(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : kaléidoscopes

De la couleur, des choses vues, des fragments pour reconstituer un puzzle, à deux jours des élections en Grèce et en France...

Dans Libération , page 4, il est 7h20 à Athènes et il y a déjà une longue file d'attente devant une pharmacie d'Etat. Les clients viennent en masse dans ces officines, car les pharmacies privées ne veulent plus avancer le coût des médicaments à leurs clients. La sécurité sociale, ou ce qui en fait office, ne rembourse plus.Traitement contre les cancers, le diabète, la sclérose en plaque... Comment faire ? Réponse, dans Le Nouvel Observateur : certains ont été obligés d'interrompre leur chimio.

Dans ce voyage au bout de la crise, Le Nouvel Obs raconte une légende urbaine dans ce pays où les retraits massifs en liquide et l'argent planqué dans les matelas sont une réalité. Un homme se serait fait boulotter toutes ses économies en les cachant dans un trou de souris. Le roman décrit parfois très bien la réalité…

Voyage en Grèce, prenons le train avec Les Echos . L'équivalent grec de la SNCF représente moins de 1% du transport de passager. Mais la société a accumulé une dette de plus de 10 milliards d'Euros. Il y a comme une gestion qui déraille.

A moins que les comptables soient aveugles. Vous vous souvenez de l'Ile de Zante, un paradis pour les touristes, mais un drôle de phénomène : neuf fois plus d'aveugles que dans le reste du monde en moyenne. Ca sent l'arnaque aux allocations. Pour Le Monde Benoit Vitkine a voulu y voir clair. Il a croisé des restaurateurs qui lèvent les yeux au ciel et un loueur de bateau qui regarde la réalité en face : « Evidemment que tout le monde savait ! Ici tromper l'Etat est source de fierté, ça veut dire qu'on est plus malin que lui. »

Alors dimanche pour qui votez-vous, entre les cancéreux en rade et les faux aveugles qui voient la couleur de l'argent ? « Elections en Grèce : la colère ou la peur » titre Libération. La colère vote pour la gauche radicale qui rejette la rigueur européenne mais promet de rester dans l'Euro. La peur est du côté de la droite qui promet de tenir au moins en partie les engagements européens. La colère ou la peur. Ca laisse peu de place à un choix rationnel.

D'ailleurs à en croire le philosophe Stelios Ramfos, dans La Croix , ce qui caractérise les Grecs, c’est qu’ils sont du côté du sentiment. « La question culturelle est à la racine de la crise dit-il. En Grèce, tout se joue autour de la famille, la famille contre l'Etat. Aucun contrat social n'a été établi. Seuls les liens personnels comptent. Le clientélisme est le rapport naturel. »

Irrationalité et p'tites magouilles. Hier la bourse d'Athènes a bondi de plus de 10%, racontent Les Echos . Tiens donc, en pleine crise ? Oui : la Nouvelle démocratie, le parti de droite a fait circuler un sondage officieux la donnant gagnante des élections dimanche. Pourtant la semaine dernière, un sondage officiel la donnait battue.

Kaléidoscope français à présent

Dans deux jours aussi les élections législatives. Et le FN a au moins gagné le pari de peser sur le climat. La Croix décrit ces électeurs confrontés à un dilemme dans plusieurs circonscriptions.

3ème circonscription de Marseille, ils sont de droite et ont le choix entre le FN et une dissidente socialiste soupçonnée de détournement de fonds publics.

Dans la 5ème de l'Eure, ils sont de gauche et ont le choix entre le FN et un UMP tendance droite populaire.

Voilà quelques zooms. Dans une perspective plus large, la question c'est le PS aura-t-il la majorité absolue ? « Ne donnons pas à la gauche un chèque en blanc », demande Jean-François Copé dans les colonnes du Figaro .

La droite dont quelques personnalités pourraient bien perdre dimanche soir. Sur les 10 en position délicate, Les Echos en recensent 5 de droite : Xavier Bertrand, Nadine Morano, Nathalie Kosciusko-Morizet, Michèle Alliot-Marie et Claude Guéant.

Les 5 autres sont Marine Le Pen, la ministre Marie-Arlette Carlotti, François Bayrou, Jack Lang et bien sûr Ségolène Royal.

Le tweet de Valérie Trierweiler aura occupé la semaine. Ce matin encore, l'hebdomadaire people Grazia la qualifie de « première peste de France ». Dans L'Humanité , Jean Paul Piérot déplore l'écho médiatique donné à ce feuilleton. Emploi, pouvoir d'achat, retraite, justice fiscale, ces mots là avaient quasiment disparu. Ce qui l'inquiète lui, c'est de savoir si le Front de Gauche aura au moins un groupe à l'assemblée. « Voter vaut mieux que twitter. »

Sur la vie des femmes de ministres, on lira l'interview d'Audrey Pulvar dans Libération . Elle annonce qu'elle ne sera pas sur France 2 à la rentrée et le regrette amèrement. Titre de l'interview : « On me colle le statut de "femme de" et en plus, je passe pour une conne. »

Je commençais ce chapitre en évoquant le drôle de climat qui pèse sur ces élections.

Sur ce sujet, dans Le Monde , reportage de Florence Aubenas à Hénin Beaumont. Image de Farid, qui vit dans le quartier huppé et se regarde dans le miroir de sa salle de bains. Lunettes d'écaille, raie sur le côté, les rides précoces du type qui travaille tard. Il dit à sa femme en rigolant à moitié : "Tu crois que je vais finir par avoir peur de ce bougnoule en face de moi ? "

Kaléidoscope d'été à la rubrique people...

Un aniversaire à l'eau plate, ce n'est pas la crise, c'est le docteur qui veut ! Johnny remonte sur scène le jour de ses 69 ans. Le Parisien nous dit qu'il reste des places pour les 3 concerts à partir de ce soir au stade de France.

C'est déjà l'été en effet dans les magazines de fin de semaine. Femme Actuelle vous dit tout pour être belle en maillot. Dans Be , tous les conseils pour un bon look tout l'été. « Cover star » de cette fin de printemps : Sophie Marceau, à l'affiche avec Gad Elmaleh de la comédie romantique de l'été, dixit les magazines. Sophie en couverture de Version femina , Elle et Madame Figaro .

L’été dans les magazines people. Et à Donestk, ce soir, la température sera étouffante. Dans l'Euro de football, la France joue contre le pays organisateur, l'Ukraine, ce soir. « Les Bleus devront éteindre l'espoir de tout un pays », écrit L'Equipe . « Il faut glacer l'ambiance ».

A quelques heures du match, L'Humanité publie une photo de Franck Ribéry plongé jusqu'au cou dans un caisson de cryothérapie. Une bonne dose de froid pour aider les organismes à récupérer, de la chaleur notamment. A l'entrainement, les joueurs portent des cryovestes. C'est comme des gilets pare balle mais pour se protéger de la chaleur. Huit packs de glace dans les poches.

Alors coup de froid ou coup de chaud sur l'Europe ? La dernière image de ce Kaléidoscope, c'est donc une cryoveste. Deux mots d'origine grecque.

A lundi.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.