Vent de colère contre la réforme du collège.Après la lettre de Jean-Marc Ayrault, l'ancien premier ministre, inquiet de la suppression des classes bilangues sur l'enseignement de l'allemand, 60 députés ont envoyé eux-aussi un courrier à Najat Valaud-Belkacem. Explications des ECHOS. Ils redoutent la disparition de nombreux échanges scolaires. Et d'après ces députés de gauche comme de droite, même l'Allemagne s'en émeut. Le ministre-président de Hambourg, Olaf Scholz demande lui aussi des explications//Mais le vent de colère est multiple.LE FIGARO ne comprend pas les nouveaux termes de la réforme. La natation devient par exemple, apprendre à se déplacer de façon autonome dans un milieu aquatique profond standardisé. Créer de la vitesse signifie courir. Chez les enseignants aussi, on n'est pas content. Les syndicats ont appelé à la grève le 19 mai. Ils voient d'un mauvais oeil la mise en place des enseignements interdisciplinaires pour rompre avec l'ennui des élèves. Pierre Jacolino, prof de français et membre du groupe de réflexion interdisciplinaire sur les programmes y voit là un nettoyage par le vide. Le risque d'un rapprochement artificel. Et puis c'est un fait, on traite moins de points fondamentaux dans un projet que dans un cours classique.Dans les blogs du MONDE, Mara Goyet, enseignante d'Histoire géographie et auteur d'ouvrages sur le collège, alterne entre le favorable et le dubitatif. On sent venir dit-elle, le projet lutte contre les discriminations par l'élevage de lapins albinos. Ou encore la communication à travers les âges par la construction d'un téléphone à l'aide de boîte de conserve recyclées. Nous n'avons pas été formés pour travailler en inter-disciplinarité. On va donc nous demander beaucoup. La question est de savoir si nous, profs seront à la hauteur.Plus dur...Le philisophe Roger-Pol Droit dans LES ECHOS : c'est le naufrage programmé des collèges//Mais pas question pour Matignon de renier Najat Vallaud-Belkacem.La réforme est bonne a déjà dit François Hollande. Et puis Najat Vallaud-Belkacem est une figure importante de la gauche. Même les Américains le disent à l'image de VOGUE repris dans COURRIER INTERNATIONAL. Elle est protégée selon Cécile Cornudet des ECHOS. Manuel Valls la considère même comme une révélation à son poste. C'est un bon soldat du gouvernement qui ne cherche pas à faire entendre une voix discordante... quitte à se renier. Contrairement à Christiane Taubira.Et là, on entre dans le dur. D'après LE MONDE, la ministre de la Justice est dans la tempête. Son amendement qui visait à écarter les sruveillants pénitentiaire du projet de loi renseignement a été rejeté mardi. Une gifle. Elle essaie de faire bonne figure. Mais elle a du mal à sortir du ministère de la parole. Ses projets de loi sur la réforme de la justice et la justice des mineurs ne cessent d'être repoussés. Ira t'elle jusqu'à la fin du quinquénat ? Un proche du chef de l'Etat assure que François Hollande la garde pour des raisons tactiques. C'est la seule à parler encore à une partie de la gauche.3 mois après les attentats de Paris, l'heure est aussi à la lutte contre le racisme.On en parlait tout à l'heure dans le journal de 8 heures. Manuel Valls dévoile aujourd'hui, son plan contre le racisme et l'antisémitisme.LE PARISIEN-AUJOURD'HUI EN FRANCE note que les enseignants auront davantages d'outils. Et sur l'aspect juridique, les paroles de haine ne relèveront plus du droit de la presse mais du pénal. Dans les pages Champs Libre du FIGARO, Anne-Marie Le Pourhiet professeur de droit à l'université de Rennes 1, dénonce. La liberté d'expression se réduit comme peau de chagrin.A chacun sa lutte contre le racisme. Ainsi LE SOIR en Belgique reprend les illustrations de l'artiste italien Alexsandro Palombo qui a coloré les visages de la familles Simpson pour dénoncer les violences policères aux Etats Unis.A chacun sa manière de scander la liberté.Bernard Maris, dans un livre posthume, dont MARIANNE publie les bonnes feuilles. Il faut aimer la France. "Quand j'étais à l'école primaire on a tous crié : Ben quoi ? On est en République! Une contestation pour une partie de billes. Ben quoi ? On est en République. Une mauvaise distribution au jeu du gendarme et des voleurs. Ben quoi ? On est en République !" Ce cri dit l'ami Maris, c'était la fierté d'une génération dont les parents ont été privé de liberté pendant la guerre. On est en République exprimait aussi l'égalité de tousse.L'égalité de tous en France, mais pas en Russie.A écouter et à regarder le show télévisé annuel de Vladimir Poutine hier, on comprend écrit Yves Harté dans SUD-OUEST, qu'on ne sait jamais quand il badine. On comprend aussi qu'il y a des sous-textes dans ses déclarations. Dès lors qu'il sera admis qu'il est puissant, il pourra garantir la paix dans le monde notamment au Moyen-Orient grâce au concours de l'Iran.Au pays de Poutine, on écoute et on se tait. L'OBS décrit l'homme féru de médias qui contrôle son image. Sur son bureau au Kremlin, pas de dossiers, juste une télécommande.Au pays de Poutine, on sublime le chef et on critique les Occidentaux. A lire dans LIBéRATION ce matin, l'expérience de Marat qui a travaillé deux mois, pour une agence chargée de diffuser la propagande pro-Poutine sur internet. Le seul critère d'embauche est ta rapidité d'écriture. Ta culture politique, on s'en fiche. Voici ce que ça donne pour les attentats de Paris. Un rapport négatif vis à vis des terroristes. Mais aussi vis à vis des autorités françaises. Elles n'ont rien fait pour prévenir la tragédie. Fermez le banc.Enfin les phrases du jour pour terminer.Jean D'Ormesson qui fait son entrée dans la Pléiade. Et du coup, pléiades d'interviews. J'ai écrit mon premier livre pour plaire aux filles - LE PARISIEN-AUJOURD'HUI EN FRANCE.Enfant quand on me demandait ce que je voulais faire plus tard, je répondais rien. J'étais sincère - PARIS-MATCH.Je crois que je suis naturellement un bon client. A n'en pas douter - LES ECHOS.J'en terminerais avec celle de la maman de David Luiz, le joueur brésilien du PSG après le flot de critiques sur son jeu lors du match perdu contre le Barça. Phrase relevée sur son compte Instagram par THE INDEPENDANT. "Que tu joues bien ou mal, Maman t'aimera toujours."

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.