Trump pdt ds 3 jours, pas une uchronie, mais le retour de la 4ème dimension. L'îlot Tromlin menacé? c'est la France qui tremble

La revue de presse, bonjour Hélène Jouan

On commence par quelques nouvelles du président américain. Mais lequel au fait ?

Les 2 mon capitaine ! C’est vrai qu’on a encore du mal à croire que Donald Trump sera bien le nouveau président américain dans 3 jours exactement. D’ailleurs, le journal écossais Sunday Herald, repéré par le Big Browser du Monde, s’est amusé dans son programme télé à annoncer pour vendredi 16H, le « retour de la 4ème dimension », la célèbre série télévisée américaine. La cérémonie d’investiture devient le scénario glaçant d’un film catastrophe écrit le journal, les auteurs de science-fiction ont inventé l’uchronie, nous y sommes. Ca commence dans une version cauchemardesque de 2017, où des pans entiers de l’électorat se sont faits prendre au piège et ont voté Trump. Cela semble tiré par les cheveux, ça l’est. Mais plus l’histoire avance, plus elle devient effroyablement plausible »

J’ai vérifié, Télé loisirs est formel : chez nous vendredi à 16h, ce sera « des chiffres et des lettres » sur France 3. Pas d’uchronie, plutôt un vague retour vers le passé.

Plus sérieusement, les propos de Trump hier, visant à « disloquer l’europe » comme l’affirment ce matin de nombreux éditorialistes, ces propos tenus dans la presse britannique et allemande ont surtout vexé Aujourd’hui en France/le Parisien : « le choix de Bild et duTimes en dit long, écrit le journal, français, aux yeux de Trump, la France n’est plus un allié privilégié. D’ailleurs dans ces interviews, le président ne cite pas une seule fois notre pays » La correspondante à New York du Parisien raconte que Trump ne connait personnellement aucun homme politique français ; le premier français qu’il a rencontré depuis son élection, est le PDG de LVMH, Bernard Arnault. Plus important à ses yeux donc que n’importe quel politique, président ou aspirant-président !

Un mot Hélène du président sortant

Pour les derniers jours de sa présidence, on a droit à toute l’iconographie un peu glamour des années Obama ; les photos de ses petites filles s’installant à la maison blanche il y a 8 ans dévoilées ces dernières heures ont envahi la toile, ce matin, le New York Times nous décline tout le vestiaire de Michelle Obama pour nous raconter quel message la first lady entendait envoyer avec chacune de ses tenues, et puis sur le site du New York Times, un très beau papier sur « comment Obama a survécu à la Maison Blanche pendant toutes ces années. Grâce aux livres » répond t il. Les livres pour retrouver l’équilibre, pour sortir de l’isolement, les tragédies de Shakespeare pour se souvenir que les mêmes comportements humains se répètent toujours, les livres pour retrouver la juste mesure de chaque chose. Lire par exemple l’opus de science fiction apocalyptique du chinois Ci-chin, lui a permis raconte t il de minimiser ses petits tracas quotidiens avec le Congrès, y a avait pas photo « dans le livre raconte t il, c’est quand même les aliens qui débarquent » !

Retour en France, avec une sortie théâtrale qui ne passe pas…

« Primaire de la gauche » un homme, une zapette à la main, croqué par Urbs dans Sud-Ouest, lance « ça se complique, Hollande soutient Drucker »

Nicolas Beytout à la Une de l’Opinion, joue à l’ironie grinçante « le langage politique est décidément en pleine évolution, écrit il, Trump remplace ses discours par des tweets. François Hollande préfère la langue des signes. Comment mieux dire le peu d’estime dans lequel il tient les prétendants socialistes à sa succession, qu’en s’affichant donc ostensiblement au théâtre le soir de leur débat ? Dans le Figaro, Guillaume Tabard estime que cette preuve de mépris est en effet un retour à l’envoyeur. « Les candidats veulent l’oublier et le mettre à distance, « et bien lui aussi les oublie », ils ne veulent pas voir hollande et son bilan ? Qu’à cela ne tienne, Hollande ne les voit pas non plus. Ignorance réciproque, règlements de compte à gauche, ils ont tout fait pour l’empêcher d’être candidat, il ne fera rien pour les aider ». Et les laisse seul désormais face à Macron.

Et puis autre amabilité entre amis, à gauche encore : dans les Echos ce matin, la ministre du Travail Myriam El Khomri défend sa loi. « La loi travail n’a en aucun cas permis, affirme t elle, le plan de sauvegarde mis en œuvre à la Voix du Nord » je vous rappelle que le quotidien régional prévoit la suppression de 178 emplois. Réponse publique donc à Benoit Hamon, puisqu’il y a 4 jours déjà la ministre avait envoyé une lettre au candidat socialiste à la primaire, pour lui dire qu’il prenait part à une « regrettable désinformation » en affirmant le contraire.

Arnaud Montebourg fait lui, la Une du Financial Times. Mazette. « C’est LE concurrent socialiste qui émerge » affirme le quotidien britannique. Il est décrit comme le candidat anti élite, éloquent et à la dureté douce mais qui émet des messages carrément « durs ». Citation de l’intéressé faisant son auto portrait : « je suis socialiste, je recherche de la modernité dans le gaullisme. Je suis mystérieux, inclassifiable »

Et puis, cela fait plusieurs semaines qu’on lit des portraits de lui, qui nous racontent l’importance qu’il a prise auprès du candidat Fillon…mais Henri de Castr(i)es franchit officiellement le pas ce matin : « je rends mon engagement public » dit l’ex patron dans une interview au Figaro. Ce qui est amusant c’est de lire le On de l’entretien dans le Figaro, et le Off de Nathalie Raulin dans Libération, portrait titré « l’insécurité sociale de Fillon ». En fait, il n’y est pour rien dans la proposition de réforme de la sécu qui fait patiner le candidat depuis quelques semaines. Alors, On/Off, ça donne par exemple « je me demande rien, je n’attends rien » dans le Figaro , si, « les finances ou la Défense pourraient lui être proposé »s dit Libé, « parce qu’on ne peut pas nommer à Bercy quelqu’un qui doit supprimer l’ISF alors que lui –même y est assujetti » explique un intime de Fillon

Sujet sensible Hélène pour terminer, sur lequel notre invité aura peut-être un avis…

« Jusqu’où la France peut elle se rabaisser ? un pays a-t-il le droit de douter à ce point de lui-même pour qu’il en arrive à brader sa souveraineté ? » les mots sont forts, l’heure semble grave, des mots utilisés bruno Le Maire, par un de vos collègues député, UDI, dans une tribune parue ces jours ci sur le site FigaroVox. Philippe Folliot s’inquiète en fait du sort d’un îlot, l’ile Tromlin, 1km carré dans l’océan indien, charline vanhonecker vous en parlait juste avant 8 h, mais c’est très sérieux ! Un traité est examiné demain par l’assemblée nationale pour partager la gestion de ce confettis poissonneux Tromlin, avec l’ile Maurice située à quelques encablures….Le conflit diplomatique dure depuis 1976, le dossier a été porté devant l’Onu, Mitterrand a finalement décidée la cogestion, et

elle a été signée par Sarkozy..Mais certains élus veillent, « d’autres pays pourraient s’engouffrer dans la brèche et accroitre leurs revendications sur les autres iles françaises du secteur » s’alarment ils. « La République doit rester Une et Indivisible » tonne encore ce matin le député Les Républicains, Pierre Lellouche.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.