8H30 la revue de presse, bonjour hélène Jouan

Revue de presse, pour ou contre ce matin

Contre, Manuel Valls d’abord, et ses déclarations samedi en Allemagne. Le premier ministre affirmait à la presse allemande que la politique de la chancelière sur les réfugiés « n’était pas tenable dans la durée », « Nous ne pouvons pas accueillir plus de réfugiés » a-t-il asséné.

« Cette posture du premier ministre est choquante » fustige Jean Christophe Ploquin dans son éditorial de La Croix. Qui rappelle 1 que l’europe a les moyens d’accueillir plus de réfugiés, 2 que nous avons des textes fondant juridiquement le droit d’asile qui gardent toute leur valeur 3 que Manuel Valls, « inquiet de l’impact électoral provoqué par le flux de réfugiés, se retrouve à faire le jeu des gouvernements souverainistes d’Europe centrale et des partis populistes de tout acabit, il fait ainsi peser une grave menace sur le projet européen » accuse t il. Précision apportée par le quotidien l’Humanité sur la situation en France : sur les 30 000 réfugiés promis par Paris, seules 62 personnes ont effectivement été relocalisées en France

Charge menée également par l’ancien député écologiste Daniel Cohn Bendit dans Aujourd’hui en France/le Parisien. Qui estime « qu’en tapant ainsi sur Angela Merkel, Manuel Valls fait montre de cet unilatéralisme qui rend aujorud’hui l’europe ingérable » accuse t il. Cohn Bendit qui regrette que le premier ministre ne se soit pas plutôt servi de cette crise pour peser sur l’Allemagne : oui à la solidarité pour accueillir les réfugiés aurait il pu dire, en contrepartie, l’Allemagne devait assouplir la politique de rigueur qu’elle impose à l’europe. C’est la seule façon défend t il, de faire avancer politiquement l’europe, la solidarité de tous au service d’un progrès économique et social pour tous »

Pour ou contre le référendum promis par François Hollande sur Notre Dame des Landes jeudi soir, une presse encore divisée ce matin

Pour, Laurent Joffrin dans Libération, qui rappelle que décidément « la manie du dénigrement qui mine le débat français vient encore de frapper ». Alors qu’on fait face à une situation de blocage sur ce projet, on aurait pu saluer cette incontestable avancée démocratique, et bien non regrette t il, on ne cesse de chercher à discréditer cette consultation…Le référendum pourtant rappelle t il, donne le dernier mot au citoyen. Mais peut être avance Joffrin, la peur d’être désavoué explique les objections de part et d’autres…Drôles de démocrates » conclut il

Le journal l’Opinion en tout cas, mène clairement la bataille contre le référendum. « C’est l’arme des pouvoirs faibles » explique Nicolas Beytout dans son édito, « c’est admettre l’incapacité du politique à assumer ses choix ». L’Opinion qui pour parfaire sa démonstration revient sur le référendum de la gare de Stuttgart en 2011 cité jeudi soir par François Hollande ; avec un raisonnement néanmoins un peu tordu si je puis me permettre. Le journal explique que c’est l’histoire d’une « double débâcle » ce référendum, puisque les Verts ont été mis en minorité à cette occasion, et que le projet a coûté plus cher que prévu. Reste que cette consultation citoyenne a effectivement permis de calmer le jeu et que c’est bien un ministre Vert qui a du coup lancé très démocratiquement les travaux de la nouvelle grande gare de Stuttgart reconnait le journal. Des politiques qui acceptent le verdict des citoyens, à chacun de chercher où est la débâcle…

Pour ou contre encore, c’est ainsi que la presse revient ce matin sur le conseil national tenu ce week-end par le parti Les Républicains

Contre surtout, car la presse tient pour établi ce matin qu’on est passé du « Tout sauf Sarkozy » au « Tous contre Sarkozy ». Beaucoup s’amusent des excuses avancées par les uns et les autres pour sécher la journée d’hier, la saint Valentin à toutes les sauces vous racontait Thomas Legrand, l’Humanité relève l’engagement fort original avancé par Nadine Morano pour ne faire qu’un passage éclair : les 100 ans de la naissance de Bigeard ! fallait la trouver celle là

Plus sérieusement, Cécile Cornudet dans les Echos revient sur les adversaires de Nicolas Sarkozy qui ont rivalisé d’insolence ce week end, jusqu’à Jean François Copé qui s’est déclaré à la primaire sur France 2 au moment même où lui-même s’exprimait sur TF1. Bruno Dive dans Sud Ouest parle de « la coquille vide de Nicolas Sarkozy », « pas de clashs ou de sifflets, juste des silences polis ou des absences ostentatoires. La haine a laissé place à l’indifférence, et c’est peut être pire ». L’un pourtant, était là, bien là, il s’agit d’Henri Guaino, Henri Guaino qui a décidé d’en découdre avec Nicolas Sarkozy nous explique Ludovic Vigogne dans l’Opinion. Revirement de Sarkozy sur le mariage pour Tous, menus de substitution dans les cantines, dont l’ancien président a fait un cheval de bataille, « ma famille politique ne s’en prendra jamais aux enfants, sous un prétexte religieux » a martelé henri Guaino…l’ex plume de Nicolas Sarkozy n’en finit pas de prendre ses distances. Tant et si bien qu’il rêve même de se présenter à son tour à la primaire. Alors henri Guaino sera-t-il le 8ème, 9ème ou 10ème candidat des Républicains ? En tout cas, « la campagne tout juste entamée ressemble déjà à la mêlée brouillonne du combat des chefs dans Astérix » conclut denis Daumin dans la Nouvelle République du Centre ouest. Jack Lang parlait à léa Salamé il y a quelques instants, de la cour du roi Pétaud…il aurait pu signer un édito

Pour ou contre enfin, dans le foot cette fois

Pour ou contre, Serge Aurier, insultant sur une video son entraineur et certains de ses coéquipiers du PSG, propos qui divisent la presse ce matin. Vincent Duluc dans l’Equipe fustige « l’inconscience de ce gamin de 23 ans ». Le problème n’est pas la forme explique t il, pour ma part je ne saurais reproduire ici les termes employés par Aurier, tous les enfants ne sont pas encore à l’école à cette heure-ci, mais c’est le fond qui est le plus consternant dit Duluc : « l’absence de conscience qu’il touche au sacré, à l’équipe, à son club. Dans la société comme dans le foot regrette l’éditorialiste de l’Equipe, la bêtise n’est pas un délit »

En défense du joueur, assez curieusement, on retiendra Libération. Libération qui certes déplore « le manque de délicatesse de l’expression d’Aurier, mais refuse de le suspecter d’homophobie, c’est hélas parfois ainsi que les gens s’expriment, et finalement c’est mieux que le filet d’eau tiède et les mensonges que les footballeurs de ce niveau racontent à longueur d’année » estime le journal. Libération, qui témoignages à l’appui tente de démontrer que le joueur parisien a toujours été un excellent camarade. A paris, il est devenu l’un des meilleurs latéraux d’europe estime le journal. Lui que le psg a mis entre parenthèse hier ». Libération défenseur de la culture du résultat. On aura tout vu !

Pour conclure, une info économique à retenir ce matin Hélène…

Les Echos qui nous en disent plus sur le projet El Khomri sur la réforme du marché du travail qui part ces jours ci devant le conseil d’Etat. Parmi les mesures surprises du texte nous dit le journal, « une réforme du licenciement économique », avec des précisions sur les conditions dans lesquelles un employeur pourrait se séparer d’un salarié sans risquer de subir les foudres des juges. L’exemple espagnol pourrait servir d’inspiration, 3 trimestres consécutifs de baisse de résultats pour l’entreprise et le motif de licenciement serait avéré. Peu de doute, très vite, on devrait pouvoir faire la chronique ici, des Pour et des contre, au sein de la majorité comme des syndicats

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.