La revue de presse bonjour Hélène Jouan

La mobilisation contre la loi travail va s’étendre cette semaine, routiers, cheminots ou encore aiguilleurs du ciel, mais aussi Policiers

Des policiers qui ne vont pas manifester contre la loi El Khomri, mais contre la haine « anti flics » qui selon eux s’est abattue sur notre pays. Sud Ouest y consacre sa Une ce matin, essayant de comprendre les raisons de cette « éclipse sur une lune de miel ». Car oui, lune de miel il y a bien eu rappelle Florence Moreau, souvenez-vous des scènes de fraternisation lors de la grande mobilisation citoyenne le 11 janvier 2015, accolades, selfies, même le chanteur Renaud avoue dans son dernier album avoir embrassé un flic. Un an plus tard, la déclaration d’amour s’est transformée en déclaration de guerre dit elle. « la lutte anti terroriste est dans tous les esprits, explique le responsable régional du syndicat Alliance qui appelle à cette manifestation, les gens nous voudraient plus proches de la population et nous reprochent de continuer à faire des contrôles d’identité plutôt que de traquer les terroristes et voilà comment le gentil policier s’est retrouvé caricaturé en abominable CRS qui tape sur tout ce qui bouge, l’empêcheur de manifester» « Mais on ne fait que notre travail se défend t il, assurer le droit de manifester sans être blessé. Il ne nie pas les violences policières, mais tente de les expliquer, hommes sur-employés, épuisés, insultés pendant des heures, qui craquent parfois, ils en ont marre confie t il d’être les vilains petits canards de la société. »

Des policiers donc, Debout, dans la rue mercredi, côté manifestants. Ca va être dur de s’y retrouver…

Il y a les policiers chargés de faire régner l’ordre public, et ceux qui luttent contre le terrorisme…et pour eux non plus la réalité n’est pas toute rose…

Depuis janvier 2015 pourtant, on aurait pu croire qu’il n’y en avait que pour eux. Après les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hypercacher, puis ceux de novembre dernier, annonces de créations de postes en rafales, 500 nouveaux postes pour la dgsi, puis 5000 postes supplémentaires pour l’ensemble de la police et de la gendarmerie…bref Byzance ! Sauf que la réalité quotidienne de ces contre espions ou de ces officiers du renseignement territorial ressemble à un mélange de tracasseries de Kafka du pauvre et de bout de ficelles. Publication ce matin sur Médiapart du premier volet de l’enquête de Mathieu Suc, intitulé « La vie quotidienne des services secrets, James Bond contre système D. » On y découvre une indigence chronique en termes de moyens, qui nuit à l’efficacité de leur mission. Extrait, « vous conduisez une voiture de focntion banalisée, vous êtes aux trousse d’un islamiste. Premier virage, vous percevez un bruit..cling cling. 2ème virage, le cliquetis envahit l’habitacle. Vous ralentissez… »vous découvrez en lisant la suite, 1, que l’islamiste n’a jamais été rattrapé et 2, qu’il s’agit des courses du chef, bouteilles de vin entre autre, qui se sert de ce dernier véhicule disponible dans cette antenne de la DGSI comme d’une voiture de fonction perso…Tout est à l’avenant. Des effectifs supplémentaires, mais des locaux inchangés dans lesquels tout le monde s’entasse, des millions d’euros débloqués, mais toujours pas plus de voitures, des écoutes téléphoniques compliquées à obtenir, encore plus compliquées à traiter, des ordinateurs bridés qui ne permettent pas de surfer sur des sites sensibles, et qui sont tous reliés à l’adresse IP du ministère de l’Intérieur…pas franchement discret du coup, quand on veut envoyer un message à un suspect depuis la boite mail « interieur.gouv.fr »…des hommes et des femmes enfin dépassés par les « signalements » de radicalisation, incapables de tous les vérifier car sans moyen pour aller sur le terrain. « On bricole » reconnaissent certains, qui regrettent qu’on continue de dire « qu’on n’a rien le 13 novembre », si, disent ils, et il faut que ça change» …mais ils sont conscients aussi que politiquement, c’est plus fort d’annoncer des effectifs supplémentaires que des dépenses d’investissements en ordinateurs et voitures. Sans doute, sauf que James Bond, s’il gagne à la fin, c’est aussi grâce à sa voiture ! La vie quotidienne des services secrets à lire sur Médiapart

Hier 17 ex ministres-femmes affirmaient dans le Journal du dimanche « Nous ne nous tairons plus », un appel à la fin de l’omerta face au sexisme, réactions ce matin

« Eh oh, on existe » et « nous non plus nous ne nous tairons plus » clament quelques journalistes hommes cette fois, dans la presse ce matin …Eric Dussart dans la Voix du Nord, se souvient de « quelques exemples douloureux » dit il, « ces moments de petites lâchetés où face à la suffisance bedonnante, un rire gras, combien de fois nous sommes nous contentés de lever les yeux aux ciel, voire de laisser trainer un regard silencieux espérant qu’on y lise ces mots, « quel bourrin ». Hier ces femmes nous ont appelé à ne plus nous taire, ne plus céder à la paresse, ne plus dire, à quoi ça sert au fond »...John Hufnagel dans Libération se demande lui aussi « où sont les hommes ? » depuis le déclenchement de l’affaire Baupin. Les responsables de partis, les intellectuels et universitaires, le Medef, les syndicats ? Et moi, est ce que je vaux mieux que ces silencieux messieurs ? s’interroge t il, non, j’ai été témoin de harcèlement et je n’ai rien fait, ou pas assez, surtout je n’ai rien dit…bref les hommes aussi doivent l’ouvrir ». En tout cas l’engagement est pris.

Eux l’ouvrent haut, fort et grand. Eux, ce sont ceux que la presse locale a surnommé les « mutins », les militants de la section socialiste de la Bresse du Nord, département Saône et Loire, l’ex fief d’Arnaud Montebourg. Alors que l’ancien ministre doit gravir aujourd’hui même le Mont Beuvray, 821 mètres d’altitude, et que les oracles attendent un signe de plus de sa disponibilité pour la présidentielle, Libération revient ce matin, sur ces socialistes sécessionnistes depuis fin mars. « Jusque là, on croyait que le mandat de Hollande était encore sauvable, dit l’un d’eux, mais la loi travail a mis le feu aux poudres, c’était la cerise empoisonnée sur un gâteau déjà pourri ». Dans la section, ils ont donc voté à l’unanimité leur mise en congé du parti. Mais pour l’instant, la rébellion de la Bresse n’a pas fait tâche d’huile…

Dans la presse également ce matin, la Cimade accuse…Accuse des médecins de racket auprès des migrants. La semaine dernière, un hépatologue de la Pitié Salpêtrière a été suspendu de ses fonctions, soupçonné d’avoir demandé de l’argent liquide à des migrants en échange d’un certificat médical leur permettant d’obtenir un permis de séjour. Cas isolé ? Non, c’est l’arbre qui cache la forêt accuse donc la Cimade dans AUjorud’hui en France/le Parisien qui a recueilli plusieurs témoignages accablants. Dossier transmis au ministère de la santé

On termine Hélène avec l’hommage rendu à André Brahic, astrophysicien français découvreur des anneaux de Neptune, disparu hier

« Passeur Stellaire » écrit Libération, « conteur hypnotique des poussières célestes » pour Soline Roy dans le Figaro, mais c’est sans doute Mathieu Vidard, de la tête au carré sur France Inter qui rend le plus bel hommage, car le plus personnel, à ce vrai passeur de sciences et de savoir. « Lettre à André brahic » à lire sur le compte twitter de Mathieu, « andré, vous étiez un extra terrestre, un être singulier, à votre contact, la vie devenait extrêmement légère et joyeuse, votre optimisme était contagieux et votre érudition pleine de gaité »...Mathieu Vidard raconte ce savant qui aimait et savait partager son savoir, « vous aviez le stand up dans la peau, et maitrisiez tous les codes du spectacle, vous nous avez appris le cosmos sans jamais nous barber…on aurait du vous nommer ministre du bonheur, vous auriez insufflé à notre société l’espoir et la force qui lui manquent parfois»…depuis hier, André Brahic joue avec les anneaux de Neptune. A 14 heures, la tête au carré de Mathieu Vidard va le rejoindre, pour jouer, joyeusement à n’en pas douter, avec lui

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.