Et Rue89 raconte dans ses "Tinder surprises" la loose des trentenaires aux prises avec une application de sexe illusoire. Le Figaro nous alerte contre les cabinets anglo-saxons, qui aident les juges américains... Les poisons des roses coupées dans Télérama, Saint-Exupéry en regret d'une vie de jardinier dans le Un.

Couple de senior
Couple de senior © Getty / lechatnoir

On parle de sexe ce matin...

Le sexe lumineux du troisième âge illustré dans Libération, de couleurs gaies et acidulées, quand des seniors posent, habillés, dans des positions sans ambiguïtés, Vieux comme Eros, mais cette lumière est celle d'une étoile morte car en réalité, le sexe est en récession, le sexe est en sécheresse, il s'efface peu à peu de nos vies réelles et surtout de la vie des jeunes générations...   

C'est une revue américaine qui l'affirme, The Atlantic, vous pouvez lire gratuitement sur son site un article fleuve, sur ces jeunes gens qui font moins l'amour que leurs parents et de moins en moins, et plus tard, on commençait au pays-bas à 17 ans et un mois en 2012, à 18 ans et demi en 2017. Ce sont des statistiques imparables venues des pays développés et ensuite viennent les explications. Il y a l'individualisme sexuel, comprenez la masturbation, sa pratique a doublé depuis les années 90 chez les mâles américains et triplé chez les femmes. Au Japon se sont ouverts des onakura où l'on se masturbe en public devant des employées. Le sexe est jeu, fantasme, addiction aux vidéos pornographiques mais la pornographie elle-même s'éloigne de la réalité des corps. Sur le site PornHub, explosent les demandes de hentai, les mangas, les dessins animés pornographiques...   

The Atlantic nous dévoile un monde où des jeunes gens timides qui se mettent moins nus que les vieux dans les douches des clubs de sport courent après le sexe sur sur des applications de rencontre qui sont une illusion statistique. Le sexe manque, les enfants vont manquer, sous nos mœurs débridées. Et même les bonnes nouvelles masquent une catastrophe... La chute des grossesses à l'école dirait moins nos meilleures éducations que notre assèchement sensuel. C'est dans The Atlantic, grande revue qui, à sa création, se battait pour l'abolition de l'esclavage. De quelle inhumanité sommes-nous aujourd'hui prisonniers ?   

Au Japon, je lis cela dans Usbek et Rica et le Huffington Post, un homme s'est marié avec un hologramme, et quel hologramme : celui d'une star elle-même virtuelle, Hatsuke Miku, personnage de dessin animé vedette de la pop japonaise, la voilà en 3D sous cloche et mariée à Akihiko Kondo, 35 ans, qui ne considère pas les femmes comme des partenaires et demande qu'on le reconnaisse comme minorité sexuelle...  

Et du coup, le dossier de Libération sur la sexualité des anciens semble le témoignage d'une génération qui aura connu le sexe et ce sexe s'en ira  avec elle... Des trentenaires font le succès d'une série que publient l'Obs et rue89, elle s'appelle Tinder surprise. Ce sont les histoires d'échecs de rencontres nées de cette application, quand l'espoir de sexe sombre dans une déambulation à Disneyland où dans le vomissement éthylique de la partenaire... Une lose générationnelle quand, dans Libération, les vieux jouissent sans entrave...   

L'ennemi américain est dans le Figaro...  

Qui relaie à nouveau les avertissements de nos services de renseignement, aujourd'hui, sur un texte de la DGSI du printemps dernier, la menace que font peser les Etats-Unis sur nos entreprises, espionnées et agressées à la fois par cet étrange allié et c'est plus sérieux que les tweets du Président Trump sur l'impopularité du Président Macron ou les grosses taxes qui protégeraient nos vins des crus américains (taxes qui n'existent pas, au fait, merci Le Monde). 

On parle d'espionnage organisé par les agences américaines et d'un système juridique impérialistes, quand la justice américaine a déjà puni lourdement Alstom et BNP Paribas, quand les lois et les normes américaines sont des standards mondiaux et des armes...  Et le Figaro débusque une autre menace. Les cabinets d'avocats anglo-saxons seraient des chevaux de Troie de la justice américaine avec laquelle ils collaborent... Or, des entreprises françaises font appel à ces cabinets et leur confient leurs dossiers pour s'adapter par exemple aux règles anti-corruption des Etats-Unis. Mauvaise pioche, dit le Figaro, qui nous suggère donc de plaider français.

Pendant ce temps, la planète poursuit son chemins vers le chaos, quand un tweet de Donald Trump a réussi à faire chuter les cours du pétrole, c'est dans les Echos. Mais tout, dans ce chaos est logique.  La Croix  a beau nous raconter, dans un article nourri de bonne volonté,  les migrants mineurs dans la Nièvre, nous sommes au bout de la chaîne. Le Monde est allé au Mali où le train de voyageurs qui reliait Bamako à Dakar au Sénégal, mis en place pour les colons français, a fini par s'arrêter mais ce train nourrissait l'espérance et le commerces, et c'est la fin du train, qui désespère la région de Kayes et pousse les jeunes gens à partir, pour ne plus contempler des rails et leur vie vide, ils partent pour l'aventure comme on dit là-bas, en dépit des risques et des noyades, et Goundo Dembele qui vendait du jus de gingembre aux voyageurs, jadis, pleure et prie pour ses deux fils partis en Libye...    

On parle de rose pour finir...

Et l'on voudrait s'en consoler, de cette fleur à la Une de la Télérama, mais hélas, un mot barre la Une, TOXIQUE, car les fleurs coupées participent du chaos et du marché mondial, elles poussent dans le tiers monde, en Ethiopie ou au Kenya, si souvent imprégnées de pesticide et gourmandes en eau, elles s'envolent dans des Boeings  vers la Hollande dans des entrepôts géants et puis chez nos fleuristes et chez nous, qui voulons des fleurs au mépris des saisons, des roses en hiver pour Noel et la Saint Valentin... Et notre innocence nous rattrape alors. L'amour ne nous vaut rien ?  

Il faudrait se consoler d'être un homme en lisant dans le Dauphiné libéré ces chiens étonnants que l'on dresse à renifler les crises d'hypoglycémie des enfants diabétiques, dans leur sueur et leur haleine, et à alerter les parents... On peut aussi, lire le UN  qui raconte Saint-Exupéry sur lequel  sa fiancée Louise de Vilmorin écrivait de beaux textes et lui une belle lettre à son ami Pierre Dalloz, en juillet 1944, quand il était le plus vieux des pilotes de guerre du monde... "Si je suis descendu, je ne regretterai absolument rien, la termitière future m'épouvante. et je hais leur vertu de robots, j'étais fait pour être jardinier."

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.