On en parle ici tous les jours, depuis plus de trois mois... On parle de la crise... de la crise financière... et des maux qu'elle génère... des maux : M-A-U-X... Mais il y a également les mots... les mots : M-O-T-S... Voilà maintenant plusieurs semaines qu'un tout nouveau vocabulaire a envahi les médias... de nouvelles expressions... qui se sont installées aussi dans les discours des banquiers, des patrons, des salariés, des politiques... et même dans les conversations de chacun et de tout le monde, au moment des repas de famille... Alors que sont-ils donc, ces nouveaux mots ?... C'est l'objet, ce matin, d'un papier du Parisien-Aujourd'hui en France, qui nous explique que l'institut Médiascopie s'est penché sur le sujet et vient d'effectuer un classement des 100 mots les plus utilisés quand on évoque la crise... Il y a les mots globaux, les mots ressentis comme proches des gens... Il y a les mots qui rassurent, il y a ceux qui effraient... Ceux qui rassurent : Europe Livret A plan de relance moralisation de l'économie intervention de l'Etat réforme mais aussi Obama... oui, Barack Obama : quand on parle de la crise, c'est un nom qui rassure... Quant aux mots qui effraient : produit toxique subprime parachute doré trader krach boursier finance folle licenciement chômage mais aussi Bush... Oui, George Bush : quand on parle de la crise, c'est un nom qui effraie... Quant à celui de Bernard Madoff : lui, il n'apparaît pas dans l'enquête de Médiascopie... Mais à la lecture de la presse ce matin, on se dit que lui aussi mériterait d'être sur la liste des mots qui effraient... Tous les journaux reviennent en effet sur cette nouvelle affaire qui secoue la finance : l'affaire Bernard Madoff, ancien patron du NASDAQ, aujourd'hui qualifié d'arnaqueur... D'après Libération, il serait même "l'arnaqueur du siècle", à ranger dans la catégorie des Stavisky, Thérèse Humbert et autres Michael Milken... Alexandre Stavisky (qu'on appelait "le beau Sacha", le "gentleman flambeur"), incarné par Belmondo au cinéma, et qui fut à l'origine d'un scandale qui provoqua une crise politique française majeure en 1934... Fondateur du Crédit Communal, Stavisky avait mis en circulation de faux billets, pour 235 millions de francs au total... une énorme escroquerie, montée avec le député-maire de Bayonne... Stavisky sera retrouvé dans son châlet de Chamonix, tué d'une balle dans la tête... Libération nous rappelle aussi l'histoire de Thérèse Humbert, la banquière des Années Folles, qui, durant vingt années, a prétendu avoir reçu une partie de l'héritage d'un millionnaire américain... une escroquerie qui lui permit d'obtenir des prêts bancaires très importants... Thérèse Humbert, incarnée au cinéma par Simone Signoret... Il y a eu également le célèbre Michael Milken, qui, lui, a inspiré Oliver Stone pour son film "Wall Street"... C'était dans les années 80... Michael Milken, banquier d'affaires, inventeur des obligations pourries qui ont acculé des dizaines de petites sociétés à la faillite... Alors je ne sais pas si un jour il y aura un film sur Bernard Madoff... Mais ce matin, la presse se déchaîne... "Main basse sur 50 milliards", titre ainsi La Dépêche du Midi... "Le scandale de trop pour la finance mondiale", annonce Les Echos... Tandis que Le Figaro précise que "le fraudeur de Wall Street a fait des victimes en Europe"... Parmi les victimes, de nombreuses banques privées suisses, le groupe espagnol Santander, mais aussi BNP-Paribas, qui pourrait avoir perdu dans l'affaire jusqu'à 350 millions d'euros... "Jérôme Kerviel battu à plate couture", note ce matin Philippe Mabille dans La Tribune... en expliquant, comme on l'a fait aussi sur France Inter, comment l'arnaque a été montée : le fameux "système Ponzi", qu'explique également Gilles Debernardi dans Le Dauphiné Libéré : "Le cash fourni par les nouveaux clients payait les intérêts des précédents... Mais lorsque la crise arriva, tous ont voulu se retirer du jeu en même temps... Et on s'aperçut alors qu'il n'y avait plus de billes à ramasser, juste un tas de sable, de la poudre aux yeux"... Et au final, "de nombreux cocus à Wall Street" : c'est le titre de l'édito... Et voilà une charmante expression dans le vocabulaire de la crise... Il y a donc les noms qui rassurent, et les noms qui inquiètent... Et celui de Xavier Darcos, dans quelle catégorie le placer ?... Plusieurs journaux, ce matin, reviennent sur la grogne dans l'Education Nationale... "Lycéens : pourquoi la grogne ?", titre ainsi, à sa Une, Le Parisien-Aujourd'hui en France... avec une grande photo d'une jeune manifestante, le point levé... Le journal se propose de vous expliquer les raisons de la colère, ce qui ne plaît pas dans les réformes de Xavier Darcos, notamment ses propositions pour les classes de seconde, qu'il devrait présenter demain... "Darcos sous le feu", constate L'Humanité... Tandis que Le Figaro croit savoir que l'Elysée a demandé au ministre de prendre le temps d'un travail d'explication... "L'Elysée veut calmer le jeu", titre le quotidien... en précisant toutefois qu'au ministère, on réfute aujourd'hui toute idée d'un report de la présentation de la réforme... "Ce week-end, rapporte Le Parisien, Xavier Darcos a longuement évoqué les manifestations de lycéens"... "Darcos, le ministre sécurisant", titre le quotidien... qui nous dit que le ministre (qui n'est pourtant pas un sarkozyste de la première heure) a pourtant un contact direct avec le Président, à qui il envoie parfois des SMS... Nicolas Sarkozy l'a lui-même baptisé "le bon soldat du gouvernement", à tel point qu'il fait aujourd'hui partie de ceux qu'on considère comme "premier-ministrables"... "Darcos, le nouveau Claude Allègre" : ça, c'est le titre du papier que lui consacre Marianne, papier signé Natacha Polony... qui nous explique de quelle manière il a réussi à se faire détester par une bonne partie du personnel de l'Education Nationale... Sa méthode : jouer sur les malentendus et s'excuser ensuite quand le langage est trop fort... Mais alors "est-il condamné au même destin que celui qui voulait dégraisser le mammouth ?", s'interroge ma consoeur... Claude Allègre qui, rappelons-le, n'a jamais, lui, été considéré comme "premier-ministrable"... Au cabinet du ministre, on balaie d'ailleurs la comparaison d'un revers de main : "La rue, dit-on, ne fera pas tomber Darcos"... lequel d'ailleurs affirme qu'il se moque de ne pas être aimé par les profs et les lycéens... "Je me moque qu'ils ne m'aiment pas : je suis venu pour faire ce que je dois faire"... Vous également, Madame Albanel, sans doute êtes-vous venue au gouvernement pour faire ce que vous devez faire ?... Toutefois, si vous avez un remord, je vous signale, toujours dans Marianne, cet appel lancé pour le pluralisme des médias, appel signé déjà par près de 20.000 personnes... Il est ici. Je vous le donne, si jamais vous voulez le signer... Vous voulez un stylo ? (...) Evidemment, je sais que vous ne le signerez pas... C'est un appel qui demande au Parlement de renoncer à la loi qui doit permettre au Président de la République de nommer et de révoquer les présidents de France Télévisions et de Radio France... "On nous dit que cela permettrait de sortir de l'hypocrisie, car la nomination par le CSA aujourd'hui revient au même", commente Maurice Carteron dans son éditorial... "Mais à ce compte-là, on pourrait aussi rétablir l'esclavage, sous prétexte qu'il est certaines formes de précarité qui sont une forme d'esclavage cassé... Soyons sérieux, poursuit-il : il est des moments dans l'Histoire où il faut savoir tout simplement dire non"... Et moi, je vous laisse le texte de l'appel, des fois que vous changiez d'avis... Les autres titres de la presse, ce matin... Ce matin, vous trouverez de nombreuses Unes consacrées aux intempéries... "La région dans la tourmente", titre ainsi La Provence... De nombreux accidents, un immeuble désaffecté qui s'effondre à Marseille, un TGV resté bloqué près d'Aubagne... "Trois victimes et des milliers de sinistrés"... Plus de 100.000 foyers privés d'électricité dans le Grand Sud-Est, constate pour sa part Le Progrès... Tandis que Sud-Ouest affirme que "la neige paralyse tout le Centre"... A la Une du Bien Public... "Sale temps pour les sangliers"... La photo d'un chasseur... près de 4.000 prélèvements de sangliers supplémentaires ont été décidés pour cette saison... Savez-vous, Madame Albanel, les secrets du chef de l'Etat pour garder la forme ? (...) Eh bien il a une coach... Et dans Elle, vous lirez l'interview de la coach du couple présidentiel... Elle s'appelle Julie Imperiali... Et plusieurs fois par semaine, elle fait donc faire du sport à Nicolas et Carla... Sa méthode, nous dit-elle, c'est la tektonik... Mais attention : il ne s'agit pas de la danse du même nom où l'on s'agite dans tous les sens... C'est une méthode basée essentiellement sur le travail des muscles posturaux et sur la contraction du périnée, le muscle qui se situe entre le pubis et le coccyx... Voilà donc le secret de sa forme... Et c'est à lire dans Elle... Il y a les mots qui rassurent... Il y a les mots qui effraient... Et pour 2009, qu'est-ce qui nous attend ? C'est le sujet à la Une de La Tribune... "Conjoncture, relations internationales, politique : qu'est-ce qui nous attend pour 2009 ?"... A la lecture du dossier, on comprend que ce qui nous attend n'est pas vraiment joyeux... tellement pas qu'Erik Izraelewicz conclut son éditorial en lançant : "Vivement 2010 !"... Sachant que si l'on regarde du côté des astrologues, on n'est pas plus rassuré... C'est ce que constate Alain Raymond dans son billet de La Croix... Lui, est allé voir les prévisions d'Elisabeth Tessier dans TV Magazine... Et voilà ce qu'elle écrit : "On peut espérer une période très positive entre mai et juillet, qui va véhiculer de belles énergies pour la solidarité sociale et les mesures sur l'environnement, grâce à Jupiter, conjoint alors à Neptune... Mais la même configuration viendra tempérer cette situation, avec un climat d'inflation et de scandales retentissants, et sur le plan écologique des probabilités d'inondations"... Bref, résume mon confrère, "entre mai et juillet, ça va être formidable... sauf si ça tourne mal"... Au moins, on sait ce qui nous attend...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.