Obama. la France responsables plus qu'Assad et Poutine?

La revue de presse, bonjour Hélène Jouan

Confusion à Alep où les combats ont repris hier, mais où une éventuelle nouvelle trêve est annoncée ce matin…En attendant, la presse s’interroge sur la responsabilité des uns et des autres dans l’issue de cette terrible bataille

Obama responsable sinon coupable dans la presse ce matin. C’est Assad qui tire sur son peuple, Poutine qui l’aide. Mais c’est l’impuissance de l’Onu et surtout le recul du président américain en août 2013 après l’utilisation d’armes chimiques par Damas, qui sont pointés du doigt. « En reculant, écrit Laurent Joffrin dans Libération, Barak Obama a donné implicitement au régime syrien un blanc-seing pour repousser les limites de la barbarie. Constatant cette éclatante abstention, Vladimir Poutine est alors revenu en force pour conforter son allié massacreur » poursuit-il. Dans Marianne, le patron de la rédaction Renaud Dély insiste : « ceux qui peuvent et doivent même avoir honte de l’issue du siège d’Alep, pour répondre à l’interpellation de l’ambassadrice des états unis à l’onu hier, ce sont barak obama, David Cameron et François Hollande. Le revirement de l’américain incapable de faire respecter sa fameuse ligne rouge, l’utilisation d’armes chimiques, la lâcheté du britannique et la faiblesse du Français sont autant de renoncements qui auront servi de « linceul aux espérances de la révolution syrienne ». « Comment peut-on être persan » demandait jadis Montesquieu. Il est à craindre qu’en regardant les bombes tomber, les enfants d’Alep en viennent à s’interroger « comment peut- on être démocrate ? conclut Renaud Dély

Oui, décidément entre l’impuissance de « ce machin qu’on appelle l’Onu » comme disait de gaulle rappelle le parisien et les Etats-unis, on se demande qui est le plus coupable du martyr d’alep. « Les Etats-unis, complices hypocrites et honteux » accuse à son tour l’éditorialiste Denis Sieffert dans Politis, « parce que pendant que les russes font le travail, Obama se tait et Kerry s’indigne » Et de rappeler la responsabilité historique de l’Amérique dans le chaos régional après l’invasion de l’Irak en 2003, les relations indéfectibles avec l’Arabie Saoudite dans un pacte de pétrole et de sang écrit il, mais évitons, ajoute tout de même Denis Sieffert, évitons l’anti impérialisme pavlovien, car en attendant, c’est bien Poutine qui bombarde »

Est-ce bien sûr ? l’Humanité sous la plume de Patrick Appel Muller semble en douter. Dans son édito pas un mot sur la responsabilité du dirigeant russe. Non, la vraie coupable de la tragédie d’Alep nous dit Appel Muller, « c’est la France, les autorités françaises qui ont joué un rôle particulièrement néfaste, couvrant leur choix guerrier du vernis des droits de l’homme, certes bafoués par le régime syrien concède l’éditorialiste, contribuant à faire capoter le processus de Genève, torpillant les chances de sortir de ce bourbier sanglant en mettant comme préalable à tout l’éviction d’Assad ». Alep, c’est donc la faute à la France, et quasi à elle seule. Peut-être pour remettre les choses à l’endroit, et à leur juste place, est-il utile de se replonger ce matin dans la chronologie de la crise syrienne, proposée notamment dans Libération ce matin, du veto russe à l’Onu dès 2011, au recul d’Obama en 2013, à la feuille de route pour la paix en Syrie signée par tous fin 2015, et jamais appliquée…Juste pour se faire une opinion sur le degré de responsabilité des uns et des autres…

Politique française Hélène, on retient quoi ce matin ?

Que la primaire de la gauche est sauvée du déshonneur grâce à Sylvia Pinel. Radicale de gauche, elle ne dépasse pas 0,5% dans les sondages, mais Sylvia Pinel a l’immense avantage d’être une femme ! ce qui permet à Libération de titrer« 6 hommes et une femme pour une succession incertaine » Vous êtes présenté comme le « dauphin » Manuel Valls quand Vincent Peillon est considéré comme un « revenant » 7 à 8 candidats donc qui seront en lice officiellement à partir de samedi. Enfin s’ils ont tous réglé leurs petits problèmes de trésorerie avec le ps. La presse revient en effet ce matin sur les 20 000 euros d’impayés de Vincent Peillon, révélés hier par le Canard Enchainé. Le huffington post affirme qu’Arnaud Montebourg doit lui 30 000 euros au ps, auxquels L’Opinion ajoute 49 322 euros 40 centimes dus au groupe socialiste de l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste, « malveillances vallsistes » dénonce son entourage.( Vous êtes à jour de cotisation Maneul valls ?( « Le Ps fuit, tous les coups sont permis » écrit Cécile Cornudet dans les Echos. Boules puantes de campagne…si vous préférez vous distraire, en vous instruisant bien sûr, regardez la petite video mise en ligne par Olivier Besancenot pour soutenir une campagne de souscription lancée par le Nouveau parti anticapitaliste en vue de la présidentielle. On y voit l’ex candidat à la présidentielle expliquer au père noel, les inégalités sociales et la lutte des classes. « distribuer plus de cadeaux aux riches qu’aux pauvres ça vous prend pas la tête ? » demande t il à celui qui lui a toujours fait penser à Karl Marx. Le père noel se défend comme il peut, « il a un contrat court, quelques jours seulement par an, avec ou sans allocation chômage, et le reste du temps, ce sont les lutins qui se tapent tout le boulot ». C’est pas l’Actor studio, mais c’est à regarder sur le site du Huffington post…

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.