la stratégie d'hidalgo sur la voiture à paris Questions sur Hollande et sur Macron après 2ème débat primaire de gauche

La revue de presse, bonjour hélène Jouan

On commence par la lutte contre la pollution. C’est aujourd’hui que la vignette dite « crit’air » entre en vigueur à Paris.

« La pollution, c’est comme l’amiante, un scandale » s’exclame dans le PArisien une pneumologue parisienne débordée par ses consultations. Pour autant, la vignette ne fait pas forcément l’unanimité. Enquête intéressante de Denis Fainsilber dans les Echos ; plutôt à charge, elle accuse Anne Hidalgo de remonter aux sources de l’autophobie, elle tente de démontrer que c’est une stratégie brutale, pas très transparente, l’exposition aux particules fines par exemple serait pire sur les quais du métro ou du RER que sur le périph, bref très politique avec mise en scène à la clef. Les pros de la voiture peuvent se réjouir, Pros du vélo, ne vous énervez pas tout de suite. Et lisez cette enquête, pour penser parfois contre…vous-mêmes !

Primaire de la gauche, commentaires dans la presse après le deuxième débat hier soir

« Et si c’était un vote utile » s’interroge Libération, qui répond par l’affirmative à sa propre question, « Ci gît le PS », épitaphe d’Yves Thréard à la Une du Figaro, pas convaincu donc. Pas plus que le numéro 1 de la CGT, Philippe Martinez, qui vous juge tous « trop déconnectés » de la réalité du travail dit il ce matin aux Echos.

2ème débat jugé néanmoins plus dynamique que le premier, mais 2 questions ce matin sur 2 absents : 1 Hollande, 2 Macron. Vous allez voir, elles sont liées

« Ceux qui attendaient du spectacle à l’occasion de ce débat, sont allés …au théâtre ! ironise Aujourd’hui en France/le Parisien ; François Hollande assistait en effet à la dernière de la pièce de Drucker, « Seul avec vous » hier soir. Lecture psy de François Xavier Bourmaud dans le Figaro qui pense que le titre de cette pièce souligne la place que le président aurait aimé avoir, seul candidat face aux français. Lecture plus politique dans le Parisien: si François Hollande a séché votre débat hier, il n’ira pas non plus voter dimanche prochain pour le premier tour, il sera en déplacement au Chili. Alors est-ce suffisant pour instiller le doute sur son soutien au futur candidat socialiste ? Hier, pataquès autour des déclarations d’un de ses proches Dominique Villemot au journal du dimanche, il y affirmait « le président va probablement soutenir Macron ». Mais dans la matinée, il dément. Le JJD publie le « making off » de ce revirement, Villemot a bien dit ce qu’il a dit, mais le président lui a intimé l’ordre de démentir. Panique à l’élysée.

Alors 2 : Macron donc. Dessin de Coco en dernière page de l’Humanité. On y voit un Emmanuel Macron se multiplier à l’infini « gare à l’hologramme titre t elle, Ca pourrait vite devenir un cauchemar ». L’Opinion raconte ce matin, « comment MAcron tente de flinguer la primaire », avec des billards à 3 bandes élaborées par des députés socialistes pressés de rappliquer. « on entend, rapporte un soutien de Macron, « si valls perd, je vous rejoins » ou « si hamon gagne, je vous rejoins » et même « si Valls gagne, je vous rejoins car je ne pourrai pas faire campagne ». bref, tout le monde serait prêt à rejoindre Macron, jusqu’à Bertrand Delanoe dont le nom est avancé par le Figaro.

« Votre primaire est elle capable de sauver le Ps, ou est-ce Macron qui sauvera la gauche ? » s’interroge cécile Cornudet dans les Echos. Dilemme posé au président, aux élus, et aux électeurs. Pour terminer avec Emmanuel Macron que beaucoup voit menacer la légitimité de votre primaire, je vous livre juste quelques lignes de Jean Michel Bretonnier dans la Voix du Nord…

"Gauche, droite et extrême droite ont lâché les chiens sur Internet contre Emmanuel Macron. Il avait fait le constat que +l'alcoolisme et le tabagisme se sont développés dans le bassin minier+. Les tweets rageurs se sont alors déchaînés contre la +stigmatisation de la région+ et +le mépris de classe+. Leurs auteurs se sont-ils au moins demandé si c'était vrai ? Parce que c'est vrai, hélas dit l’éditorialiste. Leurs postures avantageuses sont fondées sur l'ignorance ou la volonté de cacher la réalité. "

En bref Hélène pour finir

ll y a Alep en Syrie oui bien sûr, mais aussi Damas, la capitale. La Croix nous raconte comment ses habitants sont privés d’eau potable depuis près d’un mois. La guerre c’est aussi ceux qui survivent jour après jour

« L'erreur catastrophique de Merkel" , l'Otan "obsolète", le "succès" du Brexit. Les entretiens de Donald Trump aux britannique Times et à l’allemand Bild sont à retrouver, dans les grandes lignes, sur le site du Huffington post, en français, au cas où…

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.