrait quelques énarques et autres chefs d'entreprise vivre trois mois dans une cité de banlieue, avec 1.500 euros et 500 euros de loyer... En banlieue forcément, parce que, pour 500 euros, pas la peine de chercher un appartement à Paris... Et pourtant... c'est encore L'Humanité qui le constate... le Premier ministre n'aurait pas besoin d'aller voir très loin... Qu'il jette donc un coup d'oeil sur les feuilles de salaire des fonctionnaires... ceux de la Territoriale, catégorie C... les employés et les ouvriers... Ils constituent 74% de cette fonction publique territoriale... Et leur salaire moyen net, eh bien c'est 1.395 euros par mois... Les salaires... le pouvoir d'achat... Eh oui, "Villepin tient la caisse"... C'est Libération qui titre ainsi, en Une... Parce que, pour le journal, "la vie chère vaut bien une conférence"... Libé qui s'est donc penché sur cette vie chère... et qui liste les plus grosses envolées depuis le passage à l'euro... Entre novembre 2001 et novembre 2006, l'indice des prix a augmenté en moyenne de 9,9%... Alors ça, c'est le chiffre officiel... Parce que cette moyenne, elle est mise à mal par quelques exemples de dépenses quotidiennes... Bon, pas de véritables surprises... +13 et demi % pour le prix du pain... 55,5% pour les cigarettes... Et quand on a une voiture, +29,4% du côté des réparations dans les garages... Et, coup de massue : 64% de plus pour l'essence... Dans ces conditions, ce ne sera pas facile... analyse Jean-Michel Thénard dans l'édito de Libération... ce ne sera pas facile de changer la vision noire qu'ont les salariés de l'évolution de leur pouvoir d'achat... Aucun ne se sent aujourd'hui à l'abri d'un déclassement majeur... Et l'éditorialiste rappelle le sondage de L'Humanité, la semaine dernière, dans lequel la moitié des personnes interrogées disait avoir peur de se retrouver un jour SDF... Du coup, beaucoup de questions... Peut-on se fier à la hausse officielle des prix ?... Les lecteurs internautes de La Tribune ont voté hier... Et la réponse est publiée ce matin... "Non", à 87%... Autre question... Peut-on augmenter les salaires ?... Alors, en gros, c'est "p'têtre ben que oui, p'têtre ben que non"... C'est à lire également dans La Tribune... Du côté du "oui"... Jean-Paul Fitoussi, le président de l'Observatoire français des conjonctures économiques... "Oui, si l'Europe fait le choix de la croissance"... Pour le "non"... Patrick Arthus, chef économiste d'IXIS-CIB... "Non, parce que la faiblesse des gains de productivité ne le permet pas"... Alors, oui ou non, reste que... pour 45% des salariés... le niveau de salaire est la principale préoccupation des mois à venir... C'est ce que montre, ce matin, un sondage IPSOS publié par Les Echos... Un sondage où l'on constate également que près de 3 salariés sur 4, et 94% des employeurs, jugent nécessaire une diminution des charges payées par les entreprises... Réforme attendue également sur la durée du temps de travail... "Travailler plus de 35 heures" est réclamé par 82% des patrons... Pas de surprise... Mais également par 51% des salariés... Des salariés qui sont plus nombreux à estimer qu'ils ont eu globalement plus à perdre qu'à gagner avec la RTT... Et en guise d'analyse de ce sondage... les propos de Louis Chauvel, sociologue... C'est toujours dans Les Echos... "Les salariés et les patrons sont réalistes sur l'évolution des salaires... On voit mal aujourd'hui d'où pourrait venir la croissance... Notre système privilégie avant tout les rentiers... Et avec ce type de politique économique, les salariés et les entrepreneurs sont dans une situation de blocage"... Un système pour les rentiers... pour ceux qui ont de l'argent... Eh bien, ce n'est même pas sûr... Parce que, pour finir... cette info... grave pour certains, anecdotique pour d'autres... "Johnny se tire en Suisse"... C'est comme cela que le titre France-Soir... Pour payer moins d'impôts, Johnny Hallyday va donc vivre six mois de l'année chez les Helvètes, où réside déjà son fils David... Solidarité nationale contre regroupement familial... Bonne journée...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.