Qui célèbrent le ministre de l'Education dans un chant choral, le Point, Valeurs actuelles, l'Opinion, le Parisien, Libération, la Croix le Figaro... et le ministre Blanquer étouffe sous l'éloge...

L'atout réformateur de Macron, la nouvelle star, le macronisme avec mention, le ministre qui secoue le mammouth : en référence à un mot, mammouth de Claude Allègre qui fut il y a vingt ans une star à l'éduc nat, avant de sombrer dans l'impopularité... Y pense-t-on ce matin quand Blanquer sature l'espace, et cela raconte aussi le journalisme politique, qui s'ennuie dans le nouveau monde et a besoin de vedettes... 

et c'est peut-être lui, donc, Monsieur Blanquer, qui sera ce soir à l'émission politique sur France 2...  

Blanquer décroche son bac pol" dit l'opinion, qui humanise... Blanquer aime l'Amérique latine et puis un arbre qu'il caresse (le JDD me l'avait déjà raconté) ...

et le Point couronne... Blanquer le "le vice président" ...  Mais en interview Blanquer se dérobe à la gloire, et l'habile homme ne revendique que celle du roi... "Le blanquerisme n'existe pas. Le macronisme, oui ! C'est la capacité à dépasser les clivages stériles et la foi dans la possibilité du progrès"

Mais en même temps, le ministre, très habile, s’installe dans nos cortex... "On est un homme politique à partir du moment où on entre dans un gouvernement. J'habite donc la politique, mais je reste qui je suis." et il se revendique en philosophe du beau et du vrai et de Charles Péguy, et il nous dit "je suis un avocat de l'art de vivre français, façonné depuis des siècles. Le goût pour le bonheur, la générosité et l'élévation de l'esprit". Alors oui, une bête politique est née... 

Mais tout de même, la presse nationale est-elle dans sa bulle, qui se passionne pour le destin d'un ministre, quand ailleurs, à la une de la Provence, du Parisien, de l'Alsace, on titre sur Maelys et son bourreau?

La gloire de Blanquer souligne aussi par contraste l'oubli dans lequel est mort un homme. On lit dans le Monde une trop courte nécrologie de Guy Georges... Non pas le criminel mais un instituteur archétypal, un fils d'ouvriers devenu enseignant,  il était il y a quarante ans le patron de l'hégémonique Syndicat national des instituteurs... Il portait deux projets, celui d'une école fondamentale, un seul tronc commun du CP jusqu'à la troisième, et le rêve d'un grand service public laïque... 

Guy Georges est mort le 3 février et seul le Quotidien de la Haute-Marne a salué cet enfant du pays, le monde a attendu 11 jours pour remarquer son absence...  On lui rend hommage sur un site internet, débats laïques, où l'on apprend que trois jours avant sa mort, il écrivait encore une note sur l'abandon de la laïcité par ses amis socialistes...

Un sdf écrit au Président

Ce qui confirme notre tempérament monarchique, mais la lettre n'est pas amène. Monsieur le président, écoutez un pizzaiolo sans abri interpelle Moncef, 49 ans, tunisien venu d'Italie l'été dernier... 

Monsieur Macron, regardez : je suis en France, je travaille et je n’ai pas de toit. Regardez, là, mon portefeuille : j’ai une carte bleue, un permis de conduire, tous les papiers qu’on puisse imaginer. Pourtant, tous les soirs, j’appelle le 115. Tenez, monsieur Macron, essayez une fois.

Et Moncef raconte un centre d'hébergement où il n'est resté qu'une heure tant la saleté l’écœurait...  la pauvreté n'est pas une déchéance.

Dans la Voix du Nord on lit trois portraits de sans-abris, qui racontent comment ils ont basculé. Thierry,  un « monsieur Tout-le-monde » qui parle bien et s'est retrouvé à la rue en se fâchant avec sa famille... Il vit en foyer,  avec des clodos de profession, des gens qui bossent en intérim, d’autres comme moi…  « Avec ces gars-là, j’ai plus appris en un mois qu’en trente ans de vie normale."

et tout ceci est  humain et politique aussi, puisque les sans abris sont le sujet sur laquelle la gauche se retrouve... contre le pouvoir… Dans  l'Obs, Matthieu Croisssandeau, se demande si le gouvernement est habité d'ignorance ou d'indécence, et conclut que cela revient au même... 

On va recenser les sdf parisien  aujourd'hui, dans une "nuit de la solidarité", organisée par la mairie et des associations, 1 800 bénévoles se sont inscrits, l'idée vient de New York dit la maire de Paris Anne Hidalgo sur le site internet de la Croix... elle dit aussi que la situation des sans abri est un échec collectif...

Et des hommes qui se battent, en Lorraine

Les héros trahis de la production... C’est dans Les échos, « la dernière bataille des mineurs de Lorraine »... les Charbonnages de France ont fermé depuis dix ans mais il reste plus de 3000 anciens mineurs qui demandent justice pour ce qu'ils ont subi et ce qu'ils vivent, plaques pleurales, silicose ou leucémie... Ils ont été mis en danger il y a plus quarante ans, quand on relançait la production de charbon près le choc pétrolier sans prendre soin des conditions de travail... "Nous avons été de la viande à charbon" lit-on, et ils meurent à 61 ans, c'est une moyenne, et la justice ne les attend pas. 

Un autre homme se bat, tout seul lui, et de manière ludique... il s'appelle Max et tague les radars, il les rend aveugle à la peinture orange... Il dit à l'Est républicain qu'il veut se faire prendre... pour la cause... « Pour l’ensemble des automobilistes qui paient un million d’euros par an à l’État et ont besoin de leur voiture pour aller au boulot." Tout le monde a envie de se révolter mais personne n’ose." Il a été mis en garde à vue pendant l'entretien... 

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.