Cassini qui nous a fait découvrir les mystères de Saturne, et qui « sera suicidée » aujourd’hui nous dit le Parisien...

Précipitée à 113000 km heure pour finir dans le feu de la planète aux anneaux… C’est la loi de l’espace ; « les missions d’explorations spatiales sont tenues tenue de laisser vierge tout corps céleste susceptible d’abriter ou d’expliquer la vie… »

Or Cassini a appréhendé un satellite de Saturne qui s’appelle encelade, qui dissimule sous une couche glaciaire un océan prometteur, salé tapissé en son fond de roches, « une boutique de bonbon pour microbes » dit la nasa… Et il ne faut pas prendre le moindre risque de voir Cassini, qui n’a pas été stérilisé à son lancement, tomber sur encelade et perturber ce miracle…

Il va nous rester les trésors… Le figaro : « La mission Cassini-Huygens est l'une des plus ambitieuses et des plus prolifiques jamais entreprises par l'homme. Près de 4.000 articles scientifiques ont été produits. Plus de 450.000 photos ont été prises. »

Sur le site du Figaro, quelques unes de ces photos prises par la mission cassini de saturne aux reflets verdâtre, dont le pole nord s’orne d’un hexagone bleuté, décoré d’un vortex semblable à des pétales de roses… « un ouragan de 2000 km de diamètre le parcourt, les nuages s'y déplacent à la vitesse vertigineuse de 540 km/h »…. et puis des images de Titan, ce satellite à la surface plissée de nuages de poussière et de méthane…

On voit aussi la terre dans ces photos publiées dans le Figaro…

Une photo de juillet 2013, un petit point sous un anneau, un milliard et demi de kilomètre plus loin… et c’est là dimension mystique de l’exploration spatiale…

Vu de la haut, que sommes nous. Un point dans l’espace, déchiré de doutes… peuplé d’une espèce qui a peur de la mort et pourtant la hâte.

Vu de saturne, les Unes de Libération et de Sud Ouest laissent rêveur… sur le scandale du glyphosate, cet herbicide que l’on trouve notamment dans des céréales du petit déjeuner...

Vu de Saturne, ce que fait l’homme pour se pardonner est attendrissant… On plonge sur Guardia Sanframondi,… c’est un village de la région de Naples et c’est un reportage de Society. Là bas, tous les sept ans se tient une procession de pénitents, les battenti vêtus de blancs, le visage caché d’une cagoule, « qui défilent plusieurs heures sous un soleil de torride en se frappant le torse jusqu’au sang. Avec une éponge de liège remplie de pointes »

C’était au mois d’aout dernier…

Et on lit Rosa, 62 ans…

« Les spectateurs ne peuvent pas deviner la tranquilité qui regne dans l’eglise avant qu’on sorte défiler, toutes ces éponges remplies de pointes qui n’ont qu’un désir, porter le premier coup, une fois que tu as commencé tu ne peux plus t’arreter »

Le rite existe depuis le moyen age. La punition corporelle est un geste de foi.

Et c’est aussi une manière d’expier les péchés de toute l’humanité… autour des pénitents, des figurants miment des scènes de l’église… le martyre d’edith stein, cette religieuse assassinée à Auschwitz…

On se lacère aussi pour le mal que l’on fait… soi-même…

Dans la procession, « des mafieux de la camorra, de la sacra corona unita, de la ndrangheta, se dépècent la poitrine en sortant de prison pour purger également les peines de l’âge », c’est Roberto saviano, le journaliste auteur de Ghomorra, qui le dénonce…

Il faut se pardonner ?

Il est d’autres manières plus douces et tout aussi chrétiennes… Comme ces militants qui animent, ils sont dans la Croix, un restaurant solidaire où ils accueillent sans humilier. Cela fait de moins belles photos, évidemement…

La Corée du Nord et le spectre atomique sont dans Le Point…

« Le monde est ce qu’il est c’est à dire peu de chose » c’est Albert camus qui écrivait cela dans combat en aout 1945, après hiroshima …

Article cité 72 ans plus tard dans le Point, qui publie un dossier long et méticuleux sur l’apocalypse…

ce que serait Paris subissant une frappe atomique… Si nous recevions Tsar Bomba, la plus grosse bombe russe testée, il y aurait 7 043 250 morts et 2 847560 blessés, dans une trainée de mort qui irait de paris à Berlin…

Et ayant décrit cela,

le point se penche sur kim Jong Un, l’ homme « qui fait chanter le monde »… et le portrait est rassurant en quelque sorte, non pas celui d’un fou mais d’un méthodique

« un fils à papa, un ado gaté fan de NBA et de fromage suisse » muté en dictateur ultra réaliste qui a fait de son pays une puissance atomique…

pour garantir son régime.

« nos efforts sont une lutte contre la mort », disait Kim Jong Un le 1er janvier dernier, dans un discours que le Point publie… S’il ne s’agit que de cela ?

Dans Courrier international… Un dossier permet de varier les angles… et de mesurer les risques. Le Walls street journal veut abattre le dictateur… point de vue américain… mais au japon, , un philosophe Tatsuru Ushida , explore une « solution douce », une fédération entre les deux corées, chacune conservant son régime politique… « Il est peut être préférable qu’un pays soit dirigé par un tyran que livré au chaos »

Un tyran ? Saturne, le dieu du temps, est resté célèbre dans nos mythologie pour avoir dévoré ses enfants…

Des personnages politiques exposés en profondeur enfin, avant ce week end…

Et c’est un bain de familiarité … dans Marianne, un homme qui boude la fête de l’humanité… elle commence aujourd’hui ! longue interview de Jean Luc mélenchon, et ce sont moins les jugements qu’il porte sur ses adversaires qui sont intéressants, que sa stratégie, l’organisation en réseau, et son regard sur la société… où l’on retrouve ce dont nous parlons:

« On a l’impression que le seul liant culturel que le système propose à la société, c’est la peur… L’incitation à la peur contribue à dépolitiser les débats… on finit par croire que dans la sphère politique, seules les névroses des individus ont une réalité »

En face interviewé dans Libération portraituré dans Le magazine des echos, le ministre des comptes publics Gérald Darmanin masque bien ses névroses, sauf si l’ambition et le travail en sont, et est résumé par sa chanson favorite de brassens, « mourir pour des idées, d’accord mais de mort lente… « le combat d’aujourd’hui c’est deux points de TVA ou de csg, je ne suis pas sûr que ça vaille la fin de vie »…

Vu de saturne, et même de plus près, sans aucun doute, ce gouvernant est reposant.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.