Ils sont toujours là... On les croyait "usés, vieillis, fatigués par l'exercice du pouvoir"... C'est ce que disait de lui Lionel Jospin en 2002... Mais "il" et "elle" sont toujours là... Un an et demi après avoir quitté le palais de l'Elysée, Jacques et Bernadette Chirac continuent, à leur façon, d'alimenter les journaux... Elle, elle est en photo dans Le Parisien-Aujourd'hui en France... Imper, écharpe et lunettes noires, elle pose devant le portrait de Bernadette Soubirous... Philippe Baverel raconte qu'il l'a croisée par hasard, hier, dans les rues de Lourdes, juste après la messe donnée par Benoît XVI... On l'avait déjà vue samedi dernier, lors de la célébration du Pape aux Invalides... Et ce matin, on apprend que Bernadette Chirac aime beaucoup la messe en latin... parce qu'elle est habituée : à l'école elle a fait du latin... Et puis, "les chants grégoriens, confie-t-elle, c'est très beau"... Lui, c'est Libération qui en parle aujourd'hui... "Chirac s'invite dans la course au Sénat", nous explique Nathalie Raulin... Le premier tour des sénatoriales doit avoir lieu dimanche... Dans la foulée, aura lieu la bataille pour la présidence de la Haute Assemblée... Et si l'on en croit ma consoeur, l'ancien chef de l'Etat tenterait donc d'agir en sous-main pour favoriser l'élection de son ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin... Raffarin, plutôt que Gérard Larcher, donné pourtant favori par de nombreux sénateurs... Jacques Chirac aurait invité les plus influents de ses fidèles à se ranger derrière l'élu poitevin... une intervention qui pourrait être décisive... Le basculement d'une vingtaine de chiraquiens indécrottables pourrait en effet suffire à l'élection de Jean-Pierre Raffarin... lequel, nous rappelle Nathalie Raulin, aurait déjà le soutien de Nicolas Sarkozy... soutien, dit-elle, dont il se gargarise urbi et orbi... Latin, quand tu nous tiens... Les Chirac sont donc toujours là... C'est à la Une de la presse économique... "Wall Street : le choc", titre ainsi Les Echos... "Electrochoc boursier"... "Curée sur les valeurs financières", annonce, pour sa part, La Tribune... "Et ce n'est pas fini", prévient Erik Izraelewicz, en reprenant les mots d'Alan Greenspan... Dans son éditorial, il revient sur la décision de Washington de ne pas aider Lehman Brothers... "La faillite d'une banque était peut-être nécessaire... Il fallait montrer que dans le capitalisme, les folies, même des plus grands, même des plus arrogants, doivent être sanctionnées... Mais le faire, écrit-il, après avoir tenté tant d'autres stratagèmes, donne un sentiment de flottement... On croyait que c'était du pragmatisme... On découvre que c'est de la panique"... Une panique qui semble avoir saisi aussi les grands titres de la presse étrangère... Le Times évoque une "onde de choc sur l'ensemble du monde"... La Stampa parle d'un "krach record"... Le Guardian, d'un "cauchemar à Wall Street"... "Drame à Wall Street", titre le Süddeutsche Zeitung... Tandis qu'El Pais annonce "la plus grande faillite de l'Histoire"... "Faillite... Un mot dont l'étymologie suggère l'idée de tromperie", nous apprend Nathalie Lacube dans La Croix... "Le mot vient de l'italien 'faillità' (la faute), du verbe latin 'fallo' (je trompe, je déçois)"... Faillite... Tromperie... Déception... Et puis surtout grosse inquiétude... Après Lehman Brothers, vos journaux s'inquiètent d'une éventuelle contagion... "Crise financière : la purge", titre Libération... "La finance sous le choc", titre Ouest-France... "Le spectre de la crise de 1929", annonce, pour sa part, L'Est Républicain... Tandis que Le Parisien-Aujourd'hui en France s'interroge : "La France peut-elle échapper à la crise ?"... Le quotidien poursuit, sous la plume de Bénédicte Alaniou, avec "les cinq questions que l'on se pose"... 1) Les banques françaises sont-elles en danger ?... les experts affirment que "non"... 2) Que doivent donc faire les épargnants ?... Surtout ne pas bouger... 3) Quelles conséquences pour l'économie ?... Un assèchement du crédit... 4) Que peut faire le gouvernement ?... Pas grand-chose... 5) Peut-on dater la fin de la crise ?... Non... Voilà... Rien de rassurant... Toute la presse régionale, toute la presse nationale est, ce matin, dans le même esprit : inquiète... Magnifique reportage dans Le Monde, signé Benjamin Barthe... "A Rafah, dans le piège des tunnels"... "Sous l'effet du blocus international de la Bande de Gaza, la contrebande souterraine avec l'Egypte est devenue une industrie... Le trafic emploie une armada de petites mains, avides de glaner quelques billets au péril de leur vie"... Partout à Rafah : des tunnels, qui permettent le trafic d'objets en tout genre, objets que les habitants de Rafah vont donc chercher en Egypte pour contourner le blocus... Vous lirez l'histoire de Mohamed, qui a perdu trois de ses amis, parce que les Egyptiens ont envoyé du gaz dans le tunnel... Mohamed est descendu le premier, puis les trois autres... Mais 20 minutes plus tard, un parfum étrange se fait sentir dans la galerie... Mohamed hurle : "Gaz !"... Mais il est trop tard... Des quatre corps remontés par les sauveteurs, seul le sien sera ranimé... Le tunnel de Mohamed est installé dans une maison en ruines, à environ 200 mètres d'un mirador égyptien... Et en trois ans, raconte mon confrère, la liste des produits que le jeune tunnelier a fait entrer dans Rafah surpasse n'importe quel inventaire de supermarché : des bouteilles d'huile, des jerrycans d'essence, des meules de Gouda, des scooters, des ordinateurs, des soutien-gorge, des téléphones portables, des cartouches de cigarettes, des tablettes de Viagra... même un lot de lionceaux et de macaques destinés au zoo de Gaza... "Et encore mieux, dit Mohamed : quatre femmes russes, qui voulaient rejoindre leurs maris palestiniens rencontrés à Moscou où ils étudiaient la médecine"... La vie dans les tunnels, et le piège des tunnels... A lire donc dans Le Monde... Depuis le début de l'année, une trentaine de Palestiniens sont morts sous la terre de Rafah, soit par accident, soit du fait de la répression égyptienne... Je vous conseille également la lecture de la page 2 du Figaro... "Les faux-monnayeurs préfèrent l'euro"... une enquête de Christophe Cornevin, qui explique que l'explosion de la micro-informatique a bouleversé la donne au début des années 80... Les quelques grosses imprimeries clandestines ont cédé le pas à de petites unités de production à domicile... Un commissaire raconte qu'aujourd'hui, il interpelle de plus en plus de personnes désargentées qui, dans leur chambre, bidouillent de fausses coupures afin d'arrondir leurs fins de mois... La fausse monnaie comme solution aux problèmes de pouvoir d'achat... Je ne sais pas s'il existe un mot latin pour dire ça... Et pour parler du calvaire des taureaux, il y a les mots de François Musseau, dans Libération : "Le calvaire taurin des fêtes de village divise l'Espagne"... "Chaque année, 60.000 taureaux sont tués lors de manifestations traditionnelles, et traditionnellement barbares... A Coria, les habitants décochent des fléchettes sur le taureau avec des sarbacanes, avant d'exécuter la bête d'un coup de fusil... En Castille, l'amusement consiste à mettre le feu aux cornes du taureau, couvertes d'une toile imbibée d'essence, et de se repaître de son agonie... Aujourd'hui, nous explique mon confrère, les mouvements pro-animaux se radicalisent et n'hésitent plus à s'inviter aux fêtes de village, prêts à l'affrontement physique... Les médias espagnols montent aussi au créneau pour dénoncer la cruauté de la tradition"... Cette question, dans La Provence : "Les manuels scolaires sont-ils sexistes ?"... C'est ce que va tenter de déterminer une enquête de la HALDE... Des enseignants s'insurgent : dans un manuel de CP, au chapitres "Les Ages de la Vie", le garçonnet grimpe aux arbres et une fillette joue à la poupée"... Arrivés à l'âge adulte, le jeune homme reçoit un diplôme, alors que la jeune fille essaie sa robe de mariée... "A l'assaut des Anglais", titre à sa Une L'Equipe... L'OM contre Liverpool, Bordeaux contre Chelsea... "Les clubs français abordent ce soir la Ligue des Champions en affrontant deux géants"... Nouveau format, nouvelle formule pour La Nouvelle République... "plus clair, plus rythmé, plus actuel, plus proche, plus visible, plus de sens, plus léger, plus ouvert"... C'est en tout cas ce qu'affirme ce matin le sixième quotidien régional... Et puis, pour finir... ce titre à la Une de Centre Presse, le quotidien de la Vienne... "Les Poitevins sont-ils radins ?"... A la Une également, cet autre titre : "Poitiers : le cannabis dans le chocolat en poudre"... Je ne sais pas si les Poitevins sont radins... Mais en tout cas, ils sont farceurs...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.