Un quasi-centenaire qui boit du rouge depuis ses huit ans a repoussé négligemment le Covid, l'Yonne républicaine. Le Canard enchainé dit Théo, policier édenté victime des casseurs puis de la bureaucratie. Des collégiens marseillais prennent plus au sérieux leur ville que les adultes, et la racontent dans un podcast.

On parle d'un homme solide...   

Qui s'appelle Paul Boudin, et qui aura 100 ans le 16 avril prochain, et qui a repoussé négligemment la covid 19 sans même identifier l'ennemi, "ça m'a fait tousser quinze jours", il a cru cru qu'il avait la grippe, et le voilà ce matin indestructible dans l'Yonne républicaine, quand ici et dans nos journaux on parle vaccins, contrôles de couvre-feu artistes fâchés cinémas théâtres interdits, "ça nous manque tellement" dit Télérama, quand nous sommes impatience et souffrance... 

La Croix nous dit que pour beaucoup d'entre nous, le chômage partiel est un calvaire. Le site France info nous montre des français sans histoire que la maladie a volé de leur vie sans même parfois les contaminer... Canelle 21 ans a été enfermée 24 jours quand l'angoisse l'a fait décompenser, elle hurlait qu'elle était était l'élue qui allait réconcilier chrétiens et musulmans... Nassira 51 ans elle a été mlalade, ellle est revenue après deux mois endormie en réanimation mais son corps l'a quitté, marcher la fait pleurer de douleur et de la trachéotomie parfois, sans prévenir sa voix s'éteint.  

Oui mais à Maillot, Paul Boudin ex patron retraité bricoleur semble un défi de la France profonde à la science, il boit du rouge rit-il depuis l'âge de huit ans, il devrait sa résistance aux maladies de son enfance, il les attrapait toutes, rougeole varicelle oreillons angine et même la diphtérie, il aurait accumulé les anticorps...   

C'est une étrangeté de lire cet homme quand sur le site de Marianne, le site de débats  Figaro Vox et son grand frère le Figaro, le site de l'Obs également, on voit une femme morte à 44 ans d'un cancer.  Dans un mot écrit pour ses amis, elle se décrivait comme la chèvre de Monsieur Seguin qui au bout de la nuit sera mangée par le loup. Pour Coralie Delaume, ses amis Alexandre Devecchio dans le Figaro, Gérald Andrieu pour Marianne, écrivent des textes tendres et beaux sur une femme qui ne se planquait pas au combat des idées et était animée d'une "innocence guerrière". Coralie Delaume était militaire et avait voulu devenir une intellectuelle. Elle était une figure d'une famille de pensée, le souverainisme, qui veut délivrer la France du carcan européen, elle laisse un désarroi chez des politiques dissemblables et des journaux différents. Le Figaro lui pardonnait en souriant son amitié pour la gauche grecque, Delaume était de Marianne, ce journal qui célèbre cette semaine, le temps du communisme français...   

On parle aussi d'un policier...  

Théo dont le visage édenté est devenu un symbole, il a été tabassé à Paris le 28 novembre dernier, soutenu depuis ostensiblement par le ministre Gérald Darmanin et encouragé par le Préfet de Police à donner une interview télévisée, mais le Canard enchainé nous dit que Théo n'a pas réussi à se faire poser un appareil dentaire provisoire pour remplacer ses six dents perdues, son dentiste a refusé de le soigner parce que le ministère de l'Intérieur, qui doit rembourser les soins, a la réputation d'être un mauvais payeur.  Et ce contraste entre le discours officiel et la mesquinerie de la bureaucratique laisse songeur .

Le Monde publie de justes paroles de policiers qui sentent s'éloigner une population "qui ne sait pas ce que c'est que se faire cracher dessus, caillasser", mais aussi travailler sur des logiciels obsolètes dans des commissariats où l'on fait soi-même le ménage...     

Libération raconte l'hostilité réciproque des policiers de la frontière et des humanitaires qui réceptionnent au-dessus de Briançon dans les Alpes des migrants afghans gelés, sommes-nous un grand pays sérieux.    

On lit dans le Figaro le sérieux parodique du régime cubain, qui pratiquant une réforme monétaire, détaille sur 77 pages la nouvelle grille obligatoire des salaires du pays. Le gouverneur de la Havane gagnera 9010 pesos soit 280 euros par mois mais un vice consul seulement 112 euros, moins qu'un acrobate, 155 euros, les modèles photographiques sont payés 20 centimes de l'heure s'ils exposent leur visage ou leurs pieds, le double s'ils posent nus.  

Et on parle enfin de réconciliation.  

Que rapporte un journal roumain en ligne cité par l'Equipe et So foot... Sebastian Coltescu le fameux arbitre supposé raciste du match PSG Basaksehir  Istanbul et le meneur de la révolte des joueurs l'attaquant Demba Ba, se sont parlés, à l'initiative d'un ancien international sénégalais qui a joué en Roumanie et aime ce pays. Demba et Sebi se sont bien aimés, ils sont heureux, sommes-nous encore indignés?   Après Liberation et le Point, le Figaro raconte l'ire des supporters anti arabes et anti musulmans d'un club symbole du nationalisme israélien,  le Beitar Jérusalem, dont le nouvel actionnaire est un cheikh d'Abu Dhabi.

L'Equipe raconte les scrupules du cycliste Pogacar, qui s'en est voulu de gagner le Four de France en privant de son rêve son compatriote et ainé Roglic qui l'a lui-même consolé. La Une du journal est consacrée à un footballeur doué et rond, Dimitri Payet, qui maigrit quand il marque des buts.  

Payet de l'OM est une des incarnations de Marseille dont les aventures égaient les journaux, le Monde raconte des truands marseillais qui ont brisé la réputation d'un grand avocat qui les aurait informés des enquêtes les concernant, il dit ceci Me Keita: "Elle est morte, ma réputation. Comme on dit en football, triste fin de match. »  La Provence titre "L'Abandon" sur le départ de la maire éphémère Mme Rubirola... 

Mais dans cette bouillabaisse adulte, des collégiens prennent leur ville au sérieux et dans un podcast intitulé, "les Petits marseillais", ils racontent leur ville avec la foi des minots, ici la peste de 1720.

SON

Contact
Thèmes associés