On se souvient, par le New York Times et le JDD, que Tiger Woods était aux enfers. Un jeune homme à la conquête de la culture, le Monde. Dans Libération, souvenirs du printemps chinois écrasé il y a trente ans. Dans Sud-Ouest, un train imaginaire pour soulager des victimes d'Alzheimer.

On parle d'un chauve ce matin...

A qui il en reste encore sur le caillou, mais tout de même! Et Tiger Woods le dit dans l'Equipe, 'je sais maintenant pourquoi je perds mes cheveux", tant le suspense fut angoissant sur ce masters de golf qu'il a remporté hier, onze ans après son dernier succès dans un tournoi majeur, et Woods est l'un des deux chenus qui rendent le sport aimable  ce matin.  Lui les bras écartés polo rouge et un cri de triomphe, "GEANT" proclame l'Equipe à sa une... L'autre de bleu vêtu et sur un vélo, Philippe Gilbert "dans la légende" proclame la une du Courrier picard pour le vainqueur de Paris-Roubaix, mais en dépit de ce juste titre, je reste sur un un regret et plus, une blessure...

Car notre cycliste n'est pas à la une de l'Equipe: pas un mot sur lui ce matin à la première page de la bible quotidienne du sport, qui se partage entre Woods et la victoire de Lille contre le paris saint germain, victoire qui éclipse aussi Paris-Roubaix à la une de la voix du Nord... et cela ne va pas, car la Voix doit être l'écrin des pavés du Nord, et l'Equipe n'exista que pour la petite reine, le journal à sa naissance s'appelait l'Auto-vélo, et lança le Tour de france, et voilà bien nos pertes de mémoire, et oui , d'identité, si le golf mondialisé et le football impérial nous masquent le Biclou. Et quelle injustice pour Gilbert, ce wallon qui voulait courir tel un flamand dans les classiques les plus dures, ce "freluquet de 36 ans et 69 kilos" qui sait l'histoire de son sport et est allé sitôt vainqueur prendre la douche rituelle à l'école communale voisine du vélodrome de Roubaix, quelles chouettes photos dans cette vieille cabine d'une tradition qu'on perdait, elles sont dans l'Equipe.  

Oui dans l'Equipe, qui se rattrape en pages intérieures de sa trahison de une!

Libération raconte ces enfants de 17 ans qui ont disputé le Paris-Roubaix des jeunes, et qui découvrent la souffrance que mérite leur sport... Ouest-France m'informe que Paris-Camembert, c'est demain, et me raconte l'historie de cette classique. Respect. Le Parisien m'informe des passages les plus périlleux  pour les cyclistes dans Paris. Solidarité.  

Pour le reste, nous ne contestons pas que la chute du PSG valait quelques mots cruels, "SOS champions en détresse, visage indigne d'un champion de France", dit le Parisien et plus drôle;  dans le Monde, un chroniqueur qui n'aime pas Game of thrones écrit ceci: "Game of Thrones est le Paris-Saint-Germain de l’audiovisuel : un budget faramineux, des têtes d’affiche fabuleuses, et un talent inné pour les gâcher."  

Nous ne contestons pas non plus que Tiger Woods mérite les honneurs qu'on lui fait, que pour son come-back l'Equipe compare à Mohamed Ali, et de fait, quelle histoire. Vous irez retrouver sur les sites du Journal du dimanche et du New York times, ce que furent les enfers de Woods, de la mort de son père, d'accident de voiture, d'addictions diverses et de corps dévasté, Woods assommé d'antidouleurs retrouvé semi inconscient dans sa voiture en 2017... Il est revenu, le dos réparé, il vit pour ses enfants qui n'avaient pas le souvenir de leur père triomphant...  Respect daron.  

Et l'on parle d'enfants ce matin...

Enfants des cirques, qui battent des mains et que l'on prive d'une jolie chance, puisque l'Humanité me dit que le cirque Romanes, si beau chapiteau tzigane, où l'on est acrobates aussi de l'âme et du flamenco ne partira pas en tournée en province, n'ayant reçu d'autorisation  ni à Rennes, ni à Lille, ni à Bordeaux, Strasbourg ou Nancy...
Enfants des écoles, dont le ministre Blanquer fait la une du Figaro en défense de ses projets, c'est une des déclinaisons politiques du jour en attendant que ce soir, Emmanuel Macron nous parle...
Enfants des écoles qui ne la supportent plus racontent le Dauphiné libéré comme le Républicain lorrain, décrivant la phobie scolaire dont on met si longtemps à sortir...
Enfants de l'ambition, aussi, que le monde raconte, bien belle histoire que celle que nous dit le Monde d'Abdelilah Laloui qui était en seconde au lycée Gutenberg de Créteil et pensait devenir frigoriste, comme papa, quand il entendit Amélie Nothomb à la télévision parler d'un livre, "lettres à un jeune poète" de Rainer Maria Rilke, et ayant emprunté ce livre se rendit compte qu'il ne comprenait pas, rien du tout. Et la suite, racontée par le jeune homme, aujourd'hui à sciences po et qui transmet à son tour, est la conquête de la culture, pas à pas, les livres la musique et l'opéra, dans les douleurs et la grâce...  

D'autres enfants aussi se sont battus, pour être libres, il y a juste trente ans, le 15 avril 1989 commençait pour des étudiants chinois ce printemps de Pékin qui ébranlerait l'empire et qui finit réprimé dans le sang...  un homme qui a survécu au massacre de Tien an Men et vit presque reclus dans l'immense Chine, raconte l'espérance dans Libération, il est heureux d'avoir connu un peu de liberté.  

Et on parle de vieillesse pour finir!

Qui n'est pas moins belle, d'être au bout du parcours...  Des résidents d'un Ehpad je le lis dans la Montagne, vont écrire un livre ensemble pour changer le regard sur la vieillesse.... Il s'appellera "les sens en émoi"...  

Il ya dans Midi libre deux pages très douces sur les soins palliatifs, ces moments où la médecine sort de l'acharnement et prend le temps d'entendre, d'écouter, ceux qui vont leur chemin, et ce ne sont pas des histories de mort, mais d'échange lis-je, c'est une consolation.  

Et dans Sud-Ouest une bien belle historie qui nous parle de personnes souffrant d'Alzheimer, mais dans cette maison de retraite Bel air, à Tournon l'Agenais, on a installé une fausse gare, avec même les courants d'air, et un faux compartiment de train, pour assouvir leur besoin de voyage, quand la vie leur est trop dure... L'illusion est ce qu'on appelle la vie... A Rennes, lis-je dans Ouest-France, dans un autre Ehpad, hier, des personnes âgées ont suivi la messe grace à des écouteurs et un masque, en réalité immersive!la technique fut le chemin de Dieu.
 

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.