Camion meurtrier sur la promenade des Anglais à Nice, au moins 84 victimes

Une du Parisien vendredi 15 juillet 2016
Une du Parisien vendredi 15 juillet 2016 © Le Parisien

La revue de presse, bonjour Hélène Jouan

Des « Unes » de journaux évidemment consacrées à ce nouvel attentat

Et d’abord ce terrible témoignage de Damien Allemand, journaliste à Nice Matin. "C'était une soirée cool" raconte t il dans son journal. L’ambiance était bonne, le feu d’artifice plutôt chouette, les gamins jetaient des galets dans l’eau et le réseau plantait. Bref, c’était une soirée cool." Et puis, le basculement. "Je zigzaguais entre les gens pour rejoindre mon scooter. Au loin, un bruit. Des cris. Ma première pensée: un malin a voulu faire son petit feu d’artifice … Mais non.""Une fraction de seconde plus tard, un énorme camion blanc filait à une allure folle sur les gens donnant des coups de volant pour faucher un maximum de personnes. Ce camion de la mort est passé à quelques mètres de moi et je n’ai pas réalisé. J’ai vu des corps voler comme des quilles de bowling sur son passage. Entendu des bruits, des hurlements que je n’oublierai jamais.". Il poursuit son récit, glaçant : "J’étais tétanisé. Je n’ai pas bougé. J’ai suivi ce corbillard des yeux. Les gens couraient, criaient, pleuraient. Alors, j’ai réalisé. Et j’ai couru avec eux

« Carnage à Nice » à la Une donc de Nice Matin qui a coloré de noir son logo, et qui consacre 9 pages au drame qui vient de toucher la ville, « l’Horreur» pour la Provence, et le Parisien. « L’horreur à nouveau » pour le Figaro, « 14 juillet mortel » à la Une de la Voix du Nord

Partout, les mêmes mots et les mêmes photos..

« Sur les 2 km de la folle embardée du camion, une multitude de draps blancs raconte Nice MAtin. De modestes linceuls posés à la hâte sur les dépouilles. Plusieurs heures après la tragédie, la plupart des corps des 80 victimes, 84 désormais, jonchent encore le trottoir de la promenade des Anglais. Un spectacle macabre insupportable. Mais nécessaire aux constatations de la police scientifique et technique. » Des corps qui devraient être enlevés dès ce matin

Si vos journaux papier n’ont pas tous eu le temps de modifier leur Une, en raison de leur heure de bouclage, tous les sites de la presse française et étrangère sont en info continue depuis cette nuit ; « Des dizaines de morts pour le Bastille day », écrit le Times, le Bastille day, c’est évidemment notre 14 juillet. Le New York Times en ligne affiche une photo de Grand Central Station à Manhattan qui s’est parée de Bleu Blanc Rouge dès cette nuit, et publie une carte de l’itinéraire du camion meurtrier le long de cette Promenade niçoise que beaucoup de touristes étrangers connaissent.

« Attaque au camion en ce jour de prise de la bastille » à la Une du Guardian en Grande Bretagne, « L’horreur à Nice » pour le Soir de Bruxelles, pour la Bild en Allemagne, pour El Païs en Espagne..Dans le monde entier, photo des victimes à terre et des proches qui pleurent, des passants qui fuient, premières infos, premiers témoignages

Et une évidence, cette date qui n’a pas été choisie au hasard

« A la tête de l’Etat, on a vécu en apnée pendant tout l’Euro de football, écrit laure bretton sur Libération.fr. Mais jeudi soir, c’est un symbole autrement plus important qui a été visé, celui de la Fête nationale. « 14 juillet, symbole de la liberté » a dit cette nuit François Hollande dans sa première intervention depuis le drame

Cette attaque n’a pas encore été revendiquée, mais François Hollande a affirmé cette nuit que son caractère terroriste « ne pouvait être nié »

Oui, qui derrière cette nouvelle attaque ? le parisien.fr rappelle qu’en septembre 2014, un important cadre de l'Etat islamique appelait ses partisans à utiliser n'importe quel moyen pour tuer, y compris des véhicules-béliers.

Et plus récemment, HIER, le journaliste de RFI David Thomson spécialiste des réseaux islamistes relève sur son compte Twitter qu'un djihadiste français a appelé ses partisans à ne plus rejoindre la Syrie ou l'Irak pour privilégier des attaques dans l'Hexagone. «Déchire ton billet pour la Turquie, tu manipules deux/trois voyous, tu trouves une arme dans n'importe quel quartier», dit-il dans une vidéo. Ce qui fait dire ce matin à la chaine de télé américaine Fox news : « il n’y a pas de ligne de front à cette guerre. Le front, c’est quand vous quittez votre maison, le matin ». Le site du Point rappelle ce matin, que le patron de la DGSI PAtrick Calvar avait affirmé en mai dernier devant l’assemblée nationale, qu’il était convaincu que Daech allait monter en puissance. Il évoquait déjà de futurs attentats avec des véhicules piégés. Tristement prémonitoire écrit Romain Gubert.

Et puis ce nouvel attentat marquera une fois encore l’importance considérable du rôle des réseaux sociaux dans de tels moments Hélène

« Quelqu’un a-t-il vu mon frère ce soir ? mon ami ? mes sœurs ? Photos à l’appui » L’obs.fr raconte en effet comment très vite après l’attaque, un hashtag portes ouvertes nice, a été lancé pour accueillir les personnes qui ne pouvaient pas rentrer chez elles, puis un autre pour rechercher des personnes disparues. Autant de bouteilles à la mer…mais une maman a retrouvé sa poussette et son bébé de 8 mois après avoir lancé un sos sur facebook, récit à retrouver dans Nice Matin. Facebook qui dès hier soir a activé sa fonctionnalité «safety check», qui permet aux utilisateurs d’informer leurs amis qu’ils sont en sécurité. Un dispositif déjà utilisé au moment des attentats de Paris le 13 novembre.

Appel au don de sang également sur twitter, mais la police nationale se sert aussi des réseaux sociaux pour demander à chacun d’être vigilant sur la diffusion de contenus choquants dit elle, notamment évidemment des photos de victime par respect pour elles et leurs familles, « merci aussi dit elle de faire preuve de discernement pour ne pas relayer des rumeurs qui gênent le travail des policiers »… Les décodeurs du Monde ont choisi de re-publier leurs recommandations pour ne pas relayer les rumeurs et les informations non vérifiées. Le monde.fr s’est mis en live, pour répondre aux internautes, et faire le tri entre ce que l’on sait, et de ce qui n’est pas factuellement à l’heure qu’il est, vérifiable

On termine enfin Hélène avec les premiers messages de solidarité qui affluent du monde entier

Les politiques français unanimes, dans un premier temps, pour dire leur émotion et leur solidarité, mais aussi les dirigeants étrangers, comme Barak Obama « Nous sommes solidaires de la France, notre plus vieil allié, au moment où elle fait face à cette attaque », a déclaré le président américain. De son côté, Donald Trump, a décidé de reporter sa conférence de presse où il devait annoncer le nom de son co listier en raison de « l’horrible attaque » de Nice a-t-il dit..Mais il ajoute sur twitter « Quand allons nous comprendre ? c’est de pire en pire»

Le premier ministre canadien Justin trudeau qui assure à son tour « que les canadiens sont bouleversés par ce qui vient de se passer à Nice, sympathie et solidarité avec le peuple français », l’hôtel de ville de Montréal vient de se parer des couleurs tricolores

La star américaine Leonardo di Caprio qui écrit aussi sur twitter « qu’un tel jour symbolique se termine dans le sang. Dans quel monde vivons nous, hashtag nice06. Tellement triste »

Des dessins et des messages enfin

Le lumineux tableau de Raoul Duffy La promenade des anglais 1932 qui circule, Plantu et Louison qui partagent sur les réseaux sociaux leurs premiers dessins. Une colombe en pleurs sur une France endeuillée pour le premier, un enfant la tête entre les mains, qui dit non non non non, mais aussi Nice au milieu de ses sanglots pour Louison

ET des utilisateurs anonymes qui partagent leur sidération, leur chagrin ou encore leur révolte face à la triste banalité de ce que nous vivons à nouveau

« Je suis charlie, je suis paris, je suis bruxelles, istanbul, bagdad, le bangladesh, je suis nice….je suis Epuisé » écrit l’un. « Révolté » ajoute un autre

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.