Avec une femme blonde et belle et charismatique et libre et il ne s'agit pas de Catherine Deneuve mais d'une championne de snowbard... Une des meilleures parmi ces athlètes qui défient la pesanteur et la prudence…

Anne Flore Marxer raconte dans l'Equipe ses combats pour l'égalité dans un sport supposé moderne... mais où les hommes se croient chez eux...  

Anecdote 1. « Le mec en slopestyle qui gagne avec un rodéo back 720 se voit offrir un voyage à Hawaii. Moi, je gagne avec la même figure à un demi-tour près et j’ai un tee-shirt ». 

Anecdote 2.  En 2011  elle remporte sa première victoire en free ride... "En bas je réalise que personne n'a regardé, sur le podium avait lieu la cérémonie protocolaire des hommes"

Et il faut lire Mme Marxer... Parce qu'elle témoigne de la généralité du préjugé... et des  pièges qui guettent les femmes... 

Elle est aussi dans un journal en ligne,  Neuf dixième... et peste contre ces journaux qui postent des photos de championnes en bikini...  "Les sports d’action, ça va vite, ça fait mal, et on en meurt même parfois pour se voir sans cesse rabaissées...."  

Et elle même quand elle débarquait sur le circuit, jeune championne de 19 ans... poussée à des photos sexy... "Je l’ai vécu comme un piège et j’ai eu l’impression d’être violée sur place..." 

Pour conjurer, Anne-Flore Marxer vient de poser seins nus, comme les militantes des Femen...  Vous la verrez, mais surtout vous écouterez: 

Alors, oui, je suis nue... Que voyez-vous quand vous êtes en face d’une femme ? Voyez-vous ce qu’elle a accompli ou sommes-nous toutes réduites à une paire de seins ? Et maintenant que vous les avez vus, mes seins, vous allez  et écouter ce que j’ai à dire ?

Mme Marxer... 

et on s'il ne faut lire qu'une femme ce matin, c'est elle... Pardon. On doit lire aussi dans l'Humanité... Ensaf Haidar, elle est saoudienne, son mari s'appelle Raif Badawi... Blogueur toujours emprisonné par le régime saoudien... Elle en appelle au jeune prince Mohamed ben Salmane... dont Libération décrit l'offensive moderniste...Elle veut croire en un autocrate éclairé... On lira Ensaf Haidar qui rêvait, petite fille de faire du vélo...  

Mais on peut lire aussi catherine Deneuve dans Libération?

Pour la bataille symbolique qui se joue autour de Deneuve, signataire emblématique du désormais fameux texte sur la liberté d'être importunée... Libération la ramène dans le camp progressiste... Deneuve assume sa signature mais elle s'excuse auprès des victimes d'acte odieux qui ont pu se sentir agressées... Elle parle du pouvoir comme la clé du sexisme...  elle récuse "les conservateurs, racistes et traditionalistes de tout poil qui ont trouvé stratégique de m’apporter leur soutien".

Et Libé a peut-être repris à l'ennemi  la star de belle de jour? 

Curieusement, Le Figaro célèbre Deneuve justement, ce matin, dans un texte dialectique qui veut raconter la guerre des féministes... mais qui soutient surtout le fameux manifeste… 

Et Le Figaro raconte la coulisse... 

Catherine Deneuve, au début, on y a pensé comme une bonne blague du genre “tiens on va demander à Michael Jackson 

racontent les rédactrices du texte, qui ont ensuite harcelé la star... Et grâce à l’actrice, "la tribune change alors de dimension. L'impact mondial est garanti."

Sauf que le Figaro ne savait pas, en écrivant, que Deneuve appuierait sur le frein...  

Dans Libération, Deneuve donne une raison essentielle de sa signature. "Le danger des nettoyages dans les arts".  Va-t-on brûler Sade en Pléiade ? Désigner Léonard de Vinci comme un artiste pédophile et effacer ses toiles ? Décrocher les Gauguin des musées ? Ce climat de censure me laisse sans voix.

Mais l'art n'est jamais innocent.

Les Dernières nouvelles d'alsace racontent ceci: au musée de Strasbourg est exposé le tableau d'un petit maitre hollandais du 17e siècle, Christian van Couwenberg. "Le sujet du tableau est le viol d’une esclave noire que s’apprêtent à commettre deux hommes, l’un nu qui la tient solidement serrée sur ses genoux, l’autre portant un linge noué autour de la taille – désignant la victime du doigt, il pourrait bien s’agir de l’artiste."

Un viol donc, d'une esclave comme une scène de la vie quotidienne. Le tableau fit scandale au 17e siècle, mais par pour nos raisons... "Il était mal vu qu’un Blanc ait des relations sexuelles avec une Noire, considérée comme “impure”, relevant davantage de l’animal que de l’être humain", dit Dominique Jacquot, le conservateur du musée... 

Voilà donc un tableau qui témoigne de l'histoire et qui embarrasse désormais, que le musée alsacien n'expose que rarement et avec une TRES LONGUE notice explicative...  et si c'était à refaire il ne l'achèterait pas... 

De la politique dans les journaux de lundi

Qui frémissent pour Laurent Wauquiez, c'est le Figaro, ou pour Edouard Philippe, c'est l'opinion, ou qui parlent du PS dont nul ne dit du bien…. Le PS mis à mal même par celle qui veut le diriger, "le PS est une petite mafia politique" dit la député Delphine Batho dans le parisien...

On peut ainsi faire provision de politique en bulle... ou préférer le concret... Le dossier de la Croix sur la duperie qu'ont subi les auto-entrepreneurs, qui se croyaient libres et se retrouvent précaires et dévalorisés... 

Ou la confrontation entre le directeur général de Pole emploi Jean Bassères et des chefs d'entreprise... dans le Parisien... 330000 offres d'emploi au moins sont annulées chaque année faute de candidats... 

On peut aussi, saluer un ras le bol, c'est dans la voix du Nord. 

L'éditorialiste Patrick Jankielewicz raconte.

Pour la deuxième fois en trois mois, Emmanuel Macron a refusé une interview de la Voix du Nord mais on nous a proposé à la place d'interroger Gérard Collomb; sous réserve qu'il puisse relire et corriger le texte avant publication...

Et bien la Voix du Nord refuse, et ne fera plus relire ses interviews... Même si elle en aura moins... On salue le confrère, nous a de la chance, on est en direct...

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.