L’Obs, l’Humanité et le Courrier de l’Ouest disent l’engagement des jeunes, la Provence dit la Busserine frappée par le meurtre d’un caïd, le Figaro et le Point s’inquiètent des impôts des riches, l’Indépendant raconte un hôpital humiliant un couple de femmes devant son fils, le Monde dit l'argent du génocide rwandais.

En un roman-photo vrai, la France de Denain,  l’Obs, la Croix, le Monde

Et la jeunesse prend la presse ce matin... 

La jeunesse qui va « sauver le monde », proclame l'Obs, « un coup de jeune pour le climat » dit l'Humanité, et on déborde de sève à la veille de ces grèves des jeunes pour le climat, l'apprentie comédienne Ivy Boileau fait la une du Courrier de l'ouest, elle mange bio et s'habille de fripes pour ne pas alimenter la mode jetable, qui épuise l'eau...

Mais il ne s'agit pas que du climat, et l’Obs est un patchwork d'engagements, d'où émerge une mouflette de onze ans... La canadienne Carlie Weinreb, qui milite pour que l'on taxe les robots,  sa conscience est née par les machines qui dans les fast foods prennent les commandes à la place des humains... 

Belle jeunesse d'espérances mais qui dans l'Express agace un vieux, Laurent Alexandre, médecin et entrepreneur et auteur à succès de livres sur le futur, il refuse qu'on impose aux jeunes, bientôt sous Prozac, la charge de la planète, la jeunesse devrait profiter de la vie...

Profiter. Je regarde alors des vingtenaires qui enfants aimaient le karting et  désormais pilotent en Formule un, le normand Pierre Gasly de Red Bull est dans Ouest France et son objectif, « c'est la gagne », Charles Leclerc est dans Monaco matin, le journal de sa ville, il est un prodige à 21 ans et pilote pour Ferrari, et les légendes du passé ne le troublent point. Ils profitent ceux -là, tout le monde en est-il capable... 

Dans l'Obs encore, un autre jeune me prend qui aime aussi la voiture mais dans un autre style, il a transformé une vieille Ford Fiesta, il s'appelle Tanguy, il  a les traits coupants et le regard sérieux dans quelques photios que l'on n'oubliera pas. Il envoie un SMS, "tellement je suis content" à ses parents quand il réussit son BTS, il trouve un travail et conduit la nuit des 500 kilomètres pour livrer des brioches dans des maisons de retraites, il va le dimanche avec sa compagne et des cousins sur une base de loisir, juste en famille, les amis, on a moins confiance... Et ce jeune se sauve lui-même et s'il profite, c'est à sa mesure et c'est énorme déjà quand on est est à Denain, la ville la plus pauvre de France; où un photographe, Vincent Jarousseau, a passé deux ans à suivre des familles qui achètent la viande bientôt périmée en promotion, et n'en sont pas moins nobles. Il les raconte sous une forme qui fut populaire, le roman-photo: des répliques vraies sous de vraies photos, son livre s'appelle les racines de la colère, inspiré de Steinbeck, vous le voyez dans aussi dans la Croix et le Monde commenté par Florence Aubenas, ce n'est pas un hasard tant il répond  à cette justice que l'on doit au territoires oubliés et à un besoin de reportages en france...

Dans la Provence, je lis la cité de la Busserine où un caïd local a été abattu; au même moment, des enfaNts de la cité revenaient de répéter un spectacle à l'Estaque et accompagnaient leurs mamans voir de la danse, et la mort a interrompu l'insouciance...  Une enfant de 14 ans raconte comment un peTit garçon de 9 ans bégaye en racontant la fusillade, "ce n'est pas normal pour un petit." 

Dans l’Union, je lis qu’à Cormentreuil, dans la Marne, d'une bagarre de bandes, un adolescent, a tiré, au fusil, dans un décathlon. 

On parle des impôts également...

Qui pourraient baisser si tous les maires de France étaient comme celui de Talence qui fait baisser les siens, c'est  la une de Sud Ouest, édition de Bordeaux, l'édition de La Rochelle, elle, se prépare à l'arrivée de la nappe polluante venue d'un navire italien naufragé... Les impôts font la Une du point et celle du Figaro qui s'inquiète des velléités de la majorité de sortir du grand débat en taxant les riches. Le Point explique dans un dossier rationnel que les injustices sociales ne sont pas combattues efficacement par cette injustice fiscale que subissent ces classes moyenne supérieures, vaches à lait de l'Etat  et qui sont aussi les lecteurs du journal... Plus que les contributeurs du Grand débat que moque le Point, en publiant quelques perles: Claire dénonce, je cite le Point, "avec beaucoup de force mais peu d'orthographe", "les frais banquaires lié à un dépassement de découvert"... Cela existe, pourtant les découverts, confrères? Le point - féconde contradiction- interroge quelques pages plus loin le député François Ruffin, qui se veut l'écrivain des humbles.

Et la presse est happée par les voix des vaincus. 

Parlera-ton des pauvres ce soir, sur France 2, quand l'Emission politique opposera Marine Le Pen affrontera et la ministre des affaires européennes Nathalie Loiseau, ou parlera-t-on en grand de la france? Cécile Cornudet, dans les Echos, remarque ceci, que Mme Loiseau ne ménage pas Mme le Pen, qu'elle assimile à un parti de l'étranger, « dès qu'elle a un problème, elle va a Moscou ou elle appelle Rome »...

Ah la France! Ayant entendu ici nos révélations sur la fourniture d'armes françaises au pouvoir rwandais, il y a 25 ans, vous lirez avec une passion dévastée l'enquête en trois volets du Monde sur le financement du génocide, il passa par la France, par un compte de la BNP, il profite encore à des assassins, dont une centaine, profiteraient, tranquillement de notre pays...

Il est aussi de la beauté...

En France et- en Europe, à Maastricht dit le Figaro, où se tient une foire des antiquités, le TEFAF et vous resterez éblouis devant la finesse des collerettes en dentelle d'Ana et Isabel d'Aragon, miniature de 1598, et voilà l’Europe, et les journaux nous auvent, alors, de ce qui nous envahit, on y revient pourtant.  

Dimanche dernier à Perpignan, deux parents amènent leur fils aux urgences, et veulent l'accompagner au près des médecins, mais on les empêche, seule la maman peut accompagner l'enfant leur dit-on... Et l'autre maman, qui exercer aussi bien l'autorité parentale, est repoussée... Il s'agit d'un couple de femmes, aussi légitime l'une que l'autre auprès de leur enfant, mais l'hôpital de Perpignan en a décidé autrement,  c'est dans l’Indépendant, qui me laisse avec cette mesquinerie qu'aura rencontré bien jeune un petit perpignanais. 

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.