Ce matin, les éditorialistes font appel à votre mémoire... votre mémoire de publivore... C'est l'effet Canada Dry... Visée : la police des quartiers présentée hier par Michèle Alliot-Marie... "Elle a le goût, l'apparence et la couleur de la police de proximité... Mais ce n'est pas la police de proximité"... C'est, entre autres, Philippe Waucaumpt, dans Le Républicain Lorrain, qui ironise... Et il faut bien avouer, poursuit Jacques Camus dans La République du Centre, "qu'hier, Michèle Alliot-Marie a déployé des trésors de vocabulaire pour expliquer, lors d'une 'conférence de cohésion', comment ces nouveaux 'îlotiers' allaient faire de la Seine-Saint-Denis le 'laboratoire d'excellence de la police moderne'... Alors, s'interroge l'éditorialiste, fallait-il user d'autant de subtilités sémantiques ou de formules grandiloquentes pour reconnaître tout simplement que le gouvernement changeait son fusil d'épaule ?"... "Faire et défaire, c'est une drôle de façon de gouverner", s'énerve Pierre Taribo dans L'Est Républicain... "Et dans le cas présent, c'est aussi un aveu d'échec et une prise de conscience de la part du gouvernement, forcé d'admettre que la présence de policiers connaissant le terrain et les populations qui y vivent permet de prévenir quelques sérieux problèmes... Bref, l'initiative semble dotée d'un minimum de bon sens"... Un bon sens qui rassure l'éditorialiste de L'Est Républicain... "au moment où la vie publique de la Présidence Sarkozy devient un surprenant cocktail de monarchie britannique et de principauté monégasque"... Dans L'Alsace, Patrick Fluckiger rappelle que la police de proximité avait été défaite en 2003 par le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy... Mais il appelle à surmonter les querelles doctrinales... "Il n'y a pas une police de gauche et une police de droite... Il n'y a qu'une police nationale, écrit-il... une police à laquelle il s'agit de donner des moyens adaptés pour faire de la prévention, sans la montrer du doigt lorsqu'elle est contrainte de manier le bâton"... Le retour de la prévention donc... Pour Francis Lachat, dans Le Courrier Picard, ça ne fait aucun doute... "Mettre plus de monde sur le terrain, ce sera nécessairement pour organiser une certaine forme de dialogue avec les gens des quartiers... Si c'était uniquement pour rouler des biceps et jouer les cowboys, ce serait voué à l'échec, car interpréter comme une provocation"... Alors, en même temps, il faut attendre de voir... de voir "si l'ensemble des mesures annoncées se traduit dans les budgets et se dégage de l'obsession du chiffre... C'est à cette seule condition, explique Daniel Ruiz dans La Montagne, que le plan de la ministre sera perçu, chez les policiers, comme l'amorce réelle d'une politique nouvelle"... Des moyens... C'est ce que demande une profession en plein malaise... La Dépêche du Midi publie ce matin un dossier intitulé "Police blues"... Rencontre avec des policiers et gendarmes, qui n'ont parfois même plus les moyens matériels d'assurer leur mission... des hommes et des femmes pris pour cibles, parfois jusqu'à la mort, et qui ont l'impression d'être abandonnés par les politiques, voire par leur hiérarchie... Et puis dans les journaux, ce matin... on s'intéresse au Traité européen... On pourrait dire : "enfin !"... Alors c'est Libération et L'Humanité qui se penchent plus particulièrement sur ce Traité... un Traité européen dont le processus de ratification débute aujourd'hui... "Traité européen : le débat interdit", titre donc Libé... qui analyse ainsi : "Sarkozy, aidé par la division des socialistes, impose la ratification parlementaire du Traité simplifié, similaire au texte rejeté par les Français en 2005"... Et Laurent Joffrin, dans son éditorial, explique que même si lui a été partisan de l'adoption du premier texte il y a près de trois ans, "il ne peut qu'exprimer une inquiétude devant cette occultation spectaculaire du débat aujourd'hui... Une nouvelle fois, les partisans de l'Union européenne donnent le sentiment d'agir au sein d'élites fermées, et de refuser la confrontation des idées"... Mais bon, L'Humanité veut y croire, à cette confrontation des idées... Il reste "20 jours pour un référendum"... Le journal analyse : "La gauche peut imposer la consultation du peuple"... Et Pierre Laurent exhorte ce côté-là de l'échiquier politique à "ne pas fuir"... "Pour qui veut reconstruire un projet, un espoir et une politique à gauche, la question européenne demeure essentielle... Il ne faut pas fuir ce débat, mais plutôt le reprendre là où il a été laissé en friche après 2005"... Alors en même temps, vous l'avez compris... Dans ce dossier, c'est le Parti Socialiste qui est montré du doigt... "L'Europe continue de cristalliser le malaise du PS", constate Le Monde... "Europe : les socialistes en pleine confusion", pour Le Figaro... Et dans Libération, Henri Emmanuelli fustige les divisions de son camp, sur le Traité et sur le Congrès de Versailles... "Le PS donne un spectacle affligeant", dit-il... Et puisque l'on parle du "spectacle affligeant" du Parti Socialiste... c'est toujours dans Libération... une tribune signée Michel Rocard... une charge, on ne peut pas dire autrement, contre Ségolène Royal... Un texte titré : "Halte au meurtre"... où l'ancien Premier ministre, député européen, explique que "pour le PS, choisir son prochain Premier secrétaire en pensant choisir du même coup son candidat présidentiel pour 2012, c'est offrir un surcroît de chances à Ségolène Royal... Or, le problème, c'est que cette candidate avenante et charismatique n'a, à l'évidence, pas les capacités nécessaires aux responsabilités qu'elle postule... Elle représente une certitude de défaite"... C'est donc signé Michel Rocard... Et c'est ce qui s'appelle "écrire au vitriol"... Bon... Laissons là ces querelles intestines... et revenons à un thème qui ne s'épuise pas dans vos journaux... Le pouvoir d'achat... C'est un article dans La Croix qui constate... "La valse des étiquettes concernerait d'abord les premiers prix"... Le journal catholique révèle en fait, ce matin, les résultats de l'Observatoire des Prix, établi pour la deuxième année par l'association Familles Rurales... Une étude réalisée par 48 familles, réparties dans 22 départements... et qui ont relevé tous les deux mois, dans les commerces qu'elles fréquentent, les prix de 38 produits jugés incontournables dans le charriot familial... oeufs, produits laitiers, lessive, etc.... Et le résultat est étonnant... Le prix moyen du charriot "grandes marques" a baissé de plus de 3% entre 2006 et 2007... tandis que le coût moyen du charriot "premiers prix" a, lui, augmenté de près d'un et demi %... Le président de Familles Rurales dénonce cette évolution, qui pénalise les familles qui ont du mal à joindre les deux bouts, et pour qui chaque euro compte... Dans le même ordre d'idée... Vous trouverez outre-Manche, dans le Daily Telegraph, cette Une sur les prix de l'alimentaire... Ils ont augmenté d'une manière record, constate le journal... Et sur un an, l'addition s'élève, en moyenne par foyer, à 750 livres de plus... Et sinon, dans la presse... Eh bien des nouvelles du journal Le Monde... Le Figaro explique que "la candidature d'Eric Fottorino au poste de président du directoire a été rejetée par les actionnaires extérieurs"... Et Les Echos entend analyser "les dessous d'une bataille pour le contrôle du quotidien"... Des nouvelles aussi de Nicolas Sarkozy... Libération rapporte qu'en Arabie Saoudite, on l'appelle "Pur-sang fougueux"... Dans Le Monde... vous lirez que "tout se décide à La Lanterne"... ce pavillon niché au fond du parc de Versailles où "Nicolas Sarkozy vit caché"... Et puis une nouveauté... la création, par Le Figaro, d'une rubrique "confidentiels"... Ce matin, vous apprendrez que Nicolas Sarkozy et François Fillon ont trouvé leur mode de communication... Ils s'envoient des SMS... Et "Quand le chef de l'Etat ne répond pas, c'est qu'il n'est pas d'accord"... Et puis, pour finir... Dans Le Parisien-Aujourd'hui en France... la révolte des plus de 70 ans... "Les vieux se rebellent", titre le journal... Les enquêtes de société les prennent rarement en compte... Alors une cinquantaine de spécialistes et de personnalités viennent de saisir la HALDE, la Haute Autorité de lutte contre les discriminations... Et Maurice Bonnet, 83 ans, doyen des signataires, ancien président du Conseil national des Retraites, tempête : "Les démographes n'ont rien compris... A 83 ans, moi j'ai la tête de mon père à 70... Et à Noël, on m'offre des skis de fond, pas un fauteuil pour m'asseoir au coin du feu"...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.