Faire confiance... inspirer confiance... Auditeurs, lecteurs, téléspectateurs d'un côté... journalistes de l'autre... Dans LA CROIX ce matin, la 20ème édition du baromètre sur la confiance des Français dans les médias... Et ce constat en Une... "Les Français attendent mieux"... Vingt ans que ce baromètre de la Sofres existe et vingt ans que le constat est inchangé, souligne Guillaume Goubert. Alors oui, cette méfiance persistante, il faut s'en inquiéter, explique l'éditorialiste, mais en même temps, il ne faut pas désespérer... "Car cette édition confirme que la demande d'information des Français va plutôt croissant au fil des ans". Avec ce baromètre... c'est un peu : regard sur le passé... Comment les évènements de 2006 ont-ils été traités ? 81% des sondés jugent que les médias en ont trop fait sur le coup de boule de Zidane... 52% pas assez sur le réchauffement climatique... Alors il y a quand même des sujets qui ont été traités comme il se doit selon une majorité de personnes interrogées... la baisse des morts sur les routes... ou encore l'action des Enfants de Don Quichotte en faveur des SDF... Mais bon... la question cette année... c'est celle de l'indépendance... L'indépendance des journalistes face aux pressions politiques et économiques... Et là le résultat des réponses, c'est : la méfiance... 63% des personnes interrogées pensent que les journalistes ne résistent pas aux pressions des partis politiques et 60% à celles de l'argent. Méfiance et critiques donc... Une critique des médias... ce n'est pas le moins intéressant de cette enquête... instrumentalisée par les politiques... C'est Hélène Risser qui l'explique... Hélène Risser décrypte dans son livre "Faiseurs de Rois", les relations complexes qui unissent la sphère politique, l'univers médiatique et l'opinion publique... Et donc elle analyse que les politiques ont intégré cette défiance à l'égard des médias dans leur stratégie médiatique... Il y a quelques années, à l'exception de Jean-Marie Le Pen, peu de responsables politiques s'en prenaient à la presse... Aujourd'hui, de Bayrou à Royal, la critique des médias est devenue un discours récurrent. Alors comment retisser la confiance, demande LA CROIX... Une proposition de la chercheuse journaliste... Réformer la manière d'interviewer les politiques... Ne plus craindre de leur déplaire... Exiger d'eux qu'ils répondent aux questions posées... Un changement culturel qui serait radical en France... En conclusion de ce sondage quand même... un satisfecit... pour nous gens de radio... puisque la radio apparaît comme le média le plus crédible. Alors pour être honnête, en 2006, la crédibilité de tous les supports d'information a augmenté... Premier donc la radio à 57%... dernier, Internet en hausse constante à 30% de confiance. Alors la confiance... Eh bien la confiance, elle se forge d'abord par la manière de présenter les choses, de les dire. Et sur ce thème, TELERAMA s'intéresse cette semaine "aux mots des candidats"... Les candidats à l'Elysée bien sûr... "Au-delà des mots, que veulent-ils dire ?" C'est la question du magazine... Et pour le décryptage, TELERAMA en appelle aux linguistes, sémiologues et autres philosophes du langage... Parce que "quoi qu'en disent les communicants, les mots importent plus que le tailleur et le sourire, plus que les talonnettes ou la combativité... les mots, ils ont une vie, ils ne se désintègrent pas tous juste après le 20h". Prenez par exemple le mot "travail"... Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy l'emploient à profusion... mais pas avec le même sens... Le candidat de l'UMP souligne surtout qu'il faut le revaloriser... La candidate socialiste lui donne une valeur morale et emploie de plus en plus le mot "salarié"... A l'UDF sur le même thème, François Bayrou utilise le terme "entreprise" et Jean-Marie Le Pen, l'expression "peuple laborieux"... Intéressant également dans cet article de TELERAMA, l'emploi des pronoms "je, ma, moi, mon"... par Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal... Là, ils se battent sur le même terrain, analysent les chercheurs... C'est un peu "on efface tout et on recommence"... chacun se présentant à sa manière comme l'homme ou la femme d'une époque nouvelle. Le bon vieux "nous" a disparu des meetings, sauf chez Marie-Georges Buffet et Arlette Laguiller, note TELERAMA. Pour finir sur cette longue enquête, ce constat : "il n'y a quasiment plus rien de spontané dans le discours des candidats"... Explications... la spontanéité, c'est terrain miné... On ne parle bien que de ce qu'on connait bien... L'improvisation réussie repose toujours sur une longue réflexion... or aucun des prétendants ne semble avoir le bagage culturel et politique nécessaire à la spontanéité... Et les linguistes de constater le manque d'étoffe littéraire de Royal et Sarkozy... et de regretter les Mitterrand et de Gaulle... Alors puisque l'on parle de campagne... Les chiffres font toujours la Une des journaux... Les suites des questions d'hier sur le coût des programmes des uns et des autres... Et là, L'HUMANITE s'insurge... "Cet argent qu'on vous cache"... et le journal de dénoncer les profits boursiers, les dividentes, les exonérations... autant de richesses, selon l'Huma que l'on pourrait affecter à une réelle politique de gauche. Comme en réponse, la Une du FIGARO... "ISF, l'exil fiscal s'accélère"... le FIGARO a enquêté et rapporte ce matin que depuis 1997, entre 24 et 32 milliards d'euros se sont évaporés de l'hexagone... un mouvement qui s'est amplifié ces dernières années. LE FIGARO qui explique que deux contribuables s'évadent chaque jour de France et que le profil de ces "évadés" fiscaux a changé... ils sont plus jeunes et ont un patrimoine plus modeste. En fait ce qui a changé, analyse LE FIGARO, c'est que "quitter la France ne fait plus rougir... Quand on quitte la France pour des raisons fiscales, c'est sans état d'âme... Certains cabinets de conseil ont même des services clé en main... du montage fiscal à la recherche d'un appartement, en passant par l'inscription des enfants à l'école. Cela dit, que les patriotes fiscaux se rassurent... LE FIGARO conclut que tout de même, on ne quitte jamais la France le coeur léger. Alors, campagne toujours... Campagne et compagnons... La Une de LIBERATION... "Elysée : une affaire de couples"... Comme un goût de St Valentin... puisque le journal note que les conjoints des deux principaux candidats à la présidence de la République jouent un rôle essentiel dans la campagne... "Le sommet de l'Etat se gravit en tandem" constate LIBERATION... avec tout de même cette nouveauté : le mariage n'est plus un passage obligé pour un présidentiable... et la famille recomposée n'est pas un handicap. Alors au-delà de Nicolas Sarkozy et de Ségolène Royal... LIBERATION cherche les conjoints des autres candidats... La Babette très discrète de François Bayrou qui goûte peu les grandes messes médiatiques... Le Pen au féminin s'appelle Jany... et elle a reconnu qu'elle ne s'imaginait guère vivre à l'Elysée... Olivier Besancenot, c'est le "facteur mystère"... tout au plus sait-on qu'il vit avec une fille et qu'il a un môme, confie Alain Krivine... Chez les Verts, c'est Voynet en solo... Dominique Voynet affirme vivre seule avec Jane, sa seconde fille... De Monsieur Buffet, on ne sait presque rien... Quant à Arlette Laguiller c'est secret... pour l'état-civil en tout cas, elle est célibataire, un point c'est tout. "Ma puce... mon petit coeur... mon ange"... Plus original "mon bibounet... ma petite girafette... ma choucarde"... Autant de mots doux qui débutent les messages désormais traditionnels du cahier St Valentin de LIBERATION... Des messages d'amour... à lire pour le plaisir... Et si vous voulez les lire dans une langue étrangère... des messages du même genre en allemand dans le SUEDDEUTSCHE ZEITUNG... en espagnol dans EL MUNDO... Outre-Manche également on célèbre bien sûr la St Valentin... et THE TIMES s'enthousiasme pour les bains de chocolat que partagent les amoureux... Il paraît que ça se passe comme ça en Chine...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.