8H30 l’heure de la revue de presse, bonjour hélène jouan

On commence par un reportage sur des migrants…

Ca se passe, en Europe. En Sicile. Aujourd’hui. Libération, sous la plume d’Eric Jozsef nous décrit les terribles conditions de travail des immigrés roumains arrivés au début des années 2000, dans cette région agricole qui alimente aujourd’hui l’un des plus grands marchés de fruits et légumes frais d’Europe. Vassili, 35 ans, raconte : « Tu travailles minimum 9 heures par jour, dans des serres à plus de 40°. Le tout pour 150 euros par semaine. Une fois la nourriture et le logement déduits, il te reste 350 euros mensuels. Nous sommes presque des esclaves témoigne t il. Et les patrons nous disent que si nous n’acceptons pas ce tarif, ils prendront des africains qui sont prêts à être payés 4 fois moins ». Exploitation des hommes…et comme souvent, la situation des femmes est pire encore. Dans les campagnes, le viol des travailleuses roumains est devenue une pratique courante dans une omerta quasi généralisée raconte Eric Josef, une sorte de droit de cuissage moderne pour des cultivateurs qui baignent dans un climat culturel où la femme est considérée comme une propriété. » Ca se passe donc aujourd’hui, en Europe…

Et de la Sicile aux suites du scrutin de dimanche, vous avez trouvé la transition dans la presse ce matin

Avec cette illustre citation de Tancrède dans le Guépard, mise en exergue par Anne Sinclair à la Une du Huffington Post : « Tout changer pour que rien ne bouge », qui fait écho effectivement à nos surlendemains électoraux…Alain Rémond dans la Croix le dit à sa manière:« J’ai entendu le message des français. Plus rien ne sera comme avant. Ce vote nous oblige…j’ai entendu le message des Français. J’ai entendu le mess..allô ? allo ? » conclut il…oui, allô ? que s’est il passé depuis les déclarations d’intention dimanche des politiques ?

Du côté de l’exécutif: « on ne change pas une équipe qui perd, ainsi pourrait se résumer l’état d’esprit de François Hollande au lendemain du second tour» souligne Nicolas Beytout à la Une de l’Opinion. Dans Libération, un ministre proche du président corrobore l’analyse, « on ne change pas dit il, on persévère ». Une persévérance qui fait hurler les opposants de la ligne économique et sociale Hollande/Valls. Laurent Mauduit dans Médiapart s’insurge contre « Hollande qui ne veut rien entendre de la colère du pays » dit il. Pour preuve, le smic, qui n’a bénéficié d’aucun coup de pouce hier du gouvernement. « Il aurait pu faire un geste. Juste pour signifier que la donne avait changé et qu’il l’avait compris. Mais rien, pas 20 centimes de plus de l’heure, pas 10, pas 5…Tout continue comme avant, comme si nous ne courrions pas à la catastrophe »

Du côté du parti Les Républicains, la presse est plus sévère encore sur la réaction post régionale de Nicolas Sarkozy, réaction qui consiste surtout à « serrer les boulons » comme le dit Libération… « Pour l’examen de conscience comme les solutions à proposer aux français après l’avertissement électoral, il faudra attendre » regrette Aujourd’hui en France/le Parisien qui note, que « comme d’habitude à droite, on se dispute ». « La droite à l’heure des comptes » raconte le Figaro, qui revient donc sur l’éviction de Nathalie Kosciusko Morizet, largement médiatisée par elle-même hier. « Ce n’est pas en l’écartant qu’il va redorer son blason et s’affranchir de la position revancharde qui lui tient lui de doctrine » accuse Dominique Jung dans les Dernières Nouvelles d’Alsace, « moins flamboyant que le PSG mais tout aussi efficace, s’amuse Jean Louis Hervois dans la Charente Libre qui dit « comprendre l’irrépressible besoin de se détendre au stade de Nicolas Sarkozy face à ses amis ingrats », Sarkozy rageur tient sa ligne » conclut-il avec ironie….Pour l’Express cette semaine en tout cas, le « Vrai perdant » de ces élections, c’est lui, Nicolas Sarkozy, qui fait la Une

Rien ne bougerait donc…« Noir c’est noir », il n’y a plus d’espoir Hélène ?

Si ! Pour preuve, Cécile Duflot tend la main à François Hollande, vous voyez que ça bouge. Interview publiée dans la matinale du Monde, dans laquelle l’ex ministre lui propose de bâtir à ses côtés une « coalition de transformation » afin de donner du contenu au changement promis en 2012. « je refuse de laisser le monopole de l’alternative à l’extrême droite » dit elle, faisant comprendre qu’elle conditionne sa présence au 1er tour de la présidentielle, à l’acceptation par François Hollande de cette nouvelle coalition à gauche donc

La presse propose elle aussi quelques pistes de changement : Libération met en avant 5 commandements qui pourraient faire bouger les choses, du type « tes engagements tu respecteras, la vie quotidienne tu changeras, ou encore des postures tu sortiras.. »…Le Parisien s’est lui tourné vers nos confrères européens pour savoir ce qui cloche dans notre vie politique. « Mêmes visages, mêmes programmes, 2017 remake de 2012, se lamente Sophie Pedder journaliste à The Economist. Chez nous en grande Bretagne raconte t elle, regardez Ed Miliband, après sa défaite aux législatives, il a rendu les clefs du Labour, à seulement 45 ans ! » « oui, votre classe politique est composée de notables renchérit un analyste espagnol, club élitiste et fermé »

Ceci dit, depuis dimanche, il y a des choses qui ont déjà changé

Le cumul des mandats par exemple, et bien il régresse ! les Echos font le point ce matin : Xavier Bertrand, nouveau président de région va se mettre en conformité avec la loi en abandonnant son mandat de maire, mais il devance l’appel en quittant également son siège de député. Idem pour Valérie Pécresse et Christian Estrosi qui ont décidé de se consacrer à plein temps à leur région…bon, il y a évidemment ceux qui résistent : Laurent Wauquiez ou Carole Delga à gauche, tous les élus FN…et Jean Yves le Drian qui lui cumulera la Bretagne avec le ministère de la Défense..Mettant ainsi à mal l’une des promesses de campagne de François Hollande

Et puis, ce qui a changé aussi depuis dimanche, c’est La Corse. Aucun commentaire encore, relève l’Opinion, de la part de Manuel Valls ni de son ministre de l’Intérieur sur le nouveau visage de la Corse. Et pourtant. Jeudi, c’est bien un nationaliste qui sera à la tête d’un mini gouvernement sur l’île, Gilles Siméoni, fils d’Edmond, icône vivante nous raconte le journal, l’homme qui a pris d’assaut les caves d’Aléria en 75, la préhistoire du mouvement nationaliste. Dimanche soir, Gilles Siméoni, « le fils de la légende devenu à son tour légende » raconte un journaliste local, a été porté en héros, à ses côtés Jean-Guy Talamoni, longtemps la voix des clandestins du FLNC. « Visage souvent fermé », et bien il a follement souri lui aussi pour fêter une victoire historique. Les Echos soulignent que les natios élus dimanche, sont bien décidés à engager un bras de fer avec le gouvernement sur plusieurs sujets majeurs, amnistie des détenus corses condamnés pour violence politique par exemple ou encore sur le statut d’autonomie à inscrire dans la constitution avec possibilité d’adapter les lois.

Séquence émotion pour terminer Hélène

L’émotion d’Angela Merkel hier devant ses amis de la CDU « elle ne sait pas quoi faire, raconte Thibault Madelin dans les Echos, elle s’asseoit, se lève, se rasseoit, se relève encore, traverse la scène de 68mètres de large, ses yeux sont embués, ses lèvres serrées. » Certains prédisaient son crépuscule, mais ils lui ont réservé une ovation de près de 10 minutes. Angela Merkel qui a certes donné quelques gages aux sceptiques sur le dossier des réfugiés, en leur promettant de réduire sensiblement leur flot, mais qui est restée intransigeante sur la politique d’accueil de l’Allemagne, « nous devons y arriver » a-t-elle répété

Emotion enfin après l’annonce du départ de Julien Lepers hier par Téléstar, Julien Lepers qui animait Questions pour un champion depuis 1988 nous rappelle le Parisien. La direction de France 3 souhaiterait « rajeunir » le programme. Alors qui pour le remplacer ? Hervé Baudry qui envoie souvent ses dessins à la revue de presse de France Inter, à la réponse : pourquoi pas NKM répond t il ..en dessin

sur twitter: @hervebaudry

Et bien le voilà le renouvellement !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.