L'enquête d'Atlantic qui fait peur. Des nouvelles des riches. Et haro sur Valls

La revue de presse, bonjour Hélène Jouan

En pleine polémique sur la nouvelle guerre froide, cyberguerre entre Russie et Etats-unis, un article ce matin qui peut faire peur hélène

« Les espions sont partout, ils sont surtout à la maison » C’est ce que nous raconte ce matin le spécialiste des nouvelles technologies Ian Bogost du mensuel américain Atlantic, repris dans Courrier International. L’idée que vos données personnelles dans vos objets connectés puissent servir à d’autres et autre chose que ce pour quoi ils sont faits n’est pas nouvelle. Mais franchement après la lecture de cet article, vous ne regarderez plus votre aspirateur, votre four ou votre vibromasseur le cas échant, dit même le journaliste, de la même façon. Tous renseignent qui vous êtes, tous sont en mesure de cafter. Ian Bogost nous présente notamment un nouveau boitier mis au point par une start up américaine, Sense qui mesure toute impulsion électrique observée à votre domicile. Et qui est capable, plutôt qui sera capable à terme, d’analyser quel appareil se met en marche, à quelle heure etc. Formidable pour régler à distance votre consommation d’énergie par exemple, mais qui permet de conclure que si la télévision est allumée à 16h, c’est que vos gamins sont rentrés, si le four s’allume, c’est que quelqu’un a pensé à mettre un poulet dedans…la belle affaire me direz vous ? et bien ces petites informations sont autant de métadonnées intrusives et précieuses…du suivi d’activité d’un four ou d’un mixeur, on déduira vos habitudes alimentaires et éventuellement votre facteur- risque face à l’obésité, votre mutuelle sera ravi d’en être informée, en fonction de l’éducation que vous dispensez à vos enfants, les banques seront plus ou moins disposées à leur proposer des prêts pour financer leurs études…bref, en matière de respect de la vie privée, pas tout à fait ça. Ajoutez à cela, conclut le journaliste, « les incertitudes qui pèsent sur les modalités de coopération entre les entreprises technologiques, type Google, Facebook, yahoo, et l’état américain sous une présidence Trump : soudain, toutes ces informations sur les faits et gestes de citoyens ordinaires conduisent à une entrée de plain-pied dans une société de surveillance que l’on n’aura pas vue venir. » Big Aspirateur is watching you. A lire dans Courrier International sur ces objets inanimés qui pourraient bien nous voler notre âme !

Ce matin dans l’actualité, des nouvelles des riches…Hélène

1 million 100 000 euros par mois pour Thiago Silva. Palmarès des salaires des joueurs de foot de la Ligue 1 établi par l’Equipe ce matin, avec 20 Unes différentes aux couleurs de 20 clubs français, et des fortes disparités entre les premiers et les derniers. Attention on parle bien salaires, pas de primes individuelles ou revenus publicitaires. Le Parisien, qui fait également sa Une sur le salaire des stars du PSG qui trustent le haut du panier, souligne que ces sommes sont évidemment soumises à l’impôt. Et que le PSG paiera bien lui, 170 millions à l’Etat français quand Apple n’en a versé que 13 millions l’an dernier…

Et puis, 1 million 100 c’est quoi franchement ? En établissant la fortune cumulée des 20 lieutenants de Trump à la Maison, très riches, très à droite et très blancs, Libération arrive au calcul suivant : ils pèsent à eux seuls l’équivalent de 30% des américains les plus pauvres. 21 milliards de dollars à eux seuls. Autant dire qu’on est un peu loin de l’équipe anti-système promise par le candidat avant d’être élu, et des discours sur la finance prédatrice. Goldman Sachs à la Maison Blanche, les pleins pouvoirs titre Libération

Notons qu’en France, désormais même le père Noel est au courant de ces chiffres. L’ex candidat à la présidentielle, Olivier Besancenot l’a rencontré au détour d’un sapin, Et ça donne ça

Video/SON

Video mise en ligne pour lancer une souscription en faveur du Nouveau Parti Anticapitaliste avant la présidentielle. Le père noël ne pourra plus dire, «je ne savais pas »

En politique Hélène, c’est la proposition de Manuel Valls, supprimer le 49.3, faite ici même à France Inter ici qui suscite bien des commentaires

De la raillerie à l’accusation. Et rien entre les 2. Le dessinateur Large dans Sud Ouest met en scène 2 copines en train de bâfrer frites et hamburgers, « on dirait nous quand on décide d’un régime après chaque repas », l’Obs en ligne s’amuse également, photo montage à l’appui, « Valls qui veut supprimer le 49.3 c’est comme si, Hulot devenait directeur de centrale nucléaire, comme si Brigitte Bardoit partait vivre avec un chasseur, ou comme si Sarkozy devenait juge d’instruction »

« La politique a un point commun avec la gymnastique, on peut y tenter non sans risque, des triples saltos arrières. C’est ce qu’a fait Manuel Valls » écrit Pierre Alain Furbury dans les Echos, Libération parle de « farce de la conviction » sur ce 49.3 que l’ex premier ministre a de fait utilisé à plusieurs reprises sur la loi Macron comme sur la loi El Khomri, Nicolas Beytout dans l’Opinion l’accuse sans détour de « reniement de soi » avec cette proposition sortie du chapeau

Valls ciblé donc ce matin, mais aucun des 9 candidats en lice depuis hier, ne semble trouver grâce aux yeux des commentateurs. Sur le site de l’OBs, Serge Raffy compare la ruée à la primaire au spectacle fascinant ou tragique des suicides des baleines, « Peut-on mieux décrire le spectacle que nous offrent les éléphants socialistes depuis quelques jours ? Ils foncent avec une détermination sans faille vers une immolation collective. Sans chef, sans boussole, sans véritable projet, ils n’ont comme seul repère que leurs haines recuites, leurs petites affaires de courants qui ne veulent plus dire leur nom. »

Oui, renchérit le duo garrigos/roberts dans leur nouvelle série Obsession à retrouver sur le site les jours, « il faut être intellectuellement équipé pour repérer ce qui sépare un peilloniste d’un vallsiste et avoir bien révisé son nuancier de roses : Valls, dragée ? Hamon, framboise ? bref ce qu’on a compris de ces primaires, c’est qu’elles sont avant tout une guerre de courants pour initiés de « Solfé » Solférino, voyons » Et vu comme ça, forcément, on comprend que ça intéresse moins de monde.

On termine Hélène avec un prix

Prix Polka du photographe de l’année 2016 : Ameer et ses frères syriens. Le magazine de photos d’Alain Genestar a choisi d’honorer Ameer Al Albi, 21 ans, et l’une de ses photos, 2 pères emportant dans leurs bras leurs petites filles sous les bombardements d’Alep. Lui donc, et tous ses confrères syriens qui travaillent, quand les photojournalistes étrangers n’ont quasiment plus accès au terrain. « Si parfois, il est fait reproche à certains de ne pas observer les règles de neutralité du métier de journaliste professionnel, d’être du côté des rebelles, relève Alain Genestar, leurs témoignages au cœur de la tragédie est un service énorme rendu à l’information au péril de leur vie. Dès lors, comment pourrait-on les critiquer d’être à leur manière “acteurs” d’un conflit dont ils ne sauraient être les “spectateurs”. A nous, les journaux, les magazines, de diffuser leurs images avec les précautions et vérifications d’usage. Ils sont les photoreporters de leur guerre. Sans Ameer, sans lui et ses potes photographes, le monde serait aveugle. » Edito Genestar pour présenter le prix Polka. Et répondre accessoirement, à ceux qui ne veulent pas voir ces images…

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.