Couac... une onomatopée apparue vers 1530... C'est ce qu'explique LA CROIX ce matin qui est allé consulter les dictionnaires... Et l'une des significations de ce mot "couac"... "Acte ou propos qui révèle un manquement à la cohésion générale ou à l'unité d'un groupe"... Parce que "couac", c'est le mot qui revient le plus souvent ce matin dans les commentaires sur la campagne de Ségolène Royal... Parce que... "au lieu de l'ordre juste, c'est juste le désordre"... C'est le constat cinglant de Jean-Michel Thénard dans LIBERATION... En fait, c'est toujours le départ du secrétaire national chargé de l'Economie au PS qui suscite les commentaires... Et dans Libé, Thénard analyse... "Le départ de Besson après la bourde de Montebourg, révèle peut-être une question d'égo, mais il traduit surtout le mal-être d'éléphanteaux qui n'arrivent pas à trouver leur place dans cette campagne"... "Dans un environnement serein, la démission d'Eric Besson n'aurait pu être qu'un épiphénomène... mais là, écrit Bruno Dive dans SUD OUEST, c'est le révélateur d'un conflit latent qui continue d'opposer le PS à l'état-major de la candidate"... "On avait beaucoup glosé en 2002, sur la désorganisation de l'atelier de Lionel Jospin, écartelé lui aussi entre l'équipe de campagne et le parti socialiste... mais cinq ans plus tard, les mêmes causes risquent de produire les mêmes effets"... La mise en garde est signée Jean-Marcel Bouguereau dans LA REPUBLIQUE DES PYRENEES... "Mais qui connait Monsieur Besson ici ?" C'est la question que Ségolène Royal a retourné aux journalistes qui l'interrogeaient hier sur le sujet... Elle était à Airaines dans la Somme, pour visiter une usine. Elle a pris les salariés à témoin... "Moi je m'occupe des vrais problèmes"... C'est ce que rapporte LE FIGARO ce matin. Eh oui, "elle reste étonnamment zen"... LE TELEGRAMME n'en revient pas... "S'attendait-elle à une campagne aussi violente ?" Lui demande le journal. Elle avoue qu'elle n'est pas surprise, et ajoute "J'ai été entrainée par le débat interne au parti... Le procès en incompétence est toujours là, poursuit-elle, en interne et en externe... n'importe quel homme qui aurait mon pedigree... trois fois ministre, quatre fois députée, présidente de région... ne serait pas ainsi attaqué"... Alors Catherine Magueur, la journaliste du TELEGRAMME analyse pour finir que Ségolène Royal est maintenant dans une phase de relation avec les Français... pour expliquer son programme... et qu'elle veut partout des réunions de l'espérance... Oui, il lui en faudra, conclut ma consoeur... Alors maintenant, le prochain rendez-vous de Ségolène Royal, c'est lundi sur TF1, la fameuse émission... "J'ai une question à vous poser"... "L'entourage de Ségolène Royal promet qu'elle retrouvera de l'oxygène dans cette soirée participative"... C'est ce qu'affirme Catherine Pegard dans PARIS NORMANDIE... En même temps, l'entourage de la candidate "craint le traquenard"... C'est à lire dans LIBERATION... Arnaud Montebourg, son porte-parole, explique sa crainte : que ça tourne au star quizz... Libé rappelle que ce jeu, diffusé sur Canal + dans les années 80, avait pour but de poser les questions les plus farfelues aux candidats... du genre... Combien y-a-t-il de ministres dans le gouvernement suédois ?... Libé, bon prince, donne la réponse... il y a treize ministres dans le gouvernement suédois... Alors au PS, on leur conseillera ce matin la lecture de MANAGEMENT... Le mensuel titre... "Tirez parti de vos erreurs"... Et explique qu'il faut se tromper pour progresser... Plusieurs patrons analysent leurs plus grosses erreurs... parmi eux, Jean-Marie Messier... L'ancien PDG de Vivendi Universal a connu la gloire, puis la disgrâce avant de repartir de zéro, résume MANAGEMENT... et il le dit "l'échec a un avantage, il apprend la sagesse"... Jean-Marie Messier qui a retenu tout particulièrement les leçons de ses excès de communication... mais il ne regrette rien, "parce qu'on ne peut pas reconstruire l'histoire"... Et cette dernière confession pour finir... "On m'a souvent considéré comme arrogant, en fait c'était de la fierté, mais je sais désormais que l'on peut être à la fois fier et humble"... Fier et humble... Ben tiens... ça pourrait lui aller comme un gant ça, à l'homme au tracteur... L'homme au tracteur, c'est François Bayrou... Depuis qu'il a déclaré au titre de son patrimoine deux tracteurs, lors des meetings, les gens qui viennent l'écouter lui en offrent des miniatures... C'est Pierre-Yves Le Priol qui, dans LA CROIX, s'amuse de la chose... "L'élu béarnais a-t-il enfin trouvé, comme Jacques Chirac avec sa pomme en 95, l'objet porte-bonheur et rassembleur dont il avait besoin?... A ce jour, le bon vieux tracteur semble mieux lui réussir que le bus au colza dont il faisait usage en 2002"... "La vraie nature de François Bayrou", c'est le titre du PARISIEN AUJOURD'HUI EN FRANCE ce matin... La photo en Une le montre en jean, tee-shirt et bottes, dans un champ aux côtés d'un cheval... parce que oui, explique le journal, c'est "le candidat qui parle à l'oreille des chevaux"... LE PARISIEN AUJOURD'HUI EN FRANCE qui en profite pour casser un peu son image de provincial sans réseau médiatique parisien... "Parce que quand même, explique le journal, il appartient au Comité France Galop"... un club de 22 membres où il cotoie Arnaud Lagardère, le propriétaire du Groupe Hachette, le baron Edouard de Rothschild, propriétaire de LIBERATION, et aussi Michel Denisot, de Canal+... Royal, Bayrou, Sarkozy, Buffet, Voynet... Ils ont tous planché hier devant les sportifs... C'est entre autre à lire dans L'EQUIPE... Les auditions des candidats devant le Comité National Olympique et Sportif Français... En résumé, la candidate communiste martèle que le sport n'est pas une marchandise... Le candidat de l'UDF veut créer un plan épargne reconversion pour le retour à la vie civile des sportifs de haut niveau... La candidate socialiste promet de doubler le budget du ministère des Sports... La représentante des Verts, elle aussi, veut renforcer le budget pour une véritable reconnaissance du mouvement sportif... Quant au patron de l'UMP, il entend créer un pôle Santé/Sport pour améliorer la lutte contre le dopage... Rien que de très attendu pour L'EQUIPE... tous les candidats comptent donner au sport les moyens correspondant à sa place dans la société... on en attendait pas moins... Un autre thème moins attendu sur lequel tout le monde semble être d'accord... La fin de la 5ème République... C'est l'hebdomadaire LE NOUVEL ECONOMISTE qui constate que... "UMP, PS, UDF : tous les partis ou presque ont dans leur carton, une rénovation des institutions... au coeur de la problématique, le renforcement du rôle de l'Assemblée nationale"... Alors c'est vrai, constate le journal, que généralement une fois les élections passées, c'est le genre de sujet que l'on oublie... mais peut-être pas cette fois... parce que la gouvernance politique est aujourd'hui illisible et qu'il faut donc la clarifier... LE NOUVEL ECONOMISTE qui explique qu'il y a donc deux solutions... soit un régime présidentiel, mais généralement cette idée est récusée par tous les observateurs politiques... L'autre option consiste à donner carrément la primauté à l'Assemblée nationale... mais alors que faire du président élu au suffrage universel ?... s'interroge l'hebdomadaire... il serait cantonner dans le rôle d'un simple chef d'Etat comme en Autriche ou au Portugal... Pas facile de convaincre les candidats à l'Elysée de se mettre ensuite eux-mêmes sur la touche. Politique toujours... mais version BD... Histoire d'en sourire aussi si vous partez en vacances... Dans VALEURS ACTUELLES... "la BD s'invite dans la campagne"... L'hebdomadaire a compté quinze albums qui parlent de politique et en général, note le magazine, c'est haro sur la Droite et sur Sarkozy en particulier... Bref, la BD a choisi son camp "pour Ségo contre Sarko"... Dans la série contre Sarko... ceux qui ont gagné le gros lot, ce sont Cohen, Malka et Riss... les auteurs de "La face karchée de Sarkozy"... LE PARISIEN AUJOURD'HUI EN FRANCE rapporte que 170.000 exemplaires ont été vendus... Les éditeurs Fayard et Vents d'Ouest-Glenat n'attendaient pas un tel succès... Glenat qui n'imagine pas un seul instant un quelconque rapport entre ce succès et le contrôle fiscal que la maison d'édition vient de subir... "Un hasard sans doute" jure l'éditeur.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.