(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : l'Amérique le jour d'après

(Bruno Duvic) Le jour d'après, c'est "La chasse sinistre aux réponses" comme le titre le Boston Globe . Pourquoi ces deux explosions sur le marathon ? Qui est derrière ? Ce matin encore, il y a très peu d'indices. La presse américaine, comme française reste sous le coup de l'émotion et tente quelques analyses politiques.

L'émotion à la lecture du New York Times : le réveil de ce jeune homme à l'hôpital, une jambe en moins, son père à côté du lit.

Emotion de tout un pays, à l'américaine. Sur le Boston Globe , image de l'équipe de base-ball de la ville, les Red Sox, qui se recueille avant un match à Cleveland.

Et à New York autre stade de Base Ball, celui des Yankees, pendant une interruption du match, on a repris l'hymne des Red socks, « Sweet Caroline », de Neil Diamond.

A quoi ressemble une ville après des explosions ? Sur slate.fr , le journaliste américain Justin Peters décrit cette aire d'arrivée de la course où les couvertures argentées que les marathoniens enfilent après l'effort restent entassées, débris d'un vaisseau spatial qui aurait fait naufrage.

Très lié à Boston lui aussi, l'écrivain Dennis Lehane, auteur de Mystic River ou Shutter Island, s'adresse aux auteurs de l'attentat : « La plus jeune victime a 8 ans (...) Si votre cause implique la mort d'enfants, ce n'est plus une cause, c'est la peste incarnée. »

« Voici donc Obama confronté au terrorisme pour la première fois » comme le titre Le Figaro . Laure Mandeville décrit d'abord cette Amérique « mieux préparée qu'il y a 12 ans, clairement décidée à garder la tête froide. La rapidité avec laquelle les forces de l'ordre se sont organisées est impressionnante », écrit la correspondante du journal aux USA.

Obama a très vite réagi lui aussi. Trop vite peut-être. Dans un premier temps, il n'a pas prononcé le mot « d'attaque terroriste » pour éviter de réveiller les souvenirs du 11 septembre. Curieuse impasse qui lui est reprochée aux Etats Unis.

« Ces bombes bouleversent une présidence qui espérait définitivement régler le terrorisme des années Bush enchaine Lorraine Millot dans Libération . Obama se faisait célébrer comme le président qui a éloigné la menace terroriste du sol américain. » Plus loin, un universitaire ajoute : « Un seul incident tragique a le pouvoir de complètement changer l'ordre du jour présidentiel et national. C'est bien là tout le pouvoir du terrorisme. »

En Grande Bretagne, ces attentats de Boston feraient presque passer les funérailles de Margareth Thatcher au second plan. Dans le Guardian du jour, le principal titre à la Une concerne les Etats Unis.

Mais la presse tabloïd est bel et bien autour du cercueil de Maggie. Photo pleine page en couverture du Daily mail et ce titre : « La fin de son séjour est proche ».

La Une du Daily express dit la tension qui règnera aujourd'hui à Londres : « 4.000 policiers surveillent le cercueil de Maggie »

En France, une question : est-il sincère ?

« Sincère ? », c'est le titre principal du Parisien-Aujourd'hui en France après l'interview confession de Jérôme Cahuzac. Opération de com' à moitié réussie à en croire le journal qui parle d’ « introspection assez pénible » et d’un « téléspectateur transformé en psy curé et voyeur »

Après la « relation inappropriée » de Clinton, et la « faute morale » de DSK voici donc la « folle erreur », la « part d'ombre » de Jérôme Cahuzac, commente Libération . « Exercice codifié, on frôle le texte appris par cœur ».

Sentiment de déjà vu, pour Bruno Dive, l'éditorialiste de Sud-Ouest , sur son blog. « Même école que Dominique Strauss Kahn, même conseiller en com', même avocat. »

Si certains, comme Bertrand Meinnel dans Le Courrier Picard ont vu un grand moment de politique, le plus sévère dans la presse est Pascal Riché sur rue89.com : « Qu'avait-il à nous dire de si intéressant ? Ce fut un moment de télé creux et inutile. Jérôme Cahuzac, vous feriez bien maintenant de nous ficher la paix. »

Et puis il y a le crochet du boxeur...

…cette phrase à propos du président de la République : « J'ignore quel était son degré de connaissance de l'affaire ». Cette phrase, commente Hervé Favre dans La Voix du Nord , « laisse la porte ouverte au doute ».

Est-il sincère, Jérôme Cahuzac ? Sont-elles sincères les prévisions économiques du gouvernement ? A la Une des Echos , « Croissance, le scénario de la France est contesté ». Contesté par le FMI et le Haut conseil des finances publiques. C'est « Le rapport qui désavoue le gouvernement », pour Le Figaro .

Autre dossier économique, à la Une de L'Humanité en bas : « Pas de repreneur pour Petroplus, vers un gâchis industriel de plus ». Et L'Huma tente de relancer le débat qui avait fait rage à propos des fourneaux de Florange : « Une seule solution : nationaliser »

Climat de défiance à l'égard des politiques. L'UMP et le front de gauche en prennent aussi pour leur grade. Sur rue89 , compte rendu d'une interview de Laurent Wauquiez hier sur France Info. En titre : « Dire n'importe quoi en 3 leçons avec Laurent Wauquiez ». Côté Mélenchon, je vous renvoie au billet dur de Christophe Conte, cette lettre hebdomadaire et vacharde dans Les Inrockuptibles . Elle est donc adressée cette semaine à Jean Luc Mélenchon, l'homme qui veut donner un grand coup de balai et risque de devenir, selon Christophe Conte, « la Frigide Barjot de la désespérance sociale, un excité jobard que personne ne verra plus. » Conclusion, « J'tembrasse pas, tu vas m'engueuler. »

Là encore, un coup d'œil à l'étranger permet de remettre les choses en perspective. Article de L'Humanité . En Italie aussi et même bien davantage, « L'antipolitique est maitresse du jeu ». On élit à partir d'aujourd’hui le président de la république. Le mouvement de Beppe Grillo pousse une journaliste qui n'a rien demandé à être candidate.

Et en Espagne, la mode est également à la transparence. C'est ce que promet la Couronne après une série de scandales. Transparence sur son budget notamment. C’est à lire dans Les Echos .

Quoi d'autre dans la presse ?

L'heure de vérité pour 5.000 victimes. C'est la Une de La Provence alors que s'ouvre à Marseille le procès des ex dirigeants de l'entreprise PIP, les prothèses mammaires illégales.

La presse parle d'elle même. Dans Les Echos et Le Figaro , l'accord chez Presstalis en région parisienne pour la distribution des journaux. Le climat social devrait être un peu moins tendu…

A la Une de La Croix : cause commune. La Croix et France Culture main dans la main aujourd'hui. Première opération d'une série qui verra nos cousins de Culture s’intéresser de près à une pléiade de quotidiens tout au long du printemps.

La presse et ses kiosques. Si vous êtes parisiens, sachez que c'est la fête des kiosquiers cette semaine. Toute une série de manifestation pour soutenir cette profession qui souffre. Ca se passe notamment sur le parvis de l'Hôtel de Ville.

L'appel à souscription de L'Humanité . Bernard Thibault, ancien patron de la GCT répond présent.

Et la presse a parfois du talent. Parmi les titres du jour, celui de La Nouvelle république des Pyrénées consacré au grand pâtissier Pierre Hermé : « Un monstre sucré »

A demain

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.