L'avocat et écrivain devenu "conscience nationale", le Point, resplendit de textes et entretiens gourmands ressortis sur les sites du Monde, de la Vie, de l'Obs, de l'Express, Libération, et la Croix (où il célébra Babar)..Midi libre s'émerveille du Z-Event, téléthon organisé par des animateurs de jeux vidéos.

On parle d'un général...

Un général surréaliste acheté au marché, oui, qu'inventèrent le temps d'une chanson Francis Blanche et des troubadours nommés les frères jacques, vous en souvient-il, écoutez ça...

MUSIQUE

Mais si l'on chante  les Frères Jacques, c'est parce qu'un grand homme les chante, François Sureau, qui est avocat énarque et écrivain et qui hier jeudi a été élu à l'Académie française, mais qui avant-hier mercredi nous dit le Figaro  s'était rendu à l'école militaire à Paris pour son adieu aux armes, lui qui était aussi colonel de réserver au service du commandement de la légion étrangère: cette légion dont il aime a-t-il dit un jour au Monde qu'elle soit une terre d'asile pour étrangers... et il aime aussi dans l'armée qu'elle lui ait fait comprendre lors de son service, "que des gens qui n'avaient bénéficié ni de mon environnement familial ni de mon niveau de fortune étaient meilleurs que moi. Par le cœur, par l'intelligence. Et par la course à pied"... Bref, comme il a l'émotion espiègle Sureau, mercredi en uniforme, il a entonné ce  Général à vendre que nous venons d'entendre, et le figaro me dit qu'il connaissait par cœur tous les couplets de la goualante... 

Mais il récite aussi savez-vous des passages de la Recherche du temps perdu....

Et voilà donc Sureau que rien n'enferme dans l'esprit de sérieux, Sureau que vous connaissez,  fidèles de cette matinale qu'il vient parfois éclairer de sa joyeuse inquiétude, mais nous ne sommes pas les seuls, il suffit ce matin de cliquer sur les sites de l'Express du Point de Libération du Monde de l’Obs de la Vie pour retrouver de riches interviews gourmandes et attentives, c'est ce qu'il inspire, Sureau est devenu dit le Point une conscience nationale comme avant lui Rober Badinter et Gisèle Halimi... Il est celui qui s'interroge sur cette constance de l'Etat à rogner la liberté individuelle, il en a fait un livre  il y a un an, on y lisait ceci,  «Nous sommes déjà habitués à vivre sans la liberté." 

Au printemps dernier, il a publié "L'or du temps", son livre d'amour à la France composé comme une descente de la Seine, il dit qu'il aime son pays comme un étranger l'aimerait, " comme quelqu'un qui aurait décidé d'y vivre mais n'y serait pas né ». Le voilà donc  académicien, succédant à Max Gallo, patriote français de cultures italiennes et niçoises... Sureau évoquera les frères Revelli, héros de la saga du grand max, la Baie des anges, gageons qu'il parlera aussi du roi Babar, dont, dans ses chroniques de la Croix, jadis, il avait fait un modèle politique... Parlera-t-il aussi de Dieu qu'il prie selon le rite melkite, car ce rite libère la prière du prêtre... Il parlera de la vie qui est « une aventure de la liberté fut-ce au prix de l'erreur »...

Et on parle donc de libertés...

Car l'actualité rencontre Sureau quand le couvre-feu amène ce titre au Progrès, « Dernière nuit de liberté ».. Le Figaro, qui a du nez, a prévu lundi un débat avec Sureau, le petit encart publicitaire porte la mention « horaire modifié » à 18 heures... On va s'adapter, nous dit la Croix. 

Mais il n'est pas que le couvre-feu qui nous invite à l'introspection nationale. 

L'Humanité rappelle quelques tueries dont nous fûmes les auteurs, il y a 75 ans à Sétif et Guelma, quand commençait la décolonisation... Street Press, après Libération, raconte comment, dans une commission d 'enquête de l'Assemblée nationale sur les pratiques policières, on refuse d'auditionner familles de victimes de bavures supposées ou critiques trop virulents de l’institution... La liste des retoqués comporte Assa Traoré, mais aussi la famille de Cédric Chouviat, mais aussi Amal Bentousi, soeur d'Amine tué d'une balle dans le dos par un policier en 2012, mais aussi Geneviève Legay, militante renversée par une charge de police, mais aussi des avocats et Dominique Sopo, président de SOS racisme, car l'entendre serait admettre que le racisme imprègne l'institution policière. La commission d'enquête est présidée par un ancien grand policier patron du Raid devenu député LREM de seine et marne, Jean-Michel Fauvergue, qui avait demandé il y a un an qu'on oublie l'affaire Malik Oussekine, ce jeune homme mort après avoir été attaqué par des policiers en 1986...

On parle enfin de jeux vidéos...

Discipline méconnue des vieux adultes qui comme moi peuplent les journaux, mais qui sont pourtant un univers dont les animateurs, joueurs ou créateurs de contenus sur la toile, sont de véritables stars aux audiences millionnaires. Midi Libre s'émerveille ainsi de rencontrer Adrien Nougaret, alias ZeratoR, il est de Montpellier, mais aussi , Domingo, Squeezie, Deujna, Dach, des vedettes qui de leur puissance font le bien, ils ont créé un événement caritatif, Z Event, qui se tient cette fin de semaine dans un hôtel de Montpellier, gardé secret, covid oblige, mais la toile  va vibrer des jeux, discussions débats, appels aux dons qui iront cette année à Amnesty international... Ce téléthon de streameurs a déjà fait le bonheur de la Croix rouge et de l'Institut pasteur l'an dernier. 

Le  magazine du Parisien publie un voyage saisissant dans une unité hospitalière psychiatrique  où sont soignés des détenus qui ne peuvent rester en cellule classique, le responsable de l'unité, le docteur Touitou, a la grâce d'avoir oublié les noms des délinquants vedettes  qu'il a pu traiter, il ne connait que des malades... 

Détendons-nous. Dans des canapés design que décrit le Magazine du Monde, en costume, qui revient à la mode avec l’esprit tailleur, en dépit du télétravail assure le magazine des Echos, et en dégustant une pizza préfabriquée peut-être qu'on achète désormais, dans la France périphérique, nous dit Society, dans des cabanes automatiques posées près des ronds-points... 

A Houville-la-Branche me dit l'Echo républicain, on a trouvé sous l'église une crypte oubliée datant du Moyen-âge, en 1940, un résistant s'y était abrité, il s'appelait François Heurtault, tiens, François comme Sureau, ça va, ça rime.

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.