C'est un géant qui se déclare à la face du monde... Officiellement, depuis hier, la Chine est devenue la 2ème puissance économique mondiale. Elle est passée devant le Japon, dopée par un meilleur Produit Intérieur Brut sur le 2ème trimestre. La Chine devrait devenir, en fin d'année, le challenger des Etats-Unis. Pékin est le premier moteur de l'économie mondiale, écrit Gabriel Grésillon, dans Les Echos. Le pays a détrôné l'Allemagne comme champion du monde des exportations. Il a surpassé l'Amérique sur le marché automobile. Robert Jules, dans Les Echos, ajoute que la République Populaire devrait peser un tiers de la croissance mondiale cette année. A ce rythme, elle pourrait dépasser l'économie américaine à partir de 2020, estime Sébastien Faletti, dans Le Figaro. La Chine, 2ème nation économique, poursuit son ascension grâce à sa relation avec les Japonais. Les deux pays sont à la fois rivaux et complices. L'économie japonaise est grippée, mais elle est liée au sort de son concurrent, explique Le Figaro. Tokyo a massivement délocalisé dans l'Empire du Milieu. Plus de la moitié des exportations chinoises, complètent Les Echos, sont en fait des produits japonais fabriqués sur son sol. La Chine récolte les fruits 30 ans après le virage amorcé par Deng Xia Ping en 1978. Mais elle reste au 92ème rang de l'indice de développement humain. Le revenu par habitant reste 10 fois moins élevé qu'au Japon. Bruno Duvic : Retour maintenant sur LE sujet de l'été... Avec cette question Etienne Monin : où est passé le Parti socialiste ? Etienne Monin : Constat ce matin : on attend toujours le projet ou la réplique socialiste. "Marianne", dans sa réponse au pouvoir, écrit que les socialistes ont laissé, une nouvelle fois, passer l'occasion de montrer qu'ils pouvaient accomplir leur révolution culturelle. Dans Libération, Laurent Joffrin donne ses pistes : il faut entendre et répondre à la revendication populaire, dans le respect des principes de liberté... combiner fermeté et action sociale. Dans le journal Le Monde, Daniel Cohn-Bendit dit en substance que la gauche va devoir mettre les mains dans le cambouis. L'argument sécuritaire, dit-il, fondé sur le rejet, l'exclusion, voire la stigmatisation, devient majoritaire dans l'opinion. Mais au lieu d'assumer la réalité de la délinquance, la gauche préfère rester dans l'évitement, dit le leader d'Europe-Ecologie. Daniel Cohn-Bendit qui dénonce une société aveuglée par le gouvernement... La droite ne réfléchit plus puisque Nicolas Sarkozy avance toutes les solutions. Et la gauche se réfugie dans sa posture de vierge outragée, pleinement satisfaite d'avoir à protester contre des propositions détestables. Elle bosse pourtant la gauche en cette période de vacances... Sujet sur la tournée des militants dans Libération... avec un trio de communistes parti pêcher les signatures d'une pétition sur la retraite à Bobigny, en Seine-Saint-Denis. Même dans un fief communiste ça n'est pas gagné, écrit Sylvain Roland. Mais l'essentiel, dit l'un des militants, c'est d'encourager à la réflexion... Chercher le "potentiel de révolte des gens". Pendant ce temps, à Avignon, c'est l'UMP qui taille la route... Charlotte et Michaël ont ressorti les accessoires vedettes du parti, avec les tongs et le stylo qui joue La Marseillaise... Charlotte en rose, Michaël en bleu, tout jeune... ça parle réforme des retraites, mais ça discute aussi vachement sécurité, dit le jeune militant. Et le Parti socialiste, eh bien comme pour les propositions sur la sécurité, il est absent... Pas de tournée des plages. Cette année, c'est vacances. Bruno Duvic : Israël choqué par des images qui montrent l'ennemi traité comme un objet... Etienne Monin : Elles ont été piochées sur le site Face Book. Elles sont visibles, entre autres, sur "rue89". Ce sont les photos-souvenirs d'une jeune Israélienne pendant son service militaire. Ce qu'elle expose, c'est son visage de jeune soldate, devant des prisonniers palestiniens qui ont les mains attachées, les yeux bandés. La jeune femme est souriante comme sur des photos de vacances, et les commentaires de ses amis sur Face Book, semblent déconnectés de la gravité de la situation. Ca n'est pas comparable à Abou-Graïb en Irak, mais on comprend que pour cette Israélienne et ses amis, l'ennemi n'était qu'un objet. L'album-souvenir d'ailleurs de cette jeune femme était intitulé : "Armée israélienne : les meilleurs moments de ma vie". L'armée israélienne a réagi. Elle a condamné cette exhibition. Les photos ne sont plus accessibles sur cette page Face Book. Bruno Duvic : Alors que la France est menacée à nouveau par Al-Qaïda au Maghreb, Le Figaro publie un sujet sur la stratégie américaine contre les camps affiliés à Oussama Ben-Laden... Etienne Monin : C'est la stratégie du scalpel, explique Renaud Girard... Barack Obama est entré dans une guerre secrète, principalement confiée à la CIA, tournée avant tout vers les pays en déshérence comme la Somalie ou le Yémen. Le président américain a répudié la stratégie des néoconservateurs appuyée sur les changements de régime et l'occupation militaire. Au cours des dix derniers mois, écrit Renaud Girard, la CIA a monté, à partir du Kenya, plusieurs raids secrets vers le territoire somalien. En décembre, au Yémen, les Américains ont rasé un camp d'entraînement d'Al-Qaïda en lançant des bombes à fragmentation dans le désert yéménite. Opération en plein désert également, le 25 mai dernier, contre un groupe de terroristes présumés. Mais ces opérations sont sources de bavures... En mai dernier, le gouverneur-adjoint de la province est mort dans le bombardement, et en décembre, les éclats des munitions ont touché un camp de nomades à proximité. La guerre secrète des Etats-Unis a été confiée à John Brennan, ancien de la CIA, conseiller du président en matière de contre-terrorisme. Mais toujours pas de visibilité sur l'efficacité. Le journaliste du Figaro se demande si ces guerres secrètes affaiblissent l'ennemi ou, au contraire, si elles nourrissent le recrutement. Neuf ans après le "11 septembre", l'Amérique n'a toujours pas trouvé de réponse à la haine islamiste dont elle est victime. Bruno Duvic : Illustration pas loin de chez nous, des conséquences du réchauffement... Etienne Monin : C'est à Chamonix... EDF est obligée de courir après un glacier pour préserver l'alimentation en eau de sa centrale hydroélectrique. L'histoire est racontée dans Les Echos... EDF gère la centrale des Bois sur la commune de Chamonix qui donne de l'électricité à 50.000 habitants à peu près, depuis 1973. Et sur les hauteurs, le glacier de la Mer de glace recule maintenant de 30m par an, d'après Gabrielle Serraz. Son épaisseur a diminué de 8 à 10m. Le captage qui était sous la glace est donc maintenant à l'air libre. La centrale EDF risque d'être asphyxiée. Le groupe a donc décidé de remonter son captage d'un kilomètre pour le remettre sous la glace. C'est un chantier gigantesque. Il est desservi par un téléphérique et un hélicoptère. Il faut creuser plus de deux kilomètres de tunnel. Paradoxe : pour passer, il va falloir faire fondre de la glace. Bruno Duvic : Et l'on termine avec la musique religieuse au top du hit-parade... Etienne Monin : Oui, les sœurs bénédictines du cloître du Barroux, dans le Vaucluse, vont signer avec Universal Musique. Elles ont gagné le concours international de voix féminines pour les chants grégoriens. Elles vont donc enregistrer un album, avec un lancement mondial au mois de novembre, intitulé "Voices : chant from Avignon". Les Echos expliquent que la musique religieuse est en plein boom... En 2009, les prêtres irlandais ont vendu un million et demi d'albums. Cette année, Le trio français des prêtres en a vendu 300.000, et on prévoit aussi un gros succès pour "Chant from Avignon". Michaël Calais écrit que l'argent récolté par les Bénédictines ira à l'abbaye et aux nécessiteux. Le contrat d'ailleurs, prévoit une clause très particulière pour protéger leur vie privée, parce qu'elles n'ont pas le droit de fréquenter les hommes. Les ingénieurs du son devront donc se retirer pour les laisser chanter. Rien à voir avec l'ambiance Lady Gaga ou Amy Winehouse qui vont pourtant devenir leurs camarades sous le même label.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.