Ils sont attendus... "La guerre des trois aura-t-elle lieu ?"... Le titre de L'Humanité donne le ton... Ce soir, les trois prétendants à la candidature socialiste pour la Présidentielle sont en débat à la télé... Enfin, débat, c'est vite dit... Bruno Théveny, dans Le Journal de la Haute-Marne, s'interroge sur "les éléphants et la panthère rose devant leur pupitre"... "Aucun participant ne pouvant interpeller les deux autres, à quoi bon alors ?... A vouloir être sobre, on risque de devenir insipide... Un vrai débat se doit d'être contradictoire"... "Au moins, avec cette formule un rien corsetée, argumente Dominique Valès dans La Montagne, les socialistes se donnent les moyens d'éviter la foire d'empoigne, vers laquelle, si elle n'y met pas bon ordre, se dirige la majorité... Toute innovation comporte des risques, et le principal de ces 6 débats, c'est sans doute l'ennui", concède l'éditorialiste... "Lorsqu'on fixe un cadre si rigide à un échange politique par crainte de la puissance des joutes oratoires et de la force de la contradiction argumentée, on prend le risque de décevoir"... C'est l'opinion d'Hervé Chabaud dans L'Union, qui poursuit : "Si l'on veut que les gens s'intéressent un peu mieux à la politique, encore faut-il leur parler des obstacles qui les usent, des handicaps de leur quotidien, et être en capacité de leur rendre de l'espérance... Les Français veulent du fond, du solide, du possible surtout"... Alors, pour le fond, on verra demain... Pour la forme, tous vos journaux vous donnent le plan de salle... Le plateau, les trois pupitres... Comme tout a été négocié, le seul suspense, c'est : quel candidat occupera la place tant convoitée du milieu ?... Et Le Figaro d'ironiser : "Ce sont les préparatifs des débats qui auraient dû être diffusés"... Bon, certains veulent tout de même y croire, au suspense... Jean-Pierre Elkabbach, le président de la chaîne Public Sénat, n'exclut pas les surprises... Il le dit au Parisien-Aujourd'hui en France, histoire de faire monter l'intérêt... Et c'est vrai, le journal rappelle qu'il y a les aléas du direct... Souvenez-vous... Le 27 octobre 85... Jacques Chirac qui traite Laurent Fabius de "roquet"... Le 17 mai 2004... Ségolène Royal qui sèche désespérément sur le montant des dépenses de l'assurance-maladie, face à Philippe Douste-Blazy... Le 18 février 2005... Dominique Strauss-Kahn qui attaque Hervé Gaymard sur le loyer de son fameux appartement, mais qui en ressort avec une image d'agressivité et d'arrogance à l'égard d'un adversaire déjà très affaibli... C'est sans doute pour cela que les trois candidats révisent leurs fiches, constate Le Monde... des fiches par dizaines... Les états-majors des trois candidats ont mobilisé leurs réseaux d'experts... Chacun a appris par coeur le projet du PS, qui sert de base commune, mais à partir duquel ils devront se distinguer... Bref, la tension est de mise... Il faut dire que c'est toujours dangereux, un débat, explique Jean-Michel Thénard dans Libération... "Le débat est dangereux, mais sans lui il n'est pas de démocratie... Alors le PS a tout à gagner à convaincre qu'il ne le craint pas"... Libération qui a invité des chômeurs, des salariés, des patrons et autres responsables associatifs, à poser leurs questions aux candidats PS... Le sujet de l'oral du jour, c'est l'économie et le social... Et pas de surprise : la première question, c'est sur l'emploi... "On entend dire que le chômage baisse, mais autour de moi, constate un demandeur d'emploi de 26 ans, les gens ne trouvent toujours pas de travail... Alors comment comptez-vous relancer l'économie ?"... En attendant la réponse... Question... Réponse... Espoir... Avec un journal pas comme les autres, ce matin... Il s'appelle Résistances... C'est le journal gratuit édité par ATD-Quart-Monde une fois par an, le 17 octobre... Le journal de la Journée mondiale du refus de la misère... un gratuit que vous trouverez durant quelques jours dans les bureaux de Poste ou les gares... Et rien de lugubre dans Résistances... Au contraire : des lumières pour avancer sur le chemin de la lutte contre l'exclusion... Avec des exemples... Jérôme a connu la faim, les logements insalubres... Aujourd'hui, il soutient des familles pour leur permettre d'accéder à un logement... Joël a fait sa carrière d'enseignant dans des écoles réputées difficiles... Il invente une manière d'enseigner qui s'appuie sur l'entraide entre les enfants... Marjorie est élue municipale... Elle entraîne toute sa commune à accepter l'arrivée de familles sans logement, et à faire en sorte qu'elles soient accueillies et intégrées... Reste que... Et sinon il n'y aurait pas cette Journée du 17 octobre... "Exclusion : un constat alarmant"... C'est la Une des Dernières Nouvelles d'Alsace, ce matin, qui explique... "Plusieurs associations françaises dénoncent l'aggravation des conditions de vie des plus démunis en matière de santé, de logement et d'emploi... des associations qui réclament un véritable engagement politique"... "Contre la misère : solidarité et fraternité"... Ce sont les solutions de Ouest-France... Jeanne-Emmanuelle Hutin, dans son éditorial, reprend la déclaration du président du Comité du Prix Nobel... "Une paix durable ne peut être obtenue sans qu'une partie importante de la population trouve les moyens de sortir de la pauvreté"... "Alors, qu'attendons-nous ?", demande l'éditorialiste... Qu'attendons-nous pour travailler à la paix, ici, en luttant contre la misère dès aujourd'hui ?"... Les pays riches face à l'exclusion... Et l'Allemagne qui découvre ses nouveaux pauvres... "Pauvre Allemagne", titre le Sueddeutsche Zeitung... "Oui, il y a de la pauvreté en Allemagne... Une étude le confirme"... Et le quotidien poursuit... "6,5 millions d'Allemands font partie de cette nouvelle sous-société"... Sous-société... nouvelle pauvreté... "La coalition gouvernementale divisée", constate le Franffurter Allgemeine Zeitung... Et Die Welt confirme... "La CDU ne veut pas de nouvelles aides sociales... Le SPD réfute le lien entre cette nouvelle pauvreté et ses réformes sociales"... Et devant cette étude, qui déclenche un violent débat en Allemagne, le journal s'interroge... "Qui fait partie de cette sous-société allemande ?... Que faire pour aider ces hommes ?"... Die Welt qui a interrogé des sociologues... Pour eux, c'est le système scolaire qui est en cause... En France, où les nouveaux pauvres ne sont plus si nouveaux que ça... c'est la santé qui est pointée du doigt par beaucoup de vos journaux ce matin... "L'accès aux soins recule fortement"... C'est une phrase de Médecins du Monde, en Une de L'Humanité... Parce que "les médecins ont été testés", explique L'Union... Et Libération constate : "Les généralistes rechignent face à la CMU"... Pour le journal, c'est "l'inaccessible santé des exclus"... Libération qui reprend également l'analyse de Médecins du Monde, pour qui ce recul de l'accès aux soins est dû essentiellement à l'application des différentes mesures votées ces dernières années pour limiter le nombre de bénéficiaires de la CMU et de l'aide médicale d'Etat... Médecins du Monde qui dénonce : "Le gouvernement a réussi ce qu'il voulait... Ses réformes visaient à rendre plus difficile l'accès aux soins des plus démunis... Et c'est aujourd'hui bien le cas"... Des attentes dans le domaine économique et social... Et en matière d'éducation, là aussi, il va falloir des idées neuves... Pour preuve : deux rapports, dans Le Figaro... "Les deux audits qui dérangent", titre le quotidien... Des rapports commandés par Bercy... le ministère des Finances donc... où l'on apprend que le coût des collégiens a augmenté de 33% en 15 ans... et celui des lycéens, de 50%... Il y a moins d'élèves et toujours plus de profs... La raison principale, c'est que le mammouth s'est fait déborder par les parents... Le Figaro qui reprend les conclusions des auteurs de ces études... pour qui le système éducatif n'arrive pas à faire face au consumérisme des parents d'élèves... des parents qui exigent toujours plus d'options, des classes de plus en plus petites, et un suivi personnalisé de leurs enfants... Pour les rapporteurs, on peut faire mieux en faisant différemment... Ils pointent l'inefficacité du redoublement... Ils dénoncent les emplois du temps excessivement chargés : jusqu'à 45 heures par semaine au lycée... "C'est tout le système qu'il faut changer en profondeur, analyse Yves Thréard dans son éditorial du Figaro... Beaucoup d'observateurs en conviennent depuis longtemps... Mais la mission paraît impossible, tant qu'une révolution des mentalités n'aura pas eu lieu dans notre pays"... L'éditorialiste qui constate que "naguère mondialement réputée pour son excellence, l'Education nationale dérive peu à peu... Pourtant le niveau d'éducation est considéré aujourd'hui par tous les pays comme l'un des principaux accélérateurs de croissance... Il en va donc de notre avenir"... L'éducation... Ce n'est plus ce que c'était... Figurez-vous que les garçons ne savent même plus faire un noeud de cravate... C'est dans Le Monde... Pour nouer leur cravate, les hommes vont sur Internet... Parce que, explique le journal, traditionnellement, c'est le père qui, vers l'adolescence, l'enseignait à son fils... Passer la cravate autour du cou, croiser à bonne hauteur, glisser le pan le plus large derrière le plus fin, passer devant puis derrière et enfin, par le dessus, ajuster... Mais, apparemment, les traditions se perdent... Beaucoup de jeunes hommes n'ont jamais appris à faire un noeud... Ou ont oublié, faute de pratique.... Et désormais, le matin d'un entretien d'embauche, ou de leur propre mariage, les hommes ont tendance, pour réussir leur noeud de cravate, à se tourner vers Internet... Internet, où la plupart des sites présentent les réalisations les plus classiques : noeuds simple, double, Windsor ou papillon... Ce sont le plus souvent des dessins qui accompagnent les explications... On ne trouve aucun petit film qui faciliterait l'apprentissage, regrette Le Monde... Le vif succès remporté par ces pages provoque l'étonnement des concepteurs... Tout se passe comme si les internautes devaient, dans l'urgence, apprendre à utiliser un accessoire jusqu'alors inconnu... L'examen des périodes de l'année auxquelles ces sites sont fréquentés est significatif... Les week-ends d'été, les mariages dopent les connexions, tout comme les fêtes de fin d'année... un site qui, habituellement, accueille 150 visiteurs par jour, a enregistré un pic de 5.000 connexions le 24 décembre, vers 18 heures.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.