L'alliance entre la gauche et un parti musulman aux Pays-Bas, et des exilés russes en Ukraine...

Vous nous parlez d'une élection ce matin...

Pas en Russie mais aux Pays-Bas, à Rotterdam, une municipale qui ressemble au livre de Michel Houellebecq "Soumission", nous dit Marianne... Dans "Soumission", un islamiste soutenu par la gauche remportait la présidentielle contre Marine le Pen... Et bien, un parti musulman qui s'appelle Nida, veut prendre Rotterdam, et il  a passé alliance avec les partis de gauche pour y parvenir et en face campent des populistes et une droite violemment anti-musulmanes...  et on entend ceci: "Nous voulons que les gens se sentent à Rotterdam et pas à Istambul", "l'Europe doit rester blanche," "il faut fermer toutes les mosquées"... Nida demande que les musulmans se serrent les coudes...

Et voilà le paysage politique d'une grande ville européenne. Nationalisme contre communautarisme, dit Marianne et et l'exemple de Rotterdam pourrait faire école...

Sauf que... et c'est la malchance des journaux, on appelle ça les délais de bouclage... Il s'est passé quelque chose depuis le reportage de Marianne... l'union des gauches et de Nida s'est brisée. On a retrouvé un tweet de Nida datant de 2014 qui disait que Israel et Daesh, c'était la même chose. Nida a refusé de se désavouer... Les écolos et les travaillistes ont rompu. On lit ça dans la presse néerlandaise... elle est en ligne!

Mais le reportage de Marianne  reste passionnant pour les lignes et de force idéologiques qu'il dessine ...  les tentations et les impossibilités provisoires...

En comparaison, l'élection annoncée de Vladimir Poutine est d'une simplicité biblique...

Et la  Russie inquiète la presse...

La Russie dont les espions empoisonnent et le Parisien annonce que la guerre froide est revenue, et donne la parole au ministre britannique des affaires étrangères Boris Johnson, je cite: "J'établis un rapport direct entre l'indulgence manifestée par Poutine à l'égard des atrocités perpétrées par Assad en Syrie et e fait que l'Etat russe n'a pas hésité à employer ue arme chimique sur le sol britannique..." C'est le chef de la diplomatie anglaise qui parle ainsi... L'actualité a unarfum... Marianne installe à sa une Poutine, le turc Erdogan, l'égyptien Sissi, le hongrois Orban et le chinois Xi Jinping... "Ces despotes adorés" titre le journal, leurs peuples les soutiennent.

Vous lirez dans M le magazine du Monde un article très triste sur des exilés; des russes qui ont fuit la Russie de Poutine et vivent désormais en Ukraine. On croise à Kiev une classe moyenne écoeurée par la corruption, et la violence, et cet homme brave, Ilya Ponomarev, seul député a avoir voté contre l'annexion de la Crimée en 2014 "Vivre ici c'est une manière d'être au plus près du front, de me battre pour mon pays..."

Ce sont des scènes connues, quand  les vaincus des dictatures viennent dans nos contrées encore libres et pourtant menacées...  L'Obs raconte  Iyad Ag Ghali, l'ennemi de la France, le chef des djihadistes touaregs qui écument le nord du Mali et détiennent l'otage Sophie Pétronin... et dans ce parcours est une défaite... car le djihadistes fut d'abord un romantique qui récitait des poèmes et parrainait un groupe de musiciens, Tinariwen, et cet amoureux du tende, des courses de chameaux a été converti à l'islam radical, puis à la guerre sainte, et la défaite culturelle a précédé la guerre...

On parle de femmes de pouvoir...

Dans l'Obs encore... Une espèce rare, les femmes de pouvoir dans les media, déterminées mais peu nombreuses et qui ressentent parfois, (parfois seulement vraiment?) la condescendance des hommes, "ils nous prennent pour des gourde"s résume Céline Pigalle qui dirige la rédaction de BFM TV, et qui raconte aussi que, jeune maman, elle ne parlait pas de ses enfants, "personne ne connaissait leur prénoms, je ne voulais pas risquer qu'ils puissent être utilisés contre moi"...

Et ce sont donc des petites censures et es humiliations que racontent ces femmes que nul ne saurait humilier... C'est raconté dans l'Obs, dont la direction, tiens, est féminine, et  j'en parle sur Inter, dont la direction est féminine aussi... Et Laurence Bloch est dans l'Obs, dans les Rchos aussi. J'en parle donc dans Radio France qui sera demain féminine , qui sait... On découvre dans l'Opinion et dans Libération qu'une femme, Sybile Veil, directrice des opérations et des finances de Radio France, est favorite pour succéder à Mathieu Gallet.. Elle, ou bien Laurent Guimier, secrétaire général de radio France dit Libération... Mais Sybile Veil "coche beaucoup de cases", une haut fonctionnaire passée par l'Elysée, l'assistance publique de Paris, et ancienne de la promotion Senghor de l'ENA, celle d'Emmanuel Macron...

Beaucoup de cases...

On s'interroge alors. Une histoire de femmes au pouvoir, est ce une histoire de femme, ou une narration de plus des hautes sphères de la société?

Nos journaux ne sont pas que la vie des puissants... Sud ouest raconte l’indignation des salariés de Ford Blanquefort, usine menacée de fermeture… les actionnaires n’ont pas daigné venir au comité d’entreprise… Vous lirez dans Ebdo, ce que représentent les services publics, quand ils sont  la dernière chance d'une ville... Carpentras s'accroche a son tribunal, Saint Gérand de Vaux dans l'allier se bat pour sauver une classe dans son école rurale... Dans la Nièvre, 36 maires ont démmisionné pour conserver a Clamecy des urgences de nuit... "Si elles ferment, il faudra aller a Auxerre pour un AVC, autant dire a la morgue, on n'a pas été élus pour faire mourir nos administrés."

Voilà comment parle le pouvoir d'en bas, au bout de la France...

J"ai aimé lire, dans la voix du Nord, qu'il n'y a pas que le salon du livre de Paris cette semaine, mais aussi, dans 22 villes des Hauts de France, un festival qui s'appelle "Haut les livres"! Et j'ai, aimé découvrir Élise Bétremieux, qui a créé à Saint Omer sa propre maison d'édition, les venterniers,  et qui assemble elle même, les livres qu'elle publie sur coups de coeur.  "Son  best-seller, le magnifique Les Gens qui s’aiment, s’est vendu à 500 exemplaires." C'est un livre de mots et d'images. on y dit ceci! "Les gens qui s'aiment partagent des mandarines."

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.