Jusqu'où les bombes, jusqu'à quand les roquettes ?... Dans la presse, ce matin, ce sont les photos qui permettent le mieux de réaliser l'ampleur du drame vécu par les Libanais et les habitants du nord d'Israël... Celle-ci, page 4 dans "Libération" : des Libanais sur la route de l'exode... Dans la nuit, ils ne sont éclairés que par les phares des voitures... On y voit une femme tout en noir, courbée sous le poids d'un carton qu'elle a rempli à la va-vite... A ses côtés, un petit garçon en bermuda porte péniblement un bidon d'essence sur cette route poussiéreuse... Autre cliché impressionnant, dans "L'Humanité" : elle est prise dans un quartier sud de Beyrouth... C'était un immeuble : il n'en reste plus rien, rien que des gravats, comme une sorte de petit Ground Zero... Mais il n'y a pas que les populations civiles libanaises qui souffrent... "Le Parisien" montre ainsi la gare de Haïfa, la troisième ville d'Israël, touchée par des roquettes du Hezbollah hier : le toit est complètement effondré, et les secouristes, arrivés après l'attaque, ne peuvent plus rien y faire... "Ouest-France" et "Le Midi Libre" font le même constat : les civils sont sous les bombes, de chaque côté de la frontière... Et la lecture croisée de deux récits, dans "Libération" et "L'Humanité", permet de le réaliser... Pour "Libé", Annette Lévy-Willard est allée à Haïfa, ville historique, symbole de la bonne coexistence entre communautés... Haïfa touchée donc par les roquettes du Hezbollah hier... Elle est envahie par la peur... Les rues sont silencieuses, vides de voitures et de piétons, les magasins fermés, les appartements clos derrière des volets tirés... La ville ne bouge plus, ne travaille plus, ne fonctionne plus... Et le plus effrayant, raconte une habitante, ce sont les sirènes, qui montent et qui descendent... Ensuite, on entend un bruit de l'explosion... Mais l'opinion soutient son gouvernement et son armée dans les raids contre le Hezbollah au Liban... Résultat : comme les Israéliens d'Haïfa, les Libanais de Beyrouth vivent dans la terreur... Dans "L'Humanité", Pierre Barbancey nous montre Fatima... Depuis mercredi, elle a trouvé refuge dans la cave d'un immeuble... C'est l'entrepôt d'un marchand de chaussures... Des cartons ont été posés sur le sol pour protéger les matelas de fortune... Quelques femmes en tchador sont assises, des enfants dans les bras... Il règne une atmosphère de fin des temps... Et Pierre Barbancey ajoute que tout le monde, à Beyrouth, s'attend maintenant à des frappes beaucoup plus intensives... Cela fait 5 jours que l'attaque israélienne au Liban a commencé, et tous vos journaux font le même constat ce matin : les pays soi-disant puissants sont impuissants à empêcher quoi que ce soit... "Quelle a été, ces derniers temps, la proposition audacieuse des grandes puissances pour favoriser la paix ?... Ne cherchez pas : il n'y en a pas", écrit François ERNENWEIN dans "La Croix"... "La montée des tensions au Proche-Orient, ajoute Joseph Limagne dans "Ouest-France", est due en grande partie à l'absence d'une vraie force de médiation internationale entre des adversaires incapables de s'entendre en tête-à-tête... De résolutions bafouées en plans de paix jamais mis en oeuvre, il était inévitable que la guerre redevienne, de part et d'autre, une option"... Depuis Saint-Pétersbourg, ce week-end, les pays du G8 ont demandé à Israël et au Hezbollah l'arrêt des opérations militaires, rappelle Jean-Claude Kieffer dans "Les Dernières Nouvelles d'Alsace"... Mais sans moyens de pression sur Tel Aviv, et encore moins sur les nébuleuses islamistes, il s'agit d'un voeu pieu... Les grandes puissances ne peuvent pas - et peut-être ne veulent pas - en faire plus... D'importantes divergences les empêchent toujours de parler d'une voix ferme, écrit Lorraine Millot dans "Libération"... George Bush est le principal avocat d'Israël au Sommet du G8, et la présidence russe défend les intérêts de ses clients iraniens et syriens, ces deux pays parrains du Hezbollah... A propos de l'inaction des Etats-Unis, dans "Le Figaro", Pierre Rousselin se montre sévère... Ils n'éprouvent aucun besoin de s'engager pour arrêter l'escalade... Le pari, écrit-il, semble être que quelque chose de bon peut sortir du fracas des armes et du sang versé... C'est un pari très hasardeux qui, de l'Afghanistan au Liban en passant par l'Irak et la Palestine, a montré ses limites... Inertie des Etats-Unis, mais aussi impuissance de la France... Sa voix a bien du mal à se faire entendre dans cette crise, constate Michel Noblecourt dans "Le Midi Libre"... Le Liban est pourtant censé être une terre où la parole de Jacques Chirac a du poids... Mais aujourd'hui, la France est partagée entre son attachement ancien pour le pays du Cèdre et son soutien à la sécurité d'Israël... Résultat : c'est l'Italie qui jouera les intermédiaires pour un cessez-le-feu entre Israël et le Liban... "Welcome in France, Trouduc !"... C'est frais, c'est léger, c'est estival... C'est la Une de "France Soir"... Lance Armstrong, 7 fois vainqueur de la Grande Boucle, est de passage sur la route du Tour aujourd'hui... Il vient soutenir ses anciens coéquipiers... Et ce qui lui vaut cet accueil très calin de "France Soir", ce sont des déclarations, vendredi soir à la télévision américaine... Le Texan, régulièrement accusé de dopage en France, a eu l'outrecuidance de s'en prendre à Zizou et ses camarades... Là aussi, c'est rafraîchissant : "les footballeurs de l'équipe de France, dit-il, ont tous été contrôlés positifs comme étant des trous du cul"... Un coup de provoc... Du coup, "France Soir" donne tous les secrets pour ne pas le rater, lors du passage sur la route du Tour où il pourrait rester toute la semaine... Dans la presse aujourd'hui, il est question d'un autre fondu de cyclisme : un certain "Nicolas S."... mais aussi d'une certaine Cécilia... Elle est militante à l'UMP, mais ce n'est pas celle que vous croyez... Elle s'appelle Cécilia Scholl, troisième année de droit à Lyon, et elle fait le tour des plages pour distribuer la bonne parole... Dans "Libération", Guillemette Echallier la montre distribuant des tongs qui laissent comme empreinte sur le sable des plages les trois lettres "UMP"... L'an dernier, la caravane avait permis de recueillir entre 10 et 15.000 adhésions... Le président de l'UMP, lui, n'est pas à la plage : il est en librairie, depuis aujourd'hui... 130.000 exemplaires de son dernier livre, "Témoignage", sont en vente... Il tente de polir son image et de rassurer sur la "rupture", selon "Les Echos"... Un jalon de plus dans sa campagne... Il passe sous silence son projet de contrat de travail unique... Il ne s'attarde pas sur la flexibilité, qu'il appelait encore récemment de ses voeux... Il se déclare même favorable à un libéralisme régulé et à une mondialisation humaine... Un peu plus, il va pouvoir faire campagne aux côtés de José Bové... Mais Bové, lui, ne convainc pas les siens... C'est dans "Le Parisien"... Eric Aquemand rappelle qu'il y a un peu plus d'un mois, l'ancien porte-parole de la Confédération paysanne s'est déclaré disponible pour une candidature unitaire avec le PC, les Verts qui le veulent bien et l'extrême-gauche... Mais ses proches sont sceptiques... Il a plus à perdre qu'à gagner dans cette affaire, estime son successeur à la tête de la Confédération paysanne... Lui, qui apportait un peu de nouveauté et de fraîcheur, risque de tomber dans le ronron d'un jeu politique discrédité... Une inscription à la fac, en licence par exemple, c'est en principe autour de 350 euros, en comptant les frais de Sécurité sociale, pour les élèves à partir de 20 ans... Mais dans certaines facs, le droit d'entrée peut augmenter de 3.500 euros supplémentaires... Il y a encore trop de frais illégaux à l'université, dénonce "Le Parisien"... Le syndicat étudiant UNEF remonte au créneau, et publie pour la deuxième année de suite la liste des facs qui sur-tarifient les inscriptions... Cela va des frais de traitement du dossier aux provisions pour polycopiés, en passant par les droits pour accéder à la bibliothèque... Les trois facs les plus chères sont l'universite d'Aix-Marseille-III, Jean-Monet à Saint-Etienne et Clermont-Ferrand-I... Partout où ils ont saisi le Tribunal administratif, les étudiants ont obtenu gain de cause... Ces frais supplémentaires sont illégaux s'ils ne sont pas facultatifs ou clairement identifiés, et qu'ils ne relèvent pas des obligations de service public... Des excès de ce genre sont pratiqués dans 49 universités sur 81... Le gouvernement avait promis de mettre fin à ces abus, mais rien n'a suivi... Ah ! Un Noir !... Si, Madame !... Au "20 Heures" de TF1... Dans "Libération" ce matin, les duettistes de la rubrique "Télé", Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts s'en donnent à coeur-joie à propos du premier "20 Heures" d'Harry Roselmack ce soir, sur la Une... "TF1 découvre la télé couleur"... C'est le titre d'un premier article... Et le deuxième, un portrait, n'échappe pas non plus au jeu de mots : "Harry, un ami dont on dit du bien"... Il est parfait, nickel-chrome, zéro défaut... Et d'abord, parlons-en tout de suite, après on sera débarrassé : Harry Roselmack est beau... Une tête de pharaon, le crâne lisse, des lèvres pleines aux commissures relevées en un demi-sourire permanent... Et en plus d'être beau, bon journaliste et marié, précisent les deux accros de la zapette à "Libé", c'est un collègue de bureau sympa... Manque plus que la cape pour faire un Superman tout à fait potable... Présentateur de 33 ans, dont les parents sont originaires de la Martinique, il n'échappe pas à la question : un Noir aux manettes du "20 Heures" le plus regardé de France, tout ça tout ça... Réponse : "Je suis un tenant de la discrimination positive... Je pense que pour un dirigeant, l'un des critères d'embauche doit être la diversité de ses équipes, ce qui n'exclut pas celui de la compétence"... Harry Roselmack est partout dans la presse, ce matin... Et "France Soir" s'amuse à faire un portrait croisé avec PPDA... D'abord le look... Sur ce chapitre, Patrick Poivre d'Arvor est jugé irréprochable... Il incarne l'adage qui prétend que la vraie élégance, c'est celle qui passe inaperçue... Sa seule coquetterie, écrit "France Soir", ce sont les cheveux... Côté capillaire, son remplaçant a d'ores et déjà résolu le problème : boule à zéro... Ce qui renforce son magnétisme sexuel, carrément, atténué par une mise de bon aloi, genre BCBG cool... Dans cet article, on apprend encore que Patrick s'était assis dans le fauteuil du "20 Heures" plus jeune que Harry... C'était en 76 : il avait 30 ans... Son joker en a 33... Comme Harry est un ancien de Radio France, nous aussi nous lui voulons du bien... Cet été, il n'aura pas vraiment le temps de faire des mots croisés sur la plage... On va le faire pour lui... La définition du jour, c'est : "bonne chance" en 5 lettres... Bonne journée !

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.