Voilà, c'est fini... "Et s'il réussissait sa sortie ?"... La question est signée Hervé Chabaud dans L'Union... "Savoir partir est un art... Tant de fois décrié, jusque dans son camp, pour avoir manqué d'épaisseur, le chef de l'Etat peut, en sélectionnant ce qu'il estime les points forts de son action, corriger en direct ce qui lui est apparu comme le plus injuste ou le plus blessant"... "Chirac : l'adieu au pouvoir"... C'est le titre choisi par Ouest-France ce matin... Le premier quotidien de France explique "qu'après 40 ans de vie politique, dont 12 comme Président de la République, Jacques Chirac transmettra donc demain le pouvoir à Nicolas Sarkozy... l'occasion de dresser le bilan, contrasté, de son action"... Le bilan de Jacques Chirac... Beaucoup de vos journaux s'y intéressent ce matin... Jean-Christophe Giesbert, dans La Dépêche du Midi, le dit sans ambages... "Soyons franc, Monsieur le Président... Ce n'est pas le sentiment d'avoir partagé avec vous une belle aventure et façonné ensemble le dessein d'une France épanouie qui nous nouera la gorge ce soir... La cause est entendue : vous ne laisserez pas une grande empreinte dans l'Histoire"... Pas d'empreinte dans l'Histoire... Pas plus dans l'économie, si l'on en croit Jean-Marc Vittori, dans Les Echos... "C'est la duocennie perdue"... "12 années d'immobilisme, alors que le monde cavalait"... Alors ces 12 années... Vous vous en souvenez ?... Si vous avez quelques trous de mémoire... Libération publie 4 pages de Unes consacrées à Jacques Chirac Président... La première... c'était le 8 mai 1995... au lendemain de la Présidentielle... un portrait du nouveau Président, et ce titre : "L'entrée en Chiraquie"... La dernière, ce matin... juste une main qui salue par la fenêtre d'une voiture... "Chirac s'évade"... Gros plan donc, dans Libé ce matin, sur "la retraite du résident de la République"... Le constat de Laurent Joffrin n'est guère amène... "Jacques Chirac, il faut bien le dire, a volé d'échec en échec... La France qu'il laisse ne va guère mieux que celle qu'il a trouvée... Ce qui n'est pas une grande réussite"... Et en même temps, sous la plume de l'éditorialiste de Libération... comme un sentiment de nostalgie, "pour ce chef que l'on n'arrive pas à détester"... L'explication, selon Joffrin, c'est que "Chirac est un soixante-huitard... Pas un des révoltés, non... Mais l'un de ceux qui couraient partout pour éteindre l'incendie... De 68, il a retenu une leçon : le peuple français est un diable démocratique qui peut à tout moment jeter bas n'importe quel gouvernement... Jacques Chirac fut donc le plus prudent des réformateurs, d'où l'impression d'immobilisme qu'il laisse derrière lui... Et pourtant, poursuit Joffrin... on lui trouve des excuses et des qualités... C'est là le miracle... Son refus de la guerre en Irak a forcé le respect, de même que son action au Moyen-Orient... Son acceptation du devoir de mémoire aussi... Et puis ses trois chantiers prioritaires... cancer, sécurité routière, insertion des handicapés... ont avancé... Jacques Chirac, c'est tout cela, conclut le patron de Libé... D'où cet étrange mélange d'indulgence et d'animosité pour une Présidence humaine, trop humaine"... Alors, en même temps, une chose est sûre... "Jacques Chirac fera bonne figure ce soir... C'est une bête politique, forte de 40 ans d'expérience"... Et Michel Noblecourt, dans Le Midi Libre, l'imagine en train de ruminer les mots de César à Brutus : "Tu quoque mi filii"... Parce que pas de doute, explique l'éditorialiste : "Sarkozy tue le père et prend sa revanche... Un exemple ?... Il joue d'emblée l'ouverture au parfum d'union nationale que Chirac n'avait pas faite en 2002"... Voilà, c'est fini... Il va pouvoir le lui chanter demain, Nicolas Sarkozy... "T'as eu ce que t'as voulu, même si t'as pas voulu ce que t'as eu"... Voilà, c'est fini... vraiment fini... Vos journaux s'épanchent, ce matin, sur le style Sarkozy... "Sarkozy omniprésent", résume La Charente Libre... Olivier Picard, dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace, ne dit pas autre chose... "Cette fois, le Président nomme les ministres sur proposition du Président... En recevant les partenaires sociaux dès hier, il a montré qu'il prenait lui-même les choses en main... La désignation du Premier ministre jeudi n'aura pas grande importance, tant le chef de l'Etat va concentrer toutes les décisions... une lecture nouvelle des institutions... une Présidence absolue"... Alors cette Présidence absolue, elle pose question à plusieurs éditorialistes... Fluckiger dans L'Alsace...Dauxerre dans La Provence... ou encore Dominique Gerbaud dans La Croix... "Jusqu'à présent, c'est le gouvernement qui rendait des comptes devant le Parlement... lequel avait la possibilité de le censurer... Le Premier ministre servait souvent de fusible... C'est lui qui allait au charbon et prenait les coups... Nous sommes en train de changer de République, poursuit Gerbaud... Le nouveau Président s'oriente vers un régime présidentiel"... Alors le gouvernement Sarkozy... On devrait le connaître vendredi... Pour l'instant, on est en pleine cuisine présidentielle... Et pour Jean-Marcel Bouguereau, dans La République des Pyrénées, le problème, c'est que "le gâteau est trop petit, et les convives trop nombreux"... Alors oui, peut-être... mais attention les yeux !... "Nicolas Sarkozy prépare un big-bang ministériel"... C'est le titre, sans demi-mesure, du Figaro... qui explique que "le Président élu veut modifier profondément l'architecture des grands ministères pour rendre l'Etat plus efficace"... Alors dans les pages du Figaro, vous saurez tout sur cette "révolution gouvernementale"... Il y a d'abord le cas Kouchner... Ce sera lui, sans doute, le prochain ministre des Affaires étrangères... Et pour le journal, "en prenant le Quai d'Orsay, Kouchner franchit une nouvelle frontière"... Le Figaro qui constate que Kouchner et Sarkozy se rejoignaient déjà sur le culte de l'action, le goût du résultat, la croyance en une diplomatie morale, et l'admiration pour la politique économique et sociale de Tony Blair... Les autres changements... Eh bien attendez-vous à apprendre la création d'un Conseil de sécurité national à la française... sur le modèle de ce qui se fait déjà aux Etats-Unis... une structure de pilotage des questions de sécurité, qui devrait être créée à l'Elysée... Il y aura aussi un "big-bang du pôle économique et social"... avec la séparation du ministère de l'Economie et de celui du Budget... C'est l'inquiétude dans les couloirs de Bercy, note Le Figaro... Toujours dans ce journal... le ministère de l'Immigration aurait la charge de l'intégration et des expulsions... et le ministère du Développement durable verrait cohabiter l'écologie avec l'industrie... Alors l'écologie... Eh bien c'est de ce côté-là qu'il faut chercher les nouvelles possibilités de croissance... C'est le dernier rapport du Conseil économique et social qui le conseille... "Le CES passe au vert", constate L'Humanité... qui se demande s'il faut y voir un effet Al Gore ou Nicolas Hulot... La Tribune préfère se demander si ce rapport... qui préconise que l'environnement doit être au centre de la stratégie économique du gouvernement... influencera la prochaine feuille de route du ministère du Développement durable, à la tête duquel Alain Juppé serait pressenti... Alors puisque l'on parle croissance... Travailler plus pour gagner plus... Quelques échos ce matin, dans la presse, à ce slogan présidentiel... Dans le supplément économique du Monde... Antoine Reverchon explique que les Français ne travaillent pas forcément moins que les autres... Si l'on prend le nombre moyen d'heures effectivement travaillées sur une semaine... en comptant tous les salariés, y compris ceux à temps partiel... alors les Français travaillent 37,4 heures... les Irlandais 37... les Suédois 36,3... les Allemands 35,8... les Anglais 35,6... et les Néerlandais 32 heures... Et puis côté productivité... c'est un encadré dans La Tribune... c'est le matin que les salariés sont les plus productifs... Ce sont eux-mêmes qui le disent... Tous pays européens confondus, seuls 7% des salariés se déclarent efficaces entre 14 heures et 17 heures... Pour finir... C'est donc demain que débute le mandat de Nicolas Sarkozy... 2007-2012... 5 ans... Et si l'on se donnait directement rendez-vous dans le futur ?... C'est ce que propose Economie Matin... L'hebdo gratuit de l'économie imagine "le bilan fiction" du Président Sarkozy... Nous sommes en 2012, à quelques semaines du premier tour de l'élection présidentielle... Alors oui, selon les différents experts rassemblés par Economie Matin... c'est "le retour de la France qui gagne"... Sauf qu'à la veille des élections, si le sale boulot est bouclé, si la France se porte beaucoup mieux, elle ne le sait pas... Comme Schröder, comme Thatcher, comme Aznar ou comme Tony Blair, le Président Sarkozy se voit imputer les efforts subis mais pas les succès à venir... Et du coup, pour le journaliste économiste François de Closets, "c'est Ségolène Royal qui croque les marrons que Sarkozy a tirés du feu"... Côté communication... la fin de mandat de Nicolas Sarkozy est aussi annoncée difficile... Le sociologue des médias Denis Muzet imagine "le crépuscule du héros Sarko"... Pour lui, les Français se lassent de voir chaque matin leur Président à la Une des journaux... Et sinon... en 2012, quoi de neuf ?... Eh bien vous pourrez vous offrir un voyage Paris-la Lune pour moins de 10.000 euros... Et George Clooney sera le nouveau James Bond...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.