La revue de presse, bonjour hélène jouan

On commence par des couacs et des fausses notes

Et un mythe qui s’effondre, pour moi en tout cas, je croyais que les chanteurs qui chantaient, savaient chanter. Et bien non, m’apprend 01net, le magazine de la hightech qui nous dit tout d’un logiciel truqueur : Auto Tune, trafiquant de cordes vocales. Une sorte de photoshop de la voix, capable nous dit le magazine de transformer « une castafiore de province en rossignol milanais ». Grâce à ce logiciel, on est en mesure d’analyser la hauteur de la voix d’un chanteur, de la recaler, d’en corriger tous les défauts. Dans la pop, beaucoup d’artistes ont succombé à cette béquille numérique, quelques noms cités, je vous laisse les découvrir. Les majors du disque s’accommodent de ce traficotage qui leur fait gagner du temps, et donc de l’argent, certains parlent même de revanche sur le téléchargement illégal qui les a plombés…heureusement, certains artistes ont suffisamment d’audace et de charisme pour imposer leur propre style. Ouf, il y a encore des chanteurs sachant chanter

Et pour poursuivre cette immersion dans la musique, je vous suggère de lire dans M, le magazine du Monde, le portrait de Pascal Nègre, sous la plume toujours alerte de Laurent Télo. Pascal Nègre, c’est l’ex patron d’Universal Music France, toute une époque, quand le budget promo des maisons de disque équivalait à la dette publique et qu’universal trustait 45% de parts de marché, de lady gaga à Cécilia Bartoli, de U2 à Bernard Lavilliers. Pascal Nègre, en veste flashy qui se présentait à son nouveau patron Vincent Bolloré fin 2014 sur ses mots « Hello, I’m Pascal, the queen of the french music ». Depuis Nègre a été viré et son successeur parle plutôt « développement de nouveaux relais de croissance » que « passion et proximité avec les artistes »..Mais ça fait du bien de se replonger dans une époque bénie

Dans la presse ce matin, il y a aussi quelques retours sur la politique française non ?

Bien sûr! Jean-Louis Debré, l’ex président du conseil constitutionnel, dégagé de son devoir de réserve, tacle Nicolas Sarkozy. Dans un entretien au Point, il déclare : « quand on veut être président de la république, on doit avoir le sens de l’état, Sarkozy ne l’a pas » fermez le ban

Emmanuel Macron tacle sa femme…après les commentaires peu amènes sur les confidences de madame à Paris Match, le ministre de l’économie a rétropédalé hier : « ma femme ne connait pas le système médiatique, a-t-il expliqué, « c’est une bêtise, une bêtise qu’on a faite ensemble, pas une stratégie de com » se défend t il. Mais Madame et monsieur Macron également dans Gala cette semaine…que de bêtises !

Et puis l’Opinion tacle Lordon, Frédéric Lordon, économiste et philosophe, un des rares intellectuels à soutenir le mouvement Nuit Debout et à y prendre la parole. « On ne tient pas éternellement une société avec BFM et du lexomil, vient fatalement un moment où les têtes se redressent et redécouvrent l’immémoriale idée de l’insoumission et de l’affranchissement » disait il le 9 avril place de la république. L’Opinion qui s’intéresse à Lordon, c’est un peu une poule qui découvre un couteau, et encore entre les dents, le couteau… « vrai marxiste pur et dur qui prône la fin de la propriété privée et du salariat, marxiste et souverainiste». Bref un penseur à « dormir debout » pour le quotidien libéral

Mais il y avait aussi un président face à ces concitoyens hier !

Effectivement ! 4 heures de dialogue en direct, avec des citoyens l’interpellant par vidéo, une première, hier soir… en Russie pour Vladimir Poutine nous raconte les Echos. « Nos routes sont pleines de trous, regardez » lui lance une sibérienne en filmant avec son portable, des ouvriers lui racontent qu’ils n’ont pas touché leur salaire depuis des mois… « je partage votre inquiétude dans pratiquement 100% des cas » leur a répondu le chef du Kremlin qui s’est donc servi de ce dialogue avec les russes pour marquer son retour à la politique intérieure, loin de ses priorités géostratégiques de ces derniers mois. Il en néanmoins profité pour reconnaitre que les révélations des Panama Papers, mettant en cause certains de ses proches, étaient « vraies », tout en y voyant une manœuvre des Etats unis. Sur la situation économique, Vladimir Poutine s’est montré optimiste malgré la récession qui perdure…mais sans forcément convaincre les quelques patrons de petites entreprises qui sur le plateau, ont pesté contre les pesanteurs administratives…

Ca me rappelle quelque chose…chez nous aussi, hier soir, le chef de l’Etat a dialogué avec ses concitoyens

Oui…Mais pas facile d’en trouver trace à la Une de vos quotidiens ce matin : « comment vaincre le mal de dos » titre Aujourd’hui en France/le Parisien, « comment méditer avec son clitoris » pour Libération, » Vaches et Girafes vont chauffer les angevins » nous apprend le Courrier de l’Ouest, « Voilà Julia », se réjouit la Provence, Julia Roberts qui sera présente au festival de Cannes… Ah, je sens qu’on se rapproche « l’homme qui tire les ficelles » dans la Provence, encore raté, il s’agit d’Igor Levin, l’avocat new yorkais qui détient parait il les clefs de la vente de l’OM, « le retour de la confession » ? Pour la Voix du Nord, pas encore ça. « Hollande, écran plat » pour Sud Ouest. Nous y voilà. Peu de Unes donc consacrées à la prestation du président face aux Français hier soir sur France 2…C’est souvent plus une question d’heure de bouclage pour les journaux que de choix éditorial, mais tout de même, retours assez parcimonieux sur l’émission dans vos quotidiens, comme si finalement il n’y avait pas grand-chose à en dire. Le Parisien a carrément décidé de s’en remettre au jugement de 4 de ses lecteurs pour apprécier l’exercice, aucun n’a été convaincu. Le Figaro juge que l’émission a surtout mis en avant « l’impuissance présidentielle » écrit Guillaume Tabard, L’Humanité regrette « qu’aucun changement de cap n’ait été vu à la télé hier soir », quand les Echos estime que le président a été moins filandreux qu’à l’accoutumée, malgré des propos alambiqués sur la sur-taxation des CDD, alambiqués mais moins définitifs que ceux de Matignon la semaine dernière. Dans la Croix, le chroniqueur télé Alain Rémond souligne que les 4 français qui ont interrogé le président ne pouvaient pas, par définition être représentatifs de tous les citoyens français dans leur diversité. « Il aurait fallu dit il, comme pour un sondage au moins 1000 citoyens intervieweurs. Ca aurait été long, très long concède t il. On y aurait passé la nuit. Et alors ? poursuit il, une nuit debout, c’est dans l’air du temps »

On termine Hélène par une bande son, glaçante

La reconstitution audio de la tuerie du Bataclan, qui mélange les messages radios des policiers et l’enregistrement d’un dictaphone abandonné par un spectateur dans la salle de spectacle. Une chronologie sonore aux mains des enquêteurs à laquelle a eu accès le Parisien. « Planquez vous », première voix saisie par l’enregistreur, « je rêve ou quoi » poursuit un autre incrédule…Le bruit des balles fuse tout comme les cris des victimes…Et puis ce sont les terroristes qu’on entend, intimant des ordres contradictoires, puis revendiquant leurs crimes devant leurs victimes, au nom de Daech disent ils, clairement.Un enregistrement qui permet aussi de comprendre la progression difficile des forces de l’ordre, prises entre les menaces des terroristes, et les supplications des spectateurs, « putain dépêchez vous » dit l’un, quand d’autres les implorent de faire demi-tour pour éviter un nouveau bain de sang. La bande son démarre à 21H56, se termine avec l’assaut, après minuit. Entre les 2, une éternité.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.