Des terres hostiles ; la sécheresse et les restrictions d'eau dans 64 départements ; la mort d'Eric Garner ; la démission de François de Rugy et un rayon de soleil dans les journaux ce matin.

Des terres hostiles, dans vos journaux ce matin.

"Nous nous enfoncions dans une végétation de plus en plus dense et haute.  Nous découvrîmes, au-delà d'un mur de jeunes arbustes aux ronces affûtées, une clairière de mousse". Un répit ? Non, pas pour autant. "Je tombai dans une énorme fosse que la mousse couvrait comme un filet tendu au-dessus d'une trappe". Récit de fuite, en pleine jungle amazonienne, ce matin dans le 1.  

Extrait d'un livre d'Ingrid Betancourt, otage des Farc pendant 6 ans.  L'ouvrage n'est pas récent...  Mais il sert de point d'appui à l'hebdomadaire qui propose cette semaine un dossier sur l'Amazonie. Terre hostile, jusqu'à quand, s'interroge le 1. Et surtout, sous quelles formes, puisque l'Amazonie brésilienne a perdu en 7 ans 50 000 kilomètres carrés de foret.  L'Amazonie risque de devenir une savane, prévient un chercheur.  Le 1 nous embarque en voyage au milieu de nulle part.  

En quête de la Tour de recherche Atto.  325 mètres de haut. Sentinelle de la forêt.  Pour y parvenir, une demi journée en voiture, depuis Manaos. Puis une demi journée de bateau.  "C'est le seul endroit de la planète où l'air est aussi pur qu'il y a 250 ans, avant l'ère industrielle".  Et c'est là qu'a été prouvée l'existence d'une "rivière flottante".  Une rivière dans les airs. Vapeur d'eau massive en fait. Plus massive encore que le fleuve Amazone.  Et ... découverte vertigineuse, elle fournit, à elle seule 70% de l'eau nécessaire aux cultures au Brésil et en Argentine.   

"Profondément désolé.  Stop.  Reçu mauvaises nouvelles expédition Everest.  Stop. Votre époux tué dans dernière ascension.  Stop.  Président et comité offrent sympathie".  La froideur d'un télégramme britannique, exhumé des profondeurs d'une histoire rocambolesque. C'est dans Libération ce matin : En 1924. Deux alpinistes anglais, Irvine et Mallory, disparaissaient à quelques centaines de mètres du sommet de l'Everest.  "Zone de mort, au dessus de 8000 mètres. Ou l'air rare brouille la pensée et les souvenirs".  Mais en fait, ne l'auraient ils pas atteint le sommet?  Question qui taraude le milieu de l'alpinisme.  En 99 : le corps de Mallory est retrouvé. Face contre terre. Il manque dans ses poches la photo jaunie de sa femme, qu'il avait promis de déposer tout en haut.  Est-ce que cela veut dire qu'il a réussi à s'y hisser.  Qu'il l'a bien déposée sur le toit du monde sa photo ?  Edmund Hillary, qui réussit l'exploit 29 ans plus tard, a jadis commenté un brin méchant. "Il a peut-être été le 1er à atteindre le sommet... Moi je suis le premier à en redescendre vivant".    

Sécheresse : restrictions d'eau dans 64 départements

Yannick, légumier en Vendée se confie à Ouest France.  "Je suis fortement connecté à mes légumes.  Quand ils souffrent, je souffre aussi".  Pas assez de pluies.  Plus assez d'eau.  Il a dû faire des choix...  Il a renoncé aux carottes, la semaine dernière.  Et à l'argent qui va avec.  Et après?  Allons nous vers une nouvelle canicule s'interroge Le Parisien Aujourd'hui en France. MétéoFrance surveille.  Episode de forte chaleur possible en milieu de semaine prochaine. Au Royaume Uni...  les légumes pourrissent sur pied.  La météo n'y est pour rien.  Mais le Brexit y est pour beaucoup.  Récit de La Croix, ce matin.  Outre Manche, les agriculteurs ont voté à 60% en faveur du Brexit.  Et les voilà confrontés à des conséquences inattendues.  Plus assez de petites mains.  Plus assez de saisonniers venus de l'étranger pour la récole.  Les fraises, les jonquilles moisissent faute d'avoir été cueillies.  Les ouvriers se demandent "ai-je le droit de venir"... "on dit que vous, les Britanniques, ne voulez plus de nous".  Des tchèques, des Bulgares préfèrent désormais travailler l'été en Allemagne ou en Pologne.    

La mort d'Eric Garner, dans le New York Times

C'était il y a 5 ans. A New York.  Eric Garner,  43 ans, noir, violemment plaqué au sol par des policiers qui le soupçonnaient de vendre illégalement des cigarettes.  L'homme est obèse. Asthmatique.  Non armé. Il refuse l'interpellation. Il meurt, asphyxié alors que 5 hommes tentaient de le menotter.  Aujourd'hui le New York Times reparle de cet homme.  Car le policier accusé de l'avoir étouffé ne sera finalement pas poursuivi.  Le journal américain s'interroge.  Que deviennent les policiers qui tuent des civils dans notre pays? "La grande majorité ne sont jamais punis"  Mickael Brown. Adolescent noir. abattu.  Policier jamais condamné.  Tamir Rice.  12 ans.  Noir.  Tué par balles.  Policier jamais condamné.   Parfois, quand même, ils perdent leur travail.  Mais pas toujours.    

En France, la démission de François de Rugy, en Une d'une bonne partie de la presse

"Ça suffit, j'en ai crustacé".  "Frime et châtiment"  Une du Canard Enchaîné ce matin.  Extrait "il va le traîner longtemps son homard géant!" "Même si dans l'histoire des diners mondains de l'hotel de Lassay, cet ancien du perchoir restera comme un petit joueur comparé à un Laurent Fabius".  "Crevette, aussi, à côté du gros crabe Chirac, qui à la mairie de Paris avait englouti 2 millions 200 000 euros de frais de bouche". Mais les temps ont changé.   L'hebdomadaire satirique qui se paye aussi...  la presse.  Le Point et son traitement de l'affaire.  "Attention les mirettes, plus fort que Mediapart" : le Point a repoussé très loin les frontières de l'Investigation".  Avec cette interview très sérieuse d'un allergologue., qui, rebondissant sur la supposée intolérance au homard de François de Rugy,rétorque.  "L'allergie au homard n'existe pas".  Donc la défense de Rugy ne tient pas.  Mais l'allergie aux crustacés existe.  Et le homard est un crustacé.  Mer alors?!!! s'amuse le Canard.   François de Rugy parle de lynchage médiatique.  En régions, plusieurs de vos éditorialistes ne supportent pas cette ligne de défense.  Courrier Picard :  "Les derniers militants macronistes aveuglés mettent en cause Mediapart... son militantisme, son entreprise de démolition. Bref, c'est à chaque fois pareil. Ils ne supportent pas d'être pris la main dans le sac".  La Marseillaise : "François de Rugy incarne à la perfection une drôle d'élite qui se croit tout permis et a oublié jusqu'au sens du mot décence".  Midi Libre :  "Notre planète mérite mieux que tous ces ministres fantoches, spécialistes de la transition éphémère".  Nul doute que tout cela reste dur à encaisser, pour l'intéressé.     

Un rayon de soleil, pour finir. Dans Télérama. 

Interview de la fantasque Susie Morgenstern.   Star de la littérature jeunesse.  Éternelle bonne humeur. Drôle.  Lunettes fumées rouges en forme de cœur.  Une infinie tendresse.   L'Américaine, qui vit à Nice depuis 1967, livre aussi ses parts d'ombre.  Les remarques blessantes de sa mère.  En substance : "tu es trop grosse ma fille".  "Si j'achetais une robe, je lui disais "c''est comment maman". Elle me répondait l'air navré : "mais comment ça peut être".  La culpabilité d'être juive, plus tard.  "Qu'avons nous fait" question obsédante et sans réponse. "Je suis incapable", dit elle, d'écrire sur le sujet.  Son mari, qui corrigeait ses premiers manuscrits en notant dans la marge "merde. merde. merde. A chaque faute d'orthographe.  Son mari, en est mort dit-elle. Du poids de la guerre. Il était un enfant caché.  Mais comme souvent avec elle.  La joie jaillit.  Amour de la vie et de la France.  Un homme rencontré sur le tard. "J'ai un peu forcé le destin, dans sa chambre d'hôtel, a nos âges, lui ai je dit, on n'a pas trop le temps de faire la cour".  Susie Morgenstern a aujourd'huo 74 ans.  "Mes enfants pensent que je suis une imbécile heureuse.  Je m'efforce de cultiver ma part d'enfance. Très fortement."

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.