Décidément, ça déménage... La semaine dernière, Le Canard Enchaîné racontait comment Patrick Devedjian, nouveau ministre de la Relance, s'était grossièrement attribué les bureaux de Luc Chatel, modeste secrétaire d'Etat... Chatel et tous ses conseillers ont été éjectés du rez-de-chaussée de l'hôtel de Cassini, rue de Babylone à Paris... Direction le premier étage... Ordre de Devedjian... Le problème, c'est qu'au premier étage, il y avait déjà du monde : à savoir, l'état-major de la Direction générale de l'administration et de la fonction publique... des directeurs qui, eux aussi, du coup, ont dû déménager... C'est encore Le Canard Enchaîné qui raconte, cette semaine... Ils ont été priés de s'installer rue de Lille, à l'hôtel de Seignelay... Nouveau problème : non, il n'y avait personne à l'hôtel de Seignelay, mais il était à vendre... C'est l'un des biens immobiliers que l'Etat avait prévu de vendre afin de renflouer un peu ses caisses... Mise à prix : 15 millions d'euros... Aujourd'hui, du fait donc de l'arrivée de Patrick Devedjian et des déménagements que cela a entraînés, l'hôtel de Seignelay n'est plus à vendre... Commentaire du Canard : "Beau début pour un ministre de la Relance : sa nomination a déjà coûté 15 millions d'euros"... Décidément, ça déménage... Dans L'Express, on apprend qu'en ce moment, Matignon recherche des locaux en vue de l'installation d'un nouveau ministre auprès de François Fillon... "Claude Allègre sera-t-il l'heureux élu ?", s'interroge l'hebdomadaire... On parle en effet de plus en plus de l'arrivée de Claude Allègre au gouvernement... Mais ce matin, c'est un autre nom qui fait la Une du Figaro : celui de Malek Boutih... le socialiste Malek Boutih qui, d'après le quotidien, "serait aujourd'hui prêt à rejoindre l'équipe Sarkozy"... L'article, toutefois, ne dit pas où seront ses bureaux... Mais il dit, en revanche, le poste dont pourrait hériter l'ancien président de SOS-Racisme... D'après Le Figaro, Malek Boutih pourrait devenir délégué interministériel chargé d'une mission sur la diversité... Une place à part dans l'organigramme gouvernemental, comme Martin Hirsch, nommé haut commissaire aux Solidarités actives contre la pauvreté... C'est Judith Waintraub qui signe le papier... Et d'après elle, l'affaire est entendue... "Sauf revirement de dernière minute, Malek Boutih devrait devenir, à l'occasion d'un prochain remaniement, le nouveau visage de l'ouverture, au service donc d'une cause elle aussi marquée du sceau sarkozyste : à savoir, la diversité... En juin 2007, nous rappelle ma consoeur, le Président lui avait déjà proposé le poste de secrétaire d'Etat chargé de la Politique de la ville... Malek Boutih avait été tenté, très tenté même... Mais son mentor en politique, Julien Dray, l'avait finalement dissuadé de franchir le pas... Dray qui venait lui-même d'être l'objet d'une énième tentative de séduction de la part de Nicolas Sarkozy... Boutih certifiait alors à Libération qu'il n'envisageait pas de prendre des responsabilités dans un gouvernement de droite... Et c'est Fadela Amara qui est devenue secrétaire d'Etat chargée de la Politique de la ville"... Judith Waintraub nous rappelle également les difficiles relations de Malek Boutih avec son propre parti... Parachutage raté lors des législatives en Charente : les socialistes locaux n'ont pas voulu de lui... Et puis en 2005, un autre désaveu : le PS avait enterré son rapport sur l'immigration où il défendait les quotas... Avec Nicolas Sarkozy, il est au moins certain d'avoir un terrain d'accord", conclut du coup ma consoeur... Boutih, nouvelle figure de l'ouverture et de la diversité... figure revendiquée déjà par d'autres... On parlait de Fadela Amara... Il y a également Rama Yade, qui (on l'a dit déjà ici) ne serait désormais plus en cour auprès du chef de l'Etat : il n'a pas supporté qu'elle refuse de s'engager pour les Européennes... Eh bien, ce matin, Le Canard Enchaîné nous apprend que Rama Yade a écrit une émouvante lettre d'excuses à Nicolas Sarkozy : "Vous m'avez tout donné en politique... Je n'avais pas le droit de vous décevoir", écrit, penaude, la secrétaire d'Etat aux Droits de l'homme, qui se dit "mortifiée" par la tournure des événements, et implore dans le même temps "qu'on lui épargne les mines de sel"... une lettre accompagnée d'une boîte de chocolats... Plutôt bien vu : tout le monde le sait, le Président est très gourmand... Et Rama Yade est de plus en plus populaire, si l'on en croit en tout cas un sondage IFOP qui paraît dans Paris-Match... Sa cote de popularité progresse de 3 points, tandis que celle de Bernard Kouchner, elle, est en chute de 10 points... lui qui avait qualifié "d'erreur" la création du secrétariat d'Etat aux Droits de l'homme... Apparemment, l'erreur, c'est lui qui l'a commise en tenant ces propos... des propos suite auxquels Rama Yade, aujourd'hui, affirme qu'elle n'ose plus rien dire... Non, elle n'ose plus rien dire, et elle le dit dans VSD... VSD qui, cette semaine, propose un dossier sur les anciens guérilleros des FARC qui rêveraient de venir en France... dossier à l'occasion de l'arrivée à Paris d'un premier repenti... Wilson Bueno Largo, alias "Isaza", a mis le pied sur le sol français le 10 décembre dernier... Et sans doute pensait-il alors aux milliers d'anciens camarades de lutte restés à Bogota qui, tous, rêvent de connaître le même sort que lui... C'est ce que raconte Antoine de Tournemire, qui est allé à Bogota, et qui a donc rencontré d'autres repentis des FARC... Ils s'appellent Mauricio, James, Luzmilla... Tous ont beaucoup de mal à retrouver une nouvelle vie en Colombie : on les regarde de travers, on ne leur pardonne pas... Et tous, du coup, observent, émerveillés, le parcours de leur ancien camarade Isaza, récompensé, lui, pour avoir permis l'évasion de l'un des plus anciens otages politiques des guérilleros... L'Etat colombien lui a versé l'équivalent de 325.000 €, ainsi qu'une aide humanitaire de 3.000 € pour son installation, plus une allocation mensuelle de 1.600 € durant plusieurs mois... Et donc, à la suite d'un accord avec l'Etat français, il pourra vivre en France... Et travailler en France... "Mais il ne s'agit pas de voir déferler des hordes de FARC dans le pays", explique dans VSD un fonctionnaire du Quai d'Orsay... qui précise que les repentis accueillis devront avoir été blanchis en Colombie, et qu'ils feront l'objet d'une contre-enquête en France... N'empêche... "Le sort enviable des déserteurs des FARC fait aujourd'hui débat à Bogota", titre également Le Monde... dans lequel Marie Delcas, la correspondante du journal en Colombie, raconte elle aussi les questions posées par l'arrivée d'Isaza dans l'Hexagone... les questions et les envies... Ainsi cette étudiante, qui affirme qu'aujourd'hui, elle envisage de prendre le maquis (sous-entendu, de rejoindre les FARC) pour ensuite déserter et tenter d'obtenir une bourse pour venir étudier en France... Quant au fameux Isaza, on ne sait évidemment pas à quel endroit il a prévu d'emménager... Les gros titres de la presse, ce matin, sont toutefois consacrés à un autre événement : la découverte d'explosifs hier dans un magasin du Printemps, à Paris... "Une étrange menace terroriste", titre ainsi Le Parisien-Aujourd'hui en France... "Les mystères du Printemps", commente Libération... Tandis que France-Soir lance un très inquiétant "Peur sur Noël"... Le sujet fait la Une également de la presse régionale, avec une série de titres en forme de questions... "Un avertissement... mais de qui ?", s'interroge ainsi Le Télégramme... "Qui et pourquoi ?", ajoute La Nouvelle République... "Qui veut nous faire peur ?", questionne La Dépêche du Midi... Tandis que Le Dauphiné Libéré se demande si la menace est à prendre au sérieux... Au ministère de l'Intérieur en tout cas, on semble la prendre au sérieux, comme en témoigne la Une du Figaro, qui titre sur "la mobilisation anti-terroriste avant Noël"... "500 policiers et gendarmes supplémentaires vont être déployés sur toute la France pour surveiller les sites accueillant du public"... Les autres titres de la presse, ce matin... Le débat sur le travail le dimanche, à la Une de L'Humanité... "Le dimanche, c'est sacré"... "Même remaniée, la proposition de loi est loin de faire l'unanimité, explique le quotidien... Autre loi qui, elle non plus, ne fait pas l'unanimité : la loi sur la réforme de l'audiovisuel... C'est à la Une notamment de La Croix : "Ce qui va changer à la télévision", annonce le quotidien... qui s'intéresse notamment à la situation en Italie, et à la toute-puissance d'un certain Berlusconi : "Quand le contrôle des télévisions conduit à la pensée unique", titre le quotidien... A la Une du Courrier Picard... "Un carnage dans l'animalerie"... A la Une de La République des Pyrénées... "120 cochons dans le fossé"... "Un poids-lourd s'est renversé... Les pompiers ont sécurisé le périmètre", nous rassure le journal... Et puis, toujours dans la série "nos amis les animaux", j'ai relevé, pour finir, cet article étonnant, dans France-Soir... qui nous apprend l'existence de crèmes glacées pour chiens... Moi, je ne connaissais pas... Mais mon confrère de France-Soir a testé... Je le cite : "Sans aboyer et sans laper, c'est à la petite cuiller que j'ai goûté la glace au boeuf... En bouche, la consistance est assez granuleuse, un peu pâteuse mais pas désagréable... avec un arrière-goût de marron... marron glacé, évidemment... A conseiller, dit-il, pour les toutous à l'heure du thé"... Bon appétit, les toutous !... On fait quand même un drôle de métier...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.