"Cachez ce sein que je ne saurais voir"... C'est du Molière... C'est dans "Tartuffe"... une réplique aujourd'hui passée dans le langage courant... un appel élégant à davantage de pudeur... Mais la pudeur a ses excès... Sous prétexte de choix religieux, il y a de plus en plus de femmes qu'on ne voit plus... y compris en France... Voir le papier de Florence Deguen dans Le Parisien, ce matin... "Les femmes en burqa inquiètent les parlementaires"... Les enfants les appellent "les ninja"... Les adultes parlent de "Belphégor"... Il y a dix ans, tout le monde sursautait en les apercevant... Mais désormais, l'heure est plutôt au malaise, tant il n'est plus rare de croiser dans la rue des femmes voilées de la tête au pied... C'est le cas notamment à Vénissieux, dont le maire communiste André Gérin réclame aujourd'hui un débat national... Il raconte qu'il s'est récemment retrouvé incapable de marier une femme dont le futur époux refusait qu'elle dévoile son visage... Et il a donc déposé une proposition de résolution à l'Assemblée Nationale pour obtenir la création d'une enquête parlementaire sur le sujet : enquête pour mieux comprendre ce phénomène : le nombre croissant de femmes complètement voilées en France... 57 autres députés de tous bords ont signé le texte du maire de Vénissieux... Il pourrait donc y avoir bientôt un nouveau grand débat sur la question du voile. Des voiles, on en a vu beaucoup hier dans les rues de Téhéran... On en a vu dans la manifestation organisée par les partisans de Mahmoud Ahmadinejad pour soutenir le pouvoir en place... Plusieurs milliers d'Iraniens se sont rassemblés hier... L'envoyé spécial du Figaro Georges Malbrunot s'est glissé dans le cortège... "Une foule beaucoup moins nombreuse que celle de lundi pour la marche des partisans de Mir-Hossein Moussavi : 10-20.000 personnes, des hommes pour la plupart, avec donc derrière eux quelques rangées de femmes recouvertes du long tchador noir... Foule moins nombreuse mais plus bruyante, portée par des slogans chargés d'agressivité contre les ennemis de l'Iran : "Mort à l'Amérique", "Mort aux hypocrites", "Mort à Israël"... Ces manifestants-là ne croient pas qu'il y ait eu fraude électorale... "L'Iran a vécu l'élection la plus honnête de son histoire", affirme ainsi un mécanicien, devant un fast-food où des jeunes filles déjeunent... L'une d'elles s'interpose alors et lance au journaliste : "Ecrivez la vérité !... Et la vérité, c'est que l'Iran est un pays rongé par l'inflation, un pays où nos voix ont disparu... On a besoin de changement", ajoute-t-elle, avant de s'éclipser... Les adversaires du Président sortant ont d'ailleurs continué de manifester eux aussi, bravant les forces de l'ordre... Ils étaient ainsi près de 8.000 dans les rues d'Ispahan, une ville située au sud de la capitale... Le correspondant de La Croix Rémi Charret a rencontré Rahim... Rahim a peur, ça se lit sur son visage, mais il n'en démord pas : "La victoire revient à Moussavi... Même sans les voix de ceux qui n'ont pas pu voter, parce qu'il n'y avait pas de bulletins et parce que la police a fermé les bureaux, Moussavi a recueilli deux fois plus de suffrages qu'Ahmadinejad"... Un peu plus tard, sur la pelouse du stade municipal, ce sont cette fois les partisans d'Ahmadinejad qui sont venus agiter des drapeaux... Ils sont entre 3 et 4.000... Un orateur les exhorte à se battre contre les ennemis de la démocratie qui refusent le verdict des urnes... "Iran : le face-à-face", titre du coup La Croix à sa Une... "Iran : la fracture", titre L'Humanité... "Tout un pays au bord de la fracture", constate de son côté Sud-Ouest... Tandis que Le Figaro revient sur la déclaration de Nicolas Sarkozy... "un ton qui tranche avec la prudence employée jusque-là par les chancelleries occidentales", estime le quotidien... "L'ampleur de la fraude est proportionnelle à la violence des réactions" : voilà ce qu'a dit hier le Président français... Nicolas Sarkozy qui a droit aux gros titres des journaux, pour un autre sujet : l'augmentation des dépenses de l'Elysée... Avec un nouveau rapport du député PS René Dosière, qui note une explosion du budget global de la Présidence de la République : une augmentation de plus de 18% en 2008 par rapport à 2007... "Budget de l'Elysée : une note de plus en plus salée", titre Libération... qui détaille les dépenses en hausse : +51% pour les charges courantes, comme les frais de téléphone ou les frais de réception : dépenses en hausse notamment pour la garden-party... et plus de 26% pour les frais de déplacement... "En fait, explique le député, les seules dépenses en baisse, ce sont les aides sociales accordées aux personnes en difficulté"... L'attribution de ces aide est gérée par un service social travaillant sous l'impulsion de l'épouse du chef de l'Etat... Commentaire du député : "Cécilia puis Carla Sarkozy s'en occupent moins que Bernadette Chirac... En période de crise économique, c'est tout de même un très mauvais signe"... "Que l'activité de Nicolas Sarkozy soit plus importante, qu'il fasse plus de voyages, qu'il reçoive plus de monde, on peut le concevoir", estime de son côté Francis Lachat dans Le Courrier Picard... "Mais que ces dépenses explosent à ce point, on le comprend moins... d'autant que, dans le même temps, il ne rate jamais une occasion de prôner l'économie et la rigueur... Dans le genre 'faites ce que je dis, ne dites pas ce que je fais', on n'a pas trouvé mieux". "Il n'y a toutefois pas là matière à polémique", a rétorqué dès hier le service de la Présidence... Vous trouverez le communiqué de l'Elysée quasi in extenso dans Le Figaro ce matin... Comme tous les jours, depuis plusieurs semaines, vous lirez aussi çà et là différents papiers sur le remaniement qui s'annonce... avec, dans Le Canard Enchaîné, le nouveau petit surnom donné au chef de l'Etat.. On sait que, dans l'intimité, son épouse le surnomme "Chouchou"... Mais certains ministres, en privé, le surnomment, eux, "Alfred"... Vous savez pourquoi "Alfred", Jean-François Copé ? (...) "Alfred, comme Alfred Hitchcock, parce qu'il se prend pour le roi du suspense avec le remaniement... Il est en train de jouer 'Psychose', et en plus ça marche", confie ainsi un ministre, sous couvert d'un prudent anonymat. Toujours dans Le Canard, mais aussi dans L'Humanité, vous pourrez lire par ailleurs comment Serge Dassault fait aujourd'hui chanter l'Essonne : un papier d'Isabelle Barré... Une entreprise de semi-conducteurs de l'Essonne, Altis, court droit à la fermeture : plus d'un millier de salariés risquent de se retrouver sur le pavé... L'avionneur a fait savoir qu'il concoctait un plan de relance : il affirme avoir trouvé un repreneur mystérieux... Mais il y met ses conditions : que ce soit ses amis qui lui succèdent à la mairie de Corbeil-Essonne, dont il vient d'être éjecté, alors que l'UMP a d'autres candidats en vue. Dassault exige, dit-on, que ce soit l'un de ses conseillers, ou alors carrément sa femme, qui soit investi par l'UMP. Le sauvetage de l'entreprise Altis dépendrait aujourd'hui de cela. Et puis, pour finir, Frédéric, vous souhaitiez nous signaler l'interview d'un pianiste dans Télérama... Il s'appelle Piotr Anderszewski... Et ce qu'il dit sur la musique est magnifique... Il raconte sa détestation des concours de piano... Il raconte sa désolation quand ses mains ne répondent pas... Et surtout, il dit son amour de la magie des musiciens... Sur Beethoven, il est critique : "Quand vous interprétez Beethoven, dit-il, il vous pompe complètement avec son ego surdimensionné... En revanche, sur Mozart... (extrait) Sur Mozart, voilà ce qu'il dit: "Mozart vous donne quelque chose de précieux et d'impalpable... le privilège d'être en vie" !" Je vous avais dit, c'est magnifique.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.