(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : la campagne au grand air

(Bruno Duvic) Hier à Paris, c'était "roulage de biscoteaux"...

L'expression est de Pascal Coquis dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace , pour résumer ce dimanche où les deux favoris de la présidentielle tenaient meeting en extérieur à treize stations de métro de distance, l'un à Vincennes, l'autre à Concorde.

A lire la presse ce matin, pas de vainqueur, 100.000 partout la balle au centre. 100.000 personnes dans chacune des deux réunions, c'est en tout cas ce que disent les organisateurs. Les journaux n'y croient pas vraiment mais ne donnent pas de chiffre alternatif.

Mais les éditorialistes ont mesuré le climat dans les deux camps à une semaine du premier tour.

L'anémomètre de Jacques Camus dans La République du Centre a capté un "Vent porteur d'optimisme à Vincennes, un vent plus frisquet du doute à la Concorde"

"Ambiance festive et colorée à gauche, plus ordonnée solennelle à droite" selon François Martins dans Midi Libre

Pour Michel Urvoy, Ouest France , c'était "festif, rassembleur et confiant" à gauche, "lyrique patriotique et grave" à droite

Davantage sur le fond, Daniel Ruiz, La Montagne , voit un Sarkozy « dans l'expérience du pouvoir et le rôle du protecteur de la majorité silencieuse »,

et un Hollande « qui veut restaurer l'idéal républicain dans une France unie. »

Hollande, parti en campagne il y a un an, est plutôt la tortue de la fable et Sarkozy, qui cherche à rattraper son retard à la dernière minute le lièvre dixit Bruno Dive dans Sud Ouest . Ce côté lièvre on le retrouve à la Une de Libération qui fait sa Une uniquement sur la Concorde avec ce titre "Barouf d'honneur".

Dans l'éditorial Nicolas Demorand pointe notamment cette contradiction du président candidat : "L'urgence à relancer l'économie par la croissance, en plus de la rigueur et à inscrire cet impératif au cœur des plans de l'Union européenne ? D'abord brocardée comme un exemple de la dangereuse inexpérience internationale du candidat socialiste, la mesure trouve maintenant en Nicolas Sarkozy son plus ardent défenseur"

Edito contre édito, dans Le Figaro Paul Henri du Limbert préfère de loin le programme et les prestations de Nicolas Sarkozy. « Hier il ne fallait pas se tromper de meeting, écrit-il, ceux qui pensent que le passé compte plus que l'avenir se devaient d'être à Vincennes. Ceux qui jugent qu'à trop regarder derrière soi on s'égare étaient à la Concorde. »

Encore un mot des deux favoris... Le marathon des interviews continue. Nicolas Sarkozy dans Femme actuelle . Il promet un droit effectif à la formation pour les femmes après un congé maternité.

François Hollande dans La Croix et La Dépêche du midi . Dans La Croix il annonce qu'il ne fera aucun geste symbolique style visite au Panthéon a son arrivée à l'Elysée s'il est élu. La Dépêche du midi , l'interroge parce qu'il est aujourd'hui dans le Tarn. Et revient encore une fois la référence à Mitterrand : "Il m'a souvent été rappelé par des élus de Carmaux (la terre de Jaurès) que Mitterrand était venu en 81 à la veille du premier tour"

Ce week-end, presque tous les candidats étaient en meeting

Et s'il faut établir un classement de la mobilisation militante pour cette présidentielle, écrit Patrick Fluckiger dans L'Alsace , le premier à avoir revendiqué 100.000 personnes est Jean-Luc Mélenchon.

Mélenchon gonflé à bloc, dixit Le Parisien-Aujourd'hui-en France . Extrait du meeting de Marseille, samedi sur la place du Prado dans Libération "Ca se sent, ça se sait, ça se voit, nous écrivons une page d'histoire de la gauche". Jolie photo de Jean Michel Sicot dans L'Humanité : la marée humaine au premier plan, la mer la vraie au second plan.

L'Humanité qui a l'air de préparer le second tour. On trouve dans l'édition de ce matin quelques clins d'oeil à François Hollande. Extrait de l'éditorial de Michel Guilloux : "Tous peuvent se retrouver dans le souci affiché dimanche à Paris par François Hollande appelant à 'une République plus forte que les marchés"

Si François Bayrou prépare des ralliements au second tout, il le cache bien. Libération raconte son meeting à Marseille lui aussi, mais hier, salle du Silo, 2000 places et toutes n'étaient pas prises :

Il a dénoncé les "trucages", la "démagogie", voire l'abus de confiance des deux favoris. "Ils mentent sur l'état de la France.

A Hénin Beaumont, Marine Le Pen joue sur la sécurité pour Libération . Elle veut finir seule contre tous, pour Le Parisien .

Et vous Nathalie Arthaud (invitée du 7/9 ce lundi matin ), au Zénith de Paris, toujours selon Libé qui offre ce matin la couverture la plus complète de ce week-end de meetings, vous étiez à la lutte : "Si les élections ne peuvent pas changer la vie, la lutte collective des exploités en a la force (...) Que ce soit Hollande ou que ce soit l'autre, il faudra se préparer à se défendre par nous-mêmes"

Toute la presse s'intéresse à cette campagne, même Télé 7 jours , qui demande entre autres à chaque candidat quel est le programme télé dont il a la nostalgie. En ce qui vous concerne, Nathalie Artaud, c'est « La Noiraude ».

Pour ceux qui auraient oublié un extrait de ce dessin animé où une vache hypocondriaque appelait tous les 4 matins son vétérinaire un peu las et à la secrétaire acariâtre, cliquez ici.

La vache qui veut devenir biche, c'est une autre forme de lutte des classes

Quoi d'autre dans la presse, Bruno ?

Un membre du gouvernement accusé d'employer une sans papier pour faire le ménage au noir chez lui. Mauvais point pour Pierre Lellouche ce matin dans Libération . Il essaye de se défendre en assurant qu'il ne connaissait pas son statut. Le journal en doute fortement.

La banque UBS soupçonnée d'aider à l'évasion fiscale par la justice française. Une information judiciaire est ouverte notamment pour blanchiment de fraude fiscale commis en bande organisée. C'est à lire dans Les Echos ce matin.

Sur les sites des journaux italiens vous trouverez beaucoup de réaction après la mort encore d'un joueur de football d'une crise cardiaque sur le terrain ce week-end. Dans les articles, en filigrane revient la question du dopage et noir sur blanc, l'appel à installer des défibrillateurs dans toutes les enceintes sportives, quel que soit le sport, amateur ou professionnel.

Enfin sur slate.fr , cette histoire racontée d'abord par le journal britannique The Telegraph .

Histoire de cette dame devenue aveugle à cause de son diabète. Pour oublier son malheur, elle s'est mise à écrire. Pour se repérer sur ses pages d'écriture qu'elle ne voyait plus, elle y a collé des bandes de papier pour créer un relief et séparer les lignes. Son fils venait lui lire à haute voix ses textes régulièrement. Puis un jour, il a bien dû lui dire que 26 pages étaient totalement vierges. La dame avait écrit mais le stylo n'avait plus d'encre.

Le manuscrit a été confié à des policiers spécialistes de la reconstitution d'écriture effacée car le stylo avait tout de même laissé quelques marques. Tout a été récupéré à l'exception d'une seule phrase. Le manuscrit en valait-il la peine ? La dame en question, qui s'appelle Trish Vickers, cherche un éditeur.

Quant à cette phrase écrite un jour et disparue à jamais, c'est un joli sujet de méditation. Les écrits aussi s'envolent au grand air, parfois.

A demain !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.