"Même un chien, on l'enterre chez soi"... Paroles d'ancien marin... Paroles qui en disent long sur l'émotion provoquée par la triste et pitoyable odyssée du "Clemenceau". C'est un certain Robert Bertin qui laisse éclater sa colère, dans "Le Parisien". Parce que lui, le "Clem", il en était... du temps de sa splendeur... Il travaillait aux cuisines, sur ce fleuron de la marine de guerre française...Naviguer sur ce porte-avions, c'était un honneur, le summum... Quand on sortait en permission, dans nos uniformes, les filles nous regardaient, plaisante le retraité. Il ne fallait pas le laisser partir, le "Clem". Ce "va mourir ailleurs", décidément ca ne passe pas... Et Robert le redit : "Même un chien, on l'enterre chez soi"... Alors le "Clem"... pensez donc ! Chirac rapatrie le "Clemenceau" : "La déroute des Indes", titre "Libé"... Une victoire pour les écologistes... Une défaite pour Michèle Alliot-Marie, que Chirac vient de torpiller... L'entourage du Président juge en effet catastrophique l'action de la ministre de la Défense dans cette affaire, explique "Libé". Dis, Mam... Les petits bateaux qui vont sur l'eau ont-ils de l'amiante ? Pour méconnaître la chanson, écrit Jean-Michel Thénard, Michèle Alliot-Marie vient d'en prendre pour son grade... Elle qui rêvait de doubler Villepin à la Présidentielle, la voici arraisonnée par la plus haute instance administrative française... Le Conseil d'Etat. "Clemenceau' : la honte", s'insurge "France Soir"... Affaire abracabrantesque, comme le dirait Jacques Chirac lui-même...Il y a peut-être eu aussi mensonge...Là, c'est "Le Monde" qui pointe cet aspect du dossier... A-t-on jamais su, en effet, combien le "Clemenceau" comporte d'amiante ?...115 tonnes... 270... 215 ?... Allez savoir... Le discours de l'Etat n'a cessé d'évoluer au fil des mois, constate "Le Monde"... On a même mis en avant que l'amiante ne représentait même pas 1% du poids du bateau... Or, quand on sait qu'il pèse 22.400 tonnes, ça fait beaucoup d'amiante... Et tout s'est joué à un cheveu d'ailleurs, puisque la proportion du produit toxique est très précisement de 0,098%... Or, s'il avait atteint 0,1, le "Clemenceau" aurait été considéré comme un déchet.... Donc non exportable, au regard des lois européennes. A une poussière de chiffres près, le "Clem" n'aurait donc pas pris cette route improbable, qui écorne sérieusement l'image de la France... Un pays qui se devait de montrer l'exemple, eu égard aux proclamations vertueuses de son Président, en termes d'écologie... Là encore, les actes n'ont pas suivi les mots, écrit "Libération"... Déjà sujet aux sorties de routes, le chiraquisme s'avère aussi ne pas tenir la mer. Coup dur pour Michèle Alliot-Marie, on l'a dit... Et pourtant, elle fait partie des chouchous des Français pour 2007, selon un sondage IPSOS-"Le Point", réalisé vendredi et samedi derniers... Pour les sympathisants de droite, elle arrive en effet deuxième, derrière Nicolas Sarkozy, avec 77% d'opinions favorables. Maintenant, pour ce qui concerne les projections au deuxième tour, Nicolas Sarkozy battrait Ségolène Royal, 51-49... En revanche, la peut-être candidate socialiste, si François Hollande le veut bien, battrait Dominique de Villepin, 52-48. D'ailleurs, cas unique dans l'histoire de la 5ème République... Si ces deux personnalités politiques accédaient au second tour, on aurait droit à un affrontement entre deux élèves de la même promotion de l'ENA... La promotion Voltaire, en 1980, dont "Le Point" nous montre la photo de famille... A gauche, on voit Ségolène Royal et François Hollande... Tout jeunes, évidemment... Les deux visages sont entourés d'un cercle rouge... Et puis, au dernier rang, tout en haut, au milieu : Dominique de Villepin... A ceci près que le cercle entoure trois têtes... Donc on ne sait pas qui est Dominique de Villepin... Parce qu'aucun des trois ne lui ressemble vraiment... Si, peut-être celui qui est au centre... Mais vu qu'il a la moitié du visage caché, on en est pour nos frais. En tout cas, que ce soit devant Nicolas Sarkozy ou Dominique de Villepin... Ségolène Royal, qui bat l'un, et se ferait battre de justesse par l'autre... Est-ce suffisant pour rassurer le PS ?... Pas sûr... Surtout vu de loin, mais avec une certaine acuité... Voilà ce qu'écrit le journal londonien "New Statesman", selon lequel "les socialistes jouent à qui perd perd"... Programme ridicule, écrivent nos confrères britanniques, pléthore de candidats à la candidature, stratégie peu crédible... Le Parti Socialiste s'enfonce dans la crise avec, comme seul recours, un has-been de 68 ans : Lionel Jospin. Car, enfin, il a annoncé qu'il se retirait de la vie politique après sa pitoyable prestation à la dernière Présidentielle... Mais ainsi va la France... Des has-been dirigent le pays depuis 25 ans, alors pourquoi pas 5 ans de plus ?... écrit le journaliste Adam Sage. Alors aujourd'hui, c'est une presse qui nous donne un peu la chair de poule... Avec ses articles sur la grippe aviaire... Et notamment cet article du "Monde", qui explique ce qui se passerait si le virus touchait la population française... Un véritable scénario-catastrophe... Une sorte de super-production hollywoodienne qui ne ferait rire personne... Du genre "ne pas serrer une main, respecter une distance supérieure à un mètre entre les personnes, porter un masque... Scénario à haute tension. Mauvais frissons également, avec la publication des photos de mauvais traitements et autres tortures infligés aux détenus de la prison d'Abou Ghraïb, en Irak... Ce sont les clichés que la chaîne australienne SBS a diffusés hier... Ce sont de nouvelles photos, qui constituent de nouvelles preuves des méthodes américaines contre les Irakiens qu'ils détiennent... Alors que, dans le même temps, comme en écho, un rapport de l'ONU dénonce des cas de tortures aux prisonniers de Guantanamo. Les photos en question sont assez indescriptibles... Vous pourrez les voir, quel que soit le journal que vous avez l'habitude d'acheter... Alors que dans "France Soir", le producteur de l'émission australienne qui a diffusé les photos s'explique... "D'abord, pourquoi avoir décidé de les diffuser ?"... "Simplement parce que nous faisons notre travail de journaliste", répond Mike Carey... "Pensez-vous qu'il y aura un mouvement anti-américain dans le monde arabe, après cette publication ?"... Au regard de la situation, vous ne pensez pas qu'il y en a déjà un ?"... Enfin, cette question de "France Soir"... "Est-ce une manière aussi de mobiliser l'opinion pour le retour des soldats australiens ?"... Et là, Mike Carey répond, irrité, comme le précise le journal français : "Non... Les personnes sur les photos sont américaines, pas australiennes... Ca n'a rien à voir avec l'Australie". Vous avez peut-être remarqué que, dans cette revue de presse, les journaux belges sont souvent cités... Mais ce n'est pas seulement parce qu'ils sont francophones... Ce n'est pas une commodité, non... Mais il se trouve que cette presse-là est très pertinente, parce qu'elle est précisément impertinente... Souvent drôle, rarement pontifiante, toujours étonnante, comme peuvent l'être "La Libre Belgique", "Le Soir" ou "La Dernière Heure". Peut-être est-ce cela, "l'art d'être belge", pour reprendre le titre du "Courrier International", qui passe au scanner la presse de nos voisins du nord, à travers le regard des autres, comme le veut sa ligne éditoriale. Par exemple, "pourquoi sont-ils meilleurs que nous ?", s'interroge "L'Hebdo" de Lausanne... Cinéma, littérature, musique... Les artistes belges, également, plaisent et réussissent au-delà de leurs frontières... Alors, admiratif, l'hebdo suisse cherche leur secret, qu'il ne trouve pas forcément puisque c'est un secret... Reste donc cette question : "Mais d'où vient ce talent ?". On s'émerveille, par exemple, que la Belgique soit ce pays farfelu, où un grand scientifique, comme le chercheur bruxellois François Konninck, peut déclarer tranquillement dans les colonnes du quotidien "Le Soir" : "Dans le champ culturel, la pomme de terre est la plus noble conquête du Belge, après la bière". Alors, pour la culture, citons, entre autres, les frères Dardenne, cinéaste exceptionnel, Hergé, les chanteurs Arno, Maurane ou Axelle Red, l'actrice Cécile de France, l'acteur Benoît Poelvorde... "Ce n'est plus une vague belge, c'est un tsunami", écrit "L'Hebdo" de Lausanne... Le chorégraphe Yan Fabre également, grande vedette du dernier Festival d'Avignon... Et tant d'autres... Oui, Annie Cordy aussi, puisqu'il faut des contre-exemples. Et puis on parle français en Belgique... "Oui, et alors ?" s'insurge Tom Naegels, du journal "De Standaard" de Bruxelles. "L'esprit simple que je suis, écrit-il, se dit que, dans notre économie mondialisée, on entre en contact avec tout le monde grâce à l'anglais. Mais bon, les Français, eux, veulent que tout le monde parle français. Je ne parle pas bien le français. Je connais un tas de mots comme 'super-chouette' et, depuis peu, 'racaille'... Et puis, de toute façon, le français, c'est une culture dans lequel on éclate de rire pour des jeux de mots minables. D'ailleurs, il est vraiment difficile de trouver le français 'super-chouette', tant cette langue est faite de sons nasillards, continuellement geignards". Bon, c'est un néerlandophone qui écrit ça... Juste pour nous rappeler qu'en Belgique, on ne parle pas que le français. Du reste, même pour désigner le Belge le plus célèbre, Flamands et Wallons organisent deux concours. Etonnement d'un Britannique, journaliste au "Financial Times", qui raconte. "Selon que vous êtes Wallon ou Flamand, le plus grand Belge n'est pas le même... Pour les premiers, c'est Jacques Brel, pour les seconds, le Père Damien"... Que tout le monde connaît... C'était un missionnaire à Hawaï, en 1864... Où il a travaillé avec les lépreux, avant de mourir lui-même de la lèpre. Et puis, figurez-vous que les Flamands avaient retenu aussi sur leur liste un certain Ambiorix, un prince sanguinaire qui s'est battu contre Jules César... Malheureusement, la Belgique n'existait pas à l'époque... Ni peut-être Ambiorix d'ailleurs... Ce à quoi les Flamands répondent que s'il n'existe pas, il doit absolument l'emporter, en hommage à la tradition surréaliste du pays. Voilà qui ferait grand plaisir au plus attachant de tous : Belge et surréaliste, autrement dit Belge... Le peintre Magritte, qui dirait certainement : "Ceci n'est pas un compliment". Et vous savez ce que disait Baudelaire à propos de la Belgique ?... Qu'elle était un Arlequin diplomatique. Il est vrai que, né en 1830 d'un caprice de l'histoire européenne, ce jeune pays a toujours été plongé dans un profond sentiment d'irréalité, qui explique sans doute son sens affirmé de l'absurde et de l'auto-dérision... Une sorte de pays des songes, dont certains rêvent... Jusqu'à prendre leurs désirs pour des réalités... C'est le cas de Johnny Hallyday... Seulement voilà : le journal "La Dernière Heure" rapporte que le chanteur ne remplit pas, pour l'instant, toutes les conditions pour acquérir la nationalité belge... Bref, Johnny pas assez Belge... Pour décrocher sa belgitude, il va lui falloir intégrer la "belge attitude"... Tout un art !... Bonne journée... A demain...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.