Il y a la poupée rouge... Il y a la poupée bleue... La rouge, à l'effigie de Ségolène Royal... La bleue, à l'effigie de Nicolas Sarkozy... Et chacune est livrée avec un lot de 12 aiguilles, à planter là où ça vous chante... "Qui veut piquer Royal ou Sarkozy ?", titre ainsi Le Parisien-Aujourd'hui en France... "Quand le vaudou épingle la politique", titre de son côté France-Soir... Ce matin, les deux quotidiens font état de ce nouveau jeu... "Des poupées en tissu, sur lesquelles sont imprimées des petites phrases emblématiques", précise Azzedine Ahmed-Chaouch dans Le Parisien... Sur la poupée Ségo, on peut ainsi s'amuser à viser "la bravitude" ou "vive le Québec libre !"... Sur la poupée Sarko, on peut viser "travailler plus pour gagner plus" ou bien "casse-toi, pauvre con"... Et "tout cela permet de libérer nos frustrations", commente Audrey Salor dans France-Soir... Aujourd'hui, nous dit-on, la société éditrice prévoit d'élargir le concept à d'autres hommes et femmes politiques de premier plan... Jean-Louis Borloo, si vous aviez à choisir une poupée vaudou, vous souhaiteriez qu'elle ait quel visage ? (...) Il y en a une, en tout cas, qu'il y a quelques jours encore Nicolas Sarkozy aurait peut-être préféré avoir en poupée vaudou qu'en ministre : c'est Christine Lagarde... On l'a dit plusieurs fois ici : le chef de l'Etat n'a eu de cesse, ces derniers temps, de dénoncer le manque de sens politique et les gaffes à répétition de celle qu'on a surnommée "Madame la Marquise" ou "TVB" (comme "Tout Va Bien"), en écho à sa capacité phénoménale à sous-estimer la crise... Mais aujourd'hui, c'est "la revanche de Christine Lagarde", affirme Les Echos... "Après les rumeurs sur son remplacement, l'horizon s'est considérablement éclairci pour la ministre de l'Economie", explique Eric Lefebvre... qui relève que "le Président de la République, ce week-end, a salué son action"... "Et hier, après la conférence de presse de Nicolas Sarkozy, Claude Guéant (le secrétaire général du palais présidentiel) et son adjoint François Pérol sont venus entourer la ministre", souligne Grégoire Biseau dans Libération... qui voit là "le signe évident d'un retour en grâce en Sarkozie"... Aujourd'hui, "Christine Lagarde a regagné la confiance de l'Elysée", titre ainsi Libération... Il suffit de regarder les photos, à la Une des journaux... Ces derniers jours, on voyait surtout des courtiers les larmes aux yeux et la tête dans les mains... Aujourd'hui, ils sont tout sourire... Un courtier, sourire éclatant à la Une du Figaro... qui titre sur "l'euphorie des Bourses après le plan européen"... Un courtier, sourire apaisé à la Une de La Charente Libre... qui annonce que "l'Europe banque 1.700 milliards"... Et "les Bourses respirent", constate Le Dauphiné Libéré... qui, lui, offre à sa Une la photo de courtiers carrément hilares... Toute la presse, ce matin, applaudit "le rebond historique des marchés", comme le titre Le Bien Public... La presse européenne applaudit également... La Repubblica se réjouit de "l'envol de la Bourse" : presque 11% de hausse à Milan... Die Zeit évoque "le grand pari" du gouvernement allemand... lequel a décidé un fonds de garantie de 400 milliards d'euros... Quant au Guardian, il souligne qu'hier, "les marchés ont respiré de nouveau"... Restent toutefois des questions sur ce que Libération appelle "un casse à 1.700 milliards"... "Un flot d'argent... Pour qui ?... Pour quoi ?", demande ainsi L'Humanité... qui estime que "rien, dans le plan de sauvetage, n'est prévu pour combattre la récession"... Et puis c'est bien joli... "360 milliards débloqués par la France... Mais qui va payer ?", interroge, pour sa part, Le Parisien-Aujourd'hui en France... qui avance une réponse à moitié rassurante : "Les contribuables ne paieront pas... pour le moment"... D'ailleurs, estime Patrick Fluckiger dans L'Alsace, "d'ailleurs, avant de pousser un Sarkocorico bien français, attendons tout de même d'avoir la facture... Le collectif budgétaire en préparation risque, dit-il, de nous faire passer l'envie de chanter"... Toutefois, la tonalité des éditoriaux, ce matin, est globalement positive pour Nicolas Sarkozy... "Si c'est dans la tempête que l'on reconnaît les grands capitaines, le chef de l'Etat a gagné ses galons de gestionnaire de crise dans un environnement cataclysmique", note ainsi Hervé Chabaud dans L'Union... "Il vient de montrer qu'il savait être un barreur des gros temps", confirme Gérard Carreyrou dans France-Soir... Tandis que Paul-Henri du Limbert, dans Le Figaro, note que "le chef de l'Etat a fait bouger les lignes... On sait maintenant, dit-il, ce qu'est le libéralisme tempéré de Nicolas Sarkozy... On attend de savoir quel sera le socialisme renouvelé de Ségolène Royal, de Bertrand Delanoë ou de Martine Aubry"... Laquelle Martine Aubry était hier en Normandie, avec Laurent Fabius... David Revault d'Allonnes les accompagnait, pour Libé... Et il raconte ce matin leur visite à l'usine Renault de Sandouville... "A la sortie de l'équipe du matin, Fabius, devant les grilles, fait la promo de sa complice... 'Vous connaissez Madame Aubry ?'... Les deux tentent bien de serrer des louches... 'C'est pas une poignée de mains qu'on veut, c'est du boulot', rétorque un salarié"... "A Sandouville, la pression ne retombe pas", confirme Fanny Doumayrou dans L'Humanité... "Hier, les salariés en chômage technique ont une nouvelle fois bloqué l'accès de l'usine, pour protester contre le plan de suppressions d'emplois"... Et pas la peine, je crois, de leur proposer des poupées vaudou pour libérer leurs frustrations... Et vu de l'Italie, tout va bien... Tout va bien : "Silvio Berlusconi fréquente les discothèques", explique, de Rome, Ariel Dumont dans France-Soir... "Alors que les Italiens se demandent s'il ne vaut pas mieux cacher leur argent dans la soupière, le Cavaliere danse... On l'a vu au Lotus et à l'Eleven, deux boîtes de nuit milanaises"... La presse italienne s'était déjà fait l'écho, il y a quelques jours, de sa soirée de retour du G4 à Paris... Entouré de jolies filles, Berlusconi était allé danser... Et il avait lancé que, malgré son âge, il pouvait encore faire l'amour trois heures de suite... La top classe italienne... La crise toujours... vue cette fois de Madrid... Je vous invite à lire l'article de Jean-Jacques Bozonnet, dans Le Monde... "En Espagne, dit-il, honte aux mauvais payeurs !"... "La méthode n'est pas nouvelle, mais de plus en plus de créanciers recourent aujourd'hui à des encaisseurs déguisés qui harcèlent les débiteurs... l'idée étant de passer le moins inaperçus possible, afin de faire pression sur ceux qui ont des dettes... Côté costume, chaque société a le sien... Il y a El Torero del Moroso (littéralement, 'le torero du défaut de paiement'), dont les agents se présentent en habit de lumière... Ceux d'El Monasterio de Cobro portent la bure des moines du 18ème... Les agents d'El Zorro Obrador opèrent, de leur côté, masqués et en cape noire... Et puis il y a la société El Cobrador del Frac : queue-de-pie et haut-de-forme... société dont le chiffre d'affaires a augmenté de 45% en septembre, par rapport à l'an dernier... Il n'y a pas longtemps, elle avait même tenté de s'implanter en France... Mais cela n'a pas pris... pas encore... C'est peut-être mieux... La mort de Guillaume Depardieu, à la Une de tous vos journaux... "Mort d'un enfant terrible", titre Le Courrier Picard... "La mort du fils brisé", titre La Provence... Emouvant portrait de lui dans Libération, à travers les souvenirs de ceux qui l'ont rencontré... Libé qui évoque "un personnage troublé et troublant"... Polémique sur le prix de l'essence... C'est à lire dans Le Parisien : "Les associations de consommateurs accusent les pétroliers de ne pas répercuter la baisse du prix du brut dans les stations-service"... ce que démentent les compagnies... Polémique également autour du projet de loi sur le logement, discuté aujourd'hui au Sénat... "Une polémique stérile", de l'avis de Christine Boutin... Mais les associations de défense des exclus sont déçues... Libération évoque "les fourberies de Boutin"... Des nouvelles de Kimberly Stewart... C'est dans Closer... Lunettes noires et top en dentelle, le tout saupoudré d'or, elle joue, nous dit-on, les starlettes modernes... Et nous, on ne sait toujours pas ce que Kimberly Stewart fait dans la vie... Enfin, cette information, à la Une de L'Ardennais... qui nous apprend la vente d'un miroir... miroir de grande dimension, que met en vente la dernière habitante de l'appartement où habita la famille d'Arthur Rimbaud... un miroir que le jeune futur poète utilisa sans doute, explique le journal, pour se recoiffer avant d'aller au collège... Avis aux amateurs... C'est bien connu : Arthur Rimbaud était très bien coiffé... un peu comme vous, Jean-Louis Borloo...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.