Faire-part de deuil en rafale , les morts de la rue dans la Croix, Joe Cox en Grande bretagne Histoire d'une photo qui a fait sa vie toute seule Sexe et musique pour le plaisir

La revue de presse, bonjour Hélène Jouan

La semaine se termine, avec une fois encore ce matin, des faire-part de deuil à la Une de la presse

Dans la Croix : Pascal, Cécile, Francesca, 2 mois et demie, Olaf, Radu et même un André Breton…Morts à Marseille, Fécamp, Toulouse ou Paris…497 noms égrenés, 497 morts dans la rue en France depuis janvier 2015. La Croix s’associe ce matin au collectif les Morts de la rue pour leur rendre hommage en les citant un à un, en leur redonnant à chacun une identité, pour « rappeler que dans une société d’abondance écrit Dominique Greiner, des gens meurent dans le dénuement et la solitude, pour manifester aussi que la mémoire demeure un levier puissant contre l’indifférence mondialisée »

Et puis faire part de deuil évidemment à la Une de la presse britannique ce matin

Avec pour chaque quotidien, la photo d’une jeune femme souriante, Jo Cox, 41 ans, parlementaire travailliste, engagée dans la campagne contre le Brexit, assassinée hier en pleine rue.

A la Une du Times, les mots de son mari : « Jo croyait en un monde meilleur et s’est battue pour cela chaque jour de sa vie. Elle aurait voulu deux choses par-dessus tout: que nos enfants soient baignés dans l'amour et que l'on s'unisse tous pour se battre contre la haine qui l'a tuée. La haine n'a pas de croyance, de race ou de religion, elle est toxique»

« My JO » titre the Sun, qui explique qu’elle a reçu 7 coups de couteau, 3 balles avant de succomber mais qui 3 fois à sa Une, précise que son assassin est un homme « isolé » : « loner » insiste le tabloid…Isolé, comme pour bien signifier avant même que l’enquête ait rendu ses conclusions, qu’on ne saurait lier ce meurtre à la campagne en cours, celle sur le Brexit…

Car même sous le choc, la presse britannique continue de faire campagne.

Et pour bien comprendre, les dessous de cette campagne référendaire britannique, suspendue hier donc, je vous conseille la lecture de deux dossiers. Celui de Courrier International, établi bien sûr avant le drame. 20 pages pour mesurer comment la presse britannique travaille l’opinion en faveur du maintien, et plus massivement en faveur de la sortie de la Grande Bretagne de l’Europe. Les très puissants Sun, Daily Express, Daily Mail, Spectatorne reculant devant aucune caricature, aucun faux argument non plus, notamment celui de l’immigration pour appeler au Brexit…Et puis dans Marianne, exposé des fractures du peuple britannique sur cette question européenne, sous le titre « ils sont fous ces anglais ». « Le poison eurosceptique s’est insinué partout dans la société britannique raconte la correspondante à Londres de Marianne, Agnès Catherine Poirier ; les haines se sont révélées au grand jour, le peuple contre l’élite, la province contre Londres, les vieux contre les jeunes, les classes modestes contre les classes aisées, les travaillistes contre les travaillistes et les conservateurs contre les conservateurs »

Alors le meurtre de Joe Cox changera-t-il le cours de cette campagne qui jusque là donnait un avantage au Brexit ? let’s see…le vote a lieu jeudi prochain

En attendant de quitter, peut-être l’europe, les anglais quittent Lille, et la Voix du Nord pousse un Ouf de soulagement. « Après 3 jours étouffants, avec la présence de dizaines de milliers de supporters anglais, gallois, russes et slovaques, et un dispositif policier sans précédent, Lille va enfin respirer, les bars et restaurants rouvrir se félicite Benjamin Duthoit. Prochain match à villeneuve d’ascq ce dimanche France Suisse. Encore beaucoup de monde ne vue. Mais pas dans le même climat »

Question climat justement…on s’interroge sur celui qui prévaut en ce moment même entre Philippe Martinez et Myriam El Khomri

La ministre du travail et le leader de la CGT sont ensemble depuis maintenant…35..minutes. Le dessinateur Chaunu dans Ouest France a imaginé le tête à tête : On y voit Myriam El Khomri lancer « trouvons un terrain d’entente », à un Philippe Martinez fumasse de l’autre côté de la table, une table sur laquelle gisent batte de base-ball, bris de glace et pavé…en attendant de voir ce qui sort politiquement de ce rendez-vous, le making of de l’afp, le blog des coulisses de l’agence, nous raconte ce matin l’histoire d’une photo.

Cette photo noir et blanc vous l’avez forcément vue : Philippe Martinez en gros plan, pointant vers l’objectif un doigt accusateur. Elle a fait la Une du Figaro le 25 mai dernier pour illustrer « L’homme qui voulait mettre la France à genoux », le site Arrêt sur image nous rappelle qu’elle a également été utilisée par la Croix, L’Obs, plusieurs télés et même la presse italienne à chaque fois pour insister sur le côté inquiétant de l’homme qui « bloque » la France. Son auteur Joel Saget en convient « une image peut raconter plein de choses, en fonction du contexte on peut lui faire porter un message ou un autre », mais il nous raconte dans quel contexte justement a été pris ce cliché. C’était il y a un an, rendez vous dans le bureau de Philippe Martinez pour une série de portraits, « pour mettre le leader génétiste à l’aise, nous discutons de plusieurs sujets, jusqu’à évoquer le cinéma italien qu’il affectionne particulièrement, et puis un moment, pour avoir une dose de naturel, de spontané, je lui demande s’il y a un geste caractéristique de lui. Il me raconte qu’il a l’habitude de pointer le doigt droit devant lui quand il s’exprime en public. Il joint le geste à la parole, tout en prenant un air ombrageux peut être en référence au cinéma italien des années 60 dont nous venons de parler ». Voilà l’histoire de la photo ; « une photo vit sa vie toute seule » dit Joel Saget. Celle là aura connu une sacrée fortune…

On finit par quelques bonnes nouvelles?

Oui « ça va mieux »…François Hollande n’est plus le seul à le dire, l’Insee en atteste, la courbe du chômage va enfin s’inverser. C’est « une bonne nouvelle » pour les Echos, le Figaro éco prudent, parle « d’un léger regain de croissance », mais poursuit :« les français vont peut être commencer à sentir un début d’amélioration dans leur vie quotidienne après des années de disette et d’effort ».pourquoi se priver d’une bonne nouvelle aussi timide soit elle ?

Un « spécial sexe » à la Une de M, le magazine du Monde, avec photo de Rocco Siffredi , « une si longue histoire » titre le magazine, en cachant à nos yeux prudes la raison de cette « longue histoire ». -En fait c’est le récit de la vie de cette star du porno par Philippe Ridet qui est à soi seul une bonne nouvelle pour notre plaisir de lecture du week end. « Les boulangers font du pain, les menuisiers des copeaux, Rocco siffredi fait du sexe » raconte Ridet. Mais vous verrez ce n’est pas si marrant cette vie là ! D’ailleurs le réalisateur Thierrry Demaizière qui lui consacre un film qui sort le 30 novembre en témoigne « Siffredi, c’est le Mike Tyson du porno, il y a chez lui une souffrance incroyable, nous avons tellement tourné de séquences où il pleure qu’il a fallu les couper au montage » !

Et puis histoire de se réjouir encore et d’être raccord avec vos invités, écoutez cela

SON HARDY

C’est ?

Françoise Hardy qui chante True Love Ways de Buddy Holly ! A retrouver sur un disque concocté par Dominique Blanc Francard , « It’s a teenager dream » qui vient de sortir. Chouette portrait de DBF comme on l’appelle dans le milieu, à lire dans l’Humanité, « l’as des studios d’enregistrement » s’est fait plaisir en revisitant avec 15 chansons, 15 interprètes les tubes des sixties. « Album hommage à nos rêves, aux émotions de nos 15 ans raconte t il » Album de rêves et d’émotion, juste ce qu’il nous fallait pour clôre cette funeste semaine

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.