#enmemoirenice, galerie de portraits des vies fauchées le 14 juillet; Cahuzac, même pas ennobli par l'épreuve du procès.

8H30 la revue de presse, bonjour Hélène Jouan

On commence par une série de portraits, portraits pour ne pas oublier

« André Raffaeli allait fêter ses 17 ans le 21 juillet, s’il n’avait été assassiné sur la promenade des Anglais le 14 juillet, à quelques mètres de son petit frère Léo, grièvement blessé » Portrait à lire sur le Lemonde.fr

« Pas plus que les 130 victimes des attentats du 13 novembre à Paris, les 86 disparus de Nice ne doivent s’effacer de notre univers explique le journal. Nous refusant à les réduire à un chiffre et à un statut anonyme, celui de « victimes », nous avons voulu leur donner un visage, leur rendre leur vie. Les installer dans notre souvenir.

« Lycéen doué, peut-être surdoué, sa mère le taquinait en le surnommant « Wikipédia », André venait de réussir brillamment les épreuves anticipées du bac. Toute la famille était venue fêter son succès ce soir là à Nice. André faisait du théâtre, il était charismatique raconte sa prof, il écoutait Muse, son groupe de rock préféré avec ses copains »

Hashtag/enmémoirenice. Galerie de vies fauchées

Dans l’actualité Hélène ce matin, retour sur le procès Cahuzac et le réquisitoire prononcé hier à l’encontre de l’ancien ministre

« 3 ans de prison ferme pour fraude fiscale et blanchiment d’argent. Jamais une telle peine n’avait été demandée. Jamais des magistrats ne s’étaient livrés à un aussi long parallèle entre cette délinquance en boutons de manchette et celle de la rue » écrit Yves Harté dans son éditorial dans Sud Ouest. « Cette peine demandée entend délivrer un message à l’intention du prévenu, mais aussi à tous ceux qui fatalistes, considèrent qu’il existe dans notre pays une justice à 2 vitesses » poursuit il. Plus que la peine requise, c’est la dureté des mots employés que la presse retient ce matin. Valérie de Senneville dans les Echos cite longuement le réquisitoire :« On a dit que c’était le procès du mensonge a asséné la procureur, je pense que c’est le procès de la trahison. Trahison de votre éducation, de votre serment de médecin, de la confiance de vos électeurs et des institutions républicaines, vous avez flétri l’honneur de ce pays ».

2 plumes de la presse judiciaire, à lire ce matin pour sentir, comprendre ce qui s’est joué dans cette salle d’audience, pour approcher ce personnage sans génie qui a pourtant fait trembler la république : Stéphane Durand-Souffland dans le Figaro : « Jérôme Cahuzac est un petit prévenu qui lâche de grands noms. Il se défend petitement. Sauf qu’il a été ministre, et qu’à ce titre il enduit la médiocrité de sa défense d’un vernis particulier, sans se rendre compte que c’est justement cette brillance qui le distingue des justiciables ordinaires » « Cet homme là, aujourd’hui paria, inspire une forme de compassion, reconnait pourtant Durant Souffland , car les curées toujours laides, ne déshonorent que ceux qui y participent, et qu’aucun délinquant ne mérite de subir pareille infamie dans un Etat de droit ». Pascale Robert Diard dans le Monde voit dans cette affaire Cahuzac, un « triste conte moderne », « l’histoire d’un ambitieux sans conscience civique qui pendant 15 ans avec son épouse a organisé une fraude massive et méthodique de l’administration fiscale », elle aussi parle de « la violence et de la curée sur un homme à terre »…Pour autant conclut-elle: « Il arrive parfois que l’épreuve ennoblisse celui qui la subit ; Cette métamorphose n’est pas apparue au procès de Jérôme Cahuzac. La fraude fiscale reste un délit d’autant plus médiocre qu’il est commis sans nécessité. Elle ne fabrique pas de héros tragique »

Tout autre chose maintenant, un nouveau dossier de souffrance animale

Ames sensibles et amis de Bugs Bunny s’abstenir ! En exclusivité, Aujourd’hui en France/le Parisien nous révèle une nouvelle affaire de maltraitance animale : le martyr des angoras ! vous ne regardez plus vos pulls angora de la même façon » nous prévient le journal ! et pour cause, une nouvelle video tournée par un militant de One Voice, cette association qui travaille avec des « infiltrés » pour filmer le pire de ce qu’on peut faire aux animaux, nous montre des lapins angora, sanglés sur une table, et qui se font arracher les poils par poignées, en poussant évidemment des cris stridents ! Et oui, car 100% des produits étiquetés Angora Français sont ainsi obtenus en épilant les lapins. Pas question de les raser, le poil obtenu avec sa racine est plus long et donc se vend plus cher. Un nouveau dossier sur le bureau du ministre de l’agriculture Stéphane le Foll à qui l’association demande la fermeture des élevages et l’interdiction de la vente de pulls, chaussettes et écharpes en angora. Vous savez donc ce qu’il ne faudra pas porter cet hiver !

En bref Hélène, un anniversaire, un décret qui dérange et une émission politique attendue

Le site de petites annonces le bon coin souffle ses 10 bougies, François Hollande est même annoncé à la fête d’anniversaire, peut-être un clin d’œil appuyé à Nicolas Sarkozy qui il y a quelques mois s’était illustré en demandant « c’est quoi le bon coin ?? », plus sûrement pour célébrer l’une des plus belles réussites du Web français, l’un des rares à se frayer une place au milieu des géants américains avec 25 millions de visiteurs, et une belle histoire que nous racontent ce matin les Echos. L’idée n’est pas née dans la chambre de bonne d’un jeune startuppeur. Mais dans l’antichambre de 2 groupes puissants de média, qui ont eu l’intelligence de laisser se développer le site de façon autonome, modèle gratuit, appel aux internautes pour trouver le nom, ça a failli s’appeler chez georgette, et au final donc, une parfaite adéquation avec une nouvelle tendance de fond, la volonté de consommer de manière raisonnable…mais aussi de trouver un boulot, leboncoin est devenu le 2ème site d’offres d’emplois après pôle emploi

14ème journée de mobilisation contre la loi Travail…et un décret sorti par la porte, retoqué une première fois par le conseil constitutionnel, qui revient par la fenêtre nous annonce L’Humanité. Le décret instaurant un barème indicatif pour les indemnités prud’homales à verser suite à un licenciement abusif devrait être publié dans les jours à venir. Indicatif donc, mais toujours fait, selon L’Huma pour « rassurer les patrons délinquants »

Et puis, c’est L’émission politique à regarder ce soir. D’ailleurs ça s’appelle l’Mmission politique, premier invité sur France 2, Nicolas Sarkozy. Libération s’amuse à imaginer les phrases prononcées ce soir par le candidat « madame Salamé faites moi plaisir. Croyez-moi quand je vous dis que si j’avais quoi que ce soit à me reprocher, je ne me présenterais pas devant les français ». Une façon de dire que le show est un peu attendu…Mais à lire Marianne, on pourrait quand même être surpris. Marianne qui raconte une rencontre cette semaine entre Nicolas Sarkozy et quelques patrons. Ça tombe drû sur tout le monde : « les journalistes de France 2 ? ça donne une idée de ce qu’était Che guevara », l’ancien patron de la CGT Bernard Thibault,« le johnny halliday du pauvre », Sarkozy qui aurait par ailleurs viré climato sceptique. « Cela fait 4 milliards d’années que le climat change. Il faut être arrogant comme l’homme pour penser que c’est nous qui avons changé le climat »…a-t-il déclaré. Et bien voilà, ça pourrait donner : « madame salamé, faites moi plaisir. Vous croyez vraiment que j’y suis pour quelque chose s’il fait trop chaud… »

Et puis, quelques articles du Journal de Montréal ce matin, pour vous donner Xavier Dolan un petit goût du pays que vous venez de quitter : Un 13ème béluga est mort dans le St Laurent depuis le début de l’année et c’est inquiétant, un député de Québec Solidaire, à gauche chez vous, dénonce l’amnistie accordée aux fraudeurs de l’impôt au Québec, un petit écho au procès Cahuzac dont on vient de parler et enfin, ses paroles de miel: sophie durocher s’exclame dans sa chronique « J’avais hâte de voir Juste la fin du monde de Xavier Dolan. J’en suis sortie complètement sciée, bouleversée, chamboulée, tout à l’envers. C’est un chef-d’œuvre. Un film magistral. Pas «un de ses meilleurs». Son meilleur ».

Qui a dit qu’on ne saurait être prophète en son pays ?

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.