C'est une guerre qui ne dit pas son nom... "J'ai failli mourir asphyxié, parce que certains responsables préfèrent penser à leur intérêt plutôt qu'à notre santé"... Espérance a 38 ans... Il fait partie des 9.000 personnes intoxiquées par des déchets toxiques débarqués à Abidjan, en Côte d'Ivoire... Et cet Ivoirien constate amèrement, dans Le Monde : "Les Européens voulaient se débarrasser de leurs saletés... Ils ont trouvé ici des clowns qui ont accepté, pour de l'argent... Cela n'honore pas le pays... Mais pourquoi est-ce toujours en Afrique que les riches envoient leurs déchets ?... Nous ne sommes pas des hommes ?"... Dans Libération, Pierre Haski analyse : "En Afrique, les uns après les autres, les Etats en guerre civile ou en décomposition se voient érigés au rang de poubelles du monde"... L'explication est malheureusement très simple... "C'est un trafic très juteux, note Le Monde... L'affaire du Probo Koala, le bateau qui a accosté avec sa cargaison toxique à Abidjan, n'est pas isolée... "4 ou 5 cas comparables nous sont rapportés chaque année, affirme Pierre Portas, du Secrétariat de la Convention de Bâle, l'instrument de régulation des exportations des déchets dangereux... Les flux mondiaux sont difficiles à quantifier... D'une part, les pays répugnent à déclarer leurs productions... D'autre part, le trafic est souvent illicite... Du coup, poursuit le spécialiste, l'Afrique et les anciennes Républiques soviétiques, dont les réglementations sont laxistes, servent le plus souvent de réceptacles aux substances dangereuses telles qu'arsenic, mercure, plomb, amiante, solvants, etc."... "L'opération de retraitement aurait coûté dix fois plus cher en Europe"... Dans La Croix, Jacky Bonnemain, le président de l'organisation écologiste Robin des Bois, dénonce... "Ce cas, aujourd'hui visible, n'est sans doute que la partie émergée de l'iceberg du trafic de déchets qui sévit sur le continent africain"... "Les pays pauvres : bon débarras !", résume Libération, qui conclut : "Il est vital de stopper ce commerce, car cette façon de balayer la poussière sous le tapis n'incite aucun pays à rechercher des solutions durables, à mettre en place des programmes d'éco-conception, des processus industriels respectueux de l'environnement... Quand on met ses déchets sous le tapis, certes on ne les voit plus, mais ils sentent toujours aussi fort"... Un autre combat... Pas si éloigné... Cette histoire d'OGM... Beaucoup de vos journaux reviennent ce matin sur ce "riz transgénique consommé en France", comme titre L'Indépendant... Du riz interdit... Ce qui fait dire au Républicain Lorrain : "Les OGM américains débarquent en catimini"... Et dans ce journal, l'éditorial de Philippe Waucampt dénonce... "Cet organisme génétiquement modifié a été détecté sans qu'il ait jamais été commercialisé... ni aux Etats-Unis, ni a fortiori chez nous, où ces produits ne sont pas autorisés... La découverte intervient huit jours après celle de nouilles chinoises offrant des traces de riz là aussi génétiquement modifié... Et là encore, la variété en cause n'a jamais été autorisée à la culture"... Et ce n'est pas là le moindre des dangers pour l'éditorialiste : des produits fantômes bien présents sur notre fourchette... Alors... Eh bien "l'Europe enquête", indique Libération... Et "les industriels dénoncent le laxisme des Américains", rapporte Le Figaro... "Les importations de riz américain représentent près de 10% de la consommation française... Les distributeurs vont désormais se tourner vers les productions espagnoles et italiennes", indique le journal, qui attend, comme tout le monde, que la Direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes lève aujourd'hui le voile sur cette contamination... Et c'est le monde à l'envers... "Graines et plants sèment les procès"... C'est un dossier de Village Magazine... "Cultiver une variété de tomate ancienne, ressemer des graines issues de son propre jardin, cueillir des herbes sauvages... Ces gestes feront peut-être partie de notre passé... Les paysans qui commercialisent ces semences se retrouvent devant les tribunaux"... Et le bimestriel donne l'exemple de l'association Kokopelli, qui oeuvre pour la protection de la biodiversité en commercialisant plus de 1.200 variétés anciennes de légumes, de fleurs ou de céréales... L'association agit également dans les pays pauvres, en donnant des semences et en installant des réseaux de production paysans... une action qui ne plaît guère aux multinationales... celles-là même qui privilégient les cultures OGM... Et l'association a été attaquée en justice pour commercialisation de semences non inscrites au catalogue officiel... Il faut dire qu'en France, la règlementation interdit d'échanger ou de diffuser des semences hors catalogue... Alors pourquoi pas un peu de surveillance ?... Sauf que tout est fait pour décourager l'inscription... Et tout d'abord le prix : 15.000 à 20.000 euros pour une seule variété... un prix inaccessible à un petit producteur... Du coup, interroge Village Magazine, la loi du plus fort va-t-elle définitivement condamner la biodiversité ?... Bon, en même temps... "Il faut nourrir un monde de 9 milliards d'habitants", interpelle Libération... La FAO, l'Agence des Nations Unies pour l'Agriculture et l'Alimentation, plaide pour une deuxième révolution verte dans l'agriculture mondiale... Oui, attention : "Une nouvelle crise alimentaire menace le monde"... C'est dans Courrier International, qui reprend un article de The Independent on Sunday... "On n'avait pas connu cela depuis 30 ans... Les stocks de céréales n'assurent plus que 57 jours de nourriture à la population mondiale... On est tombé en dessous du seuil critique... La crise qui se dessine est passée largement inaperçue, poursuit l'hebdomadaire britannique, parce que la production agricole a baissé dans les pays riches... L'effet du déficit se fera sentir progressivement, lorsque les populations pauvres ne pourront plus acheter des aliments devenus trop chers"... C'est ce qu'on appelle une bombe à retardement... Là, c'est une guerre... Et la France est une cible... Le Figaro revient en Une sur la déclaration d'Ayman al-Zawahiri, l'un des chefs d'Al-Qaïda... La vidéo diffusée lundi 11 septembre contient des appels aux islamistes à frapper les Français... "Al-Qaïda désigne la France", titre Le Figaro... "Et les services de renseignement français prennent ces menaces au sérieux, explique le journal... d'autant que le médecin égyptien appelle les musulmans à lutter contre la Résolution 1701 de l'ONU, qui a servi de base au déploiement de renforts des Casques Bleus dans le sud du Liban... Or, une bonne partie de ces troupes est française, et le commandement de cette FINUL est assuré par la France", constate Le Figaro... La France occupée par la bataille de 2007... Les couvertures des hebdomadaires, ce matin, ne laissent aucun doute... "Dur dur d'être de gauche", constate Courrier International... A travers la presse étrangère, l'hebdomadaire fait le tour des idées et des débats en Europe et sur les continents américains... En France, "Ségolène et ses rivaux sont épinglés", note le magazine... Alors, en résumé, pour la presse étrangère, la campagne électorale se résume au duel entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy... D'ailleurs, l'opposition se réduit au seul Parti Socialiste... Et de celui-ci n'émerge qu'une figure crédible : celle donc de Ségolène Royal... C'est à peine si les noms des autres candidats socialistes apparaissent dans les colonnes... Seuls les quotidiens allemands s'en font l'écho, mais pour railler "le retour de vieux messieurs et la parade des éléphants"... Courrier International qui publie un article du Financial Times... Le quotidien britannique constate que "de gauche" ou "de droite", ça n'existe plus... "Ségolène Royal a endossé un veston autoritaire, et Nicolas Sarkozy un pardessus social"... "Le système Ségolène"... C'est la couverture du Nouvel Observateur... Le Nouvel Obs fait le tour de ses amis, de ses réseaux... et constate "qu'un présidentiable qui ne soit pas chef de courant ou de clan, on n'a jamais vu ça au Parti Socialiste"... Mais bon, analyse le magazine, "Ségolène Royal, elle a tout fait à l'envers... Elle a commencé seule, sans véritable troupe ni appareil, avec juste sa popularité... Alors aujourd'hui elle commence à aligner son état-major et ses réseaux... Mais à sa manière : surprenante, comme toujours"... "Elysée 2007"... C'est aussi la couverture de L'Express cette semaine... Mais là, plus de Ségo ni de Sarko... C'est Jean-Marie Le Pen en couverture... "La bombe Le Pen", titre l'hebdomadaire, qui se demande jusqu'où Jean-Marie Le Pen peut-il aller... Et Christophe Barbier, dans son éditorial, analyse : "Les jeunes citoyens qui voteront pour la première fois en avril 2007 sont nés après la Présidentielle de 1988... Pour eux, Le Pen est enraciné dans le paysage politique... Même s'il n'a jamais été banal, il est devenu familier"... Christophe Barbier en est sûr : c'est la dernière campagne du chef du Front National... Mais une fois de plus, la bombe Le Pen est amorcée... Elle peut bien sûr souffler le pays d'un nouveau 21 Avril... Elle peut aussi, comme un engin à fragmentation, cribler tout le calendrier électoral... Imaginons, écrit l'éditorialiste de L'Express, que Le Pen n'obtienne pas les 500 signatures nécessaires à sa candidature... Criant à la censure, il lancerait ses troupes pour affaiblir le faux Président... puisque de son point de vue, près de 5 millions d'électeurs auraient été privés de leur champion... Les législatives seraient alors le terrain de sa vengeance électorale, avec pour but de priver le Président de majorité... Alors, si Le Pen n'a aucune chance de gagner la Présidentielle, il peut précipiter le pays dans une crise de régime insoluble... En vérité, il n'a jamais été aussi menaçant"... Pour finir, plus souriant... C'est la Une de France Soir... "Sex toys" : les Français aiment ça"... "Fini les vibromasseurs qu'on achète sous le manteau... Aujourd'hui, les jouets sexuels s'affichent au grand jour, note le quotidien... On les retrouve jusque dans les rayons des grands magasins... Et ça, nos voisins italiens n'en reviennent pas... "Des sex toys au supermarché... C'est la nouvelle révolution française !", s'exclame La Repubblica... "Pour les plus pudiques, il y a les boutiques sur Internet, et puis les catalogues de vente par correspondance... Entre les vêtements et les ustensiles de cuisine, on trouve aussi différents modèles de ces jouets", constate avec envie La Repubblica... Bonne journée... Amusez-vous bien.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.