8H30 l’heure de la revue de presse, bonjour Hélène Jouan

Avec pour thématique ce matin, les grands hommes…

« Champions, héros, grands hommes », la presse en voit partout ce matin, comme si elle était avide de clore cette funeste année 2015 avec une note enfin positive

Un Label décerné quasiment exclusivement au masculin. La preuve, le Point fait cette semaine sa manchette sur les « nouveaux champions de la droite », et c’est vous Valérie Pécresse qui êtes en photo…mais « championne », allez savoir pourquoi, ça ne doit pas faire « genre » …

Autre « champion » labellisé également par le Point, votre collègue des Républicains Xavier Bertrand : sa photo de « fraternisation » hier avec François Hollande dans le Pas-de-calais est à retrouver partout… et chacun de s’interroger, des Echos au Figaro sur « ce conte de Noël » nous dit Cécile Cornudet, que certains sont en train de nous raconter autour d’une éventuellement reconfiguration du paysage politique…Plus drôle que cette photo, le dessin de Willem dans Libération. On y voit François Hollande emmener à la noce un Xavier Bertrand déguisé en épousée. Et le président de lui susurrer à l’oreille : « ta famille n’est pas venue ? »…derrière eux, Nicolas Sarkozy s’arrache les cheveux !

Mais au rayon des Grands hommes politiques, la palme ce matin revient à..Laurent Fabius consacré « Marathon Man » par Paris Match, Laurent Fabius pour le rôle décisif qu’il a joué dans la négociation sur le climat. A 69 ans nous dit François de Labarre, celui qui fut le plus jeune premier ministre de France et qui a renoncé à la course à l’élysée, est devenu pour le monde entier « Mister president », un héros de la planète…Paris Match nous raconte les coulisses des dernières 24 heures de négociations, les plus tendues forcément, la task force réunie autour du ministre, plus personne ne dort, on carbure au café et à la pizza froide, courte pause de 3 heures pour Laurent Fabius qui remet sa cravate et repart au pas de course faire le tour d’une réunion à l’autre, délivre au sherpa de François Hollande les derniers éléments de langage à l’attention des chefs d’état récalcitrants « ils seront les seuls et auront le monde contre eux » lui conseille t il de les menacer, mettant au dernier moment un verbe au conditionnel plutôt qu’au futur pour rendre le compromis acceptable. Et c’est le coup de marteau final : « Malgré la fatigue et la pression, Laurent Fabius joue finement, raconte le journaliste. Après avoir endormi une assemblée épuisée par des déclarations techniques, il lance discrètement, « je ne vois pas d’objection dans la salle » les interprètes ont à peine le temps de traduire, « je déclare l’accord de paris pour le climat adopté », coup de marteau donc. Seul le nicaraguayen est furieux. Trop tard »

Un autre Français à l’honneur Hélène, dans le secteur économique cette fois

Carlos Ghosn, patron de Renault Nissan fait la Une du magazine Week end des Echos ce matin, sous le titre L’intouchable, le magazine raconte le parcours de celui qui vient de gagner son bras de fer contre l’étoile montante du gouvernement, Emmanuel Macron …Long portrait également dans Vanity Fair, qui l’a placé sur la première marche des 50 français les plus influents. Olivier Bouchara a suivi ce grand patron, qui a la particularité d’être le seul à diriger simultanément deux multinationales dont les sièges sont à 10 000 km l’un de l’autre. Allers/retours permanents donc, toujours d’ouest en est pour tenter d’éviter le jet-lag, agenda au cordeau, personnalité froide et minutieuse, mais visionnaire. Carlos Ghosn est convaincu que ses enfants et petits-enfants rouleront en voiture électrique ou autonome d’ici 2030. Ca tombe bien, il en a fait les deux axes de développement de Renault…Parcours d’un homme qui avant de se partager entre deux entreprises, a vécu entre plusieurs langues et plusieurs cultures. Française, brésilienne, libanaise…peut-être la clef de sa réussite au Japon, où il a su respecter l’identité de Nissan. Carlos Ghosn en pilotage automatique quand on l’interroge sur sa succession « ce n’est pas à l’ordre du jour mon contrat court jusqu’en 2018 », puis en pilotage manuel pour laisser entendre qu’il faudra peut-être 2 patrons, l’un pour Nissan, l’autre pour Renault pour le remplacer…C’est la marque des grands hommes : se croire irremplaçables

Des anonymes également célébrés ce matin dans la presse Hélène

Le magazine du Monde, M, leur consacre un numéro entier « Tant qu’il y aura des héros », sa rédactrice en chef Marie Pierre Lannelongue s’excuse presque pour cet opus « qui dégouline de bons sentiments et qui n’offre qu’une vision partielle d’une réalité plus noire reconnait-elle. Certes, mais nous assumons » Car après les attentats de janvier puis du 13 novembre, après les résultats des régionales, nous n’avons plus vu, qu’une raison d’espérer dit-elle, les gens ». Portraits en série donc de ces « gens » ordinaires qui se sont comportés en « héros », tel Lassana Bathily, cet employé malien de l’Hypercacher de la porte de Vincennes qui voit son destin basculer à 13h ce 8 janvier, quand le terroriste Amedy Coulibaly fait irruption, Bathily met à l’abri les clients descendus se réfugier, s’échappe et aide le Raid à comprendre la configuration des lieux avant l’assaut. Bathily, aujourd’hui encombré par son nouveau statut de héros et sa notoriété, mais qui espère bien en profiter pour faire de « grandes choses dans sa vie ». Tels aussi ceux qui se mobilisent tous les jours pour donner un peu d’humanité à la jungle de Calais, tel encore Abdellah Boudour, que vous avez rencontré Valérie Pécresse, qui a eu l’idée d’organiser une dictée géante sur la dalle d’Argenteuil, froide et délaissée par tous. Battle de participes passés et de subjonctif au succès fulgurant, « on y voit des enfants et des ados le Bic en l’air espérer le zéro faute, on y croise même des mamies bien mises, des grands pères à casquettes et des femmes voilées qui s’y amusent tout autant »

La Croix rend également hommage ce matin, à tous ces bénévoles dans les associations qui fourmillent de bonnes idées, parfois reprises par les pouvoirs publics. Le rmi, le service civique, la couverture maladie universelle, le droit opposable au logement sont nés dans ces associations ; l’expérimentation « 0 chômeur de longue durée » votée au début du mois, est une idée d’ATD Quart Monde. Et demain, c’est peut-être le dispositif expérimental mis en place par le collectif Alerte pour résoudre le problème des surendettés qui servira de base à une future loi…

Mais il ne saurait y avoir de Grands hommes sans anti-héros !

Et quelques-uns sont pointés du doigt ce main: Les perdants, les mauvais perdants des régionales, brocardés dans le Parisien par exemple sous le titre « flashé par la patrouille »: votre adversaire malheureux Claude Bartolone, sitôt élu, sitôt parti…mais il n’est pas le seul, à droite Eric Woerth a lui aussi jeté l’éponge

Christiane Lagarde, la patronne du FMI, pas encore anti-héroïne, mais qui se « prend les pieds dans le Tapie » ironise Bruno Dive dans Sud ouest. Christine Lagarde en effet renvoyée en procès pour son rôle dans l’arbitrage controversé qui avait accordé plus de 400 millions d’euros à Bernard Tapie. Recours en cassation et soutien pour l’instant du conseil d’administration du Fmi et du ministre des finances français Michel Sapin

Mais en fait le vrai looser du jour, c’est le « Special One » devenu le « Sacked One » pour la presse britannique, autrement dit le « viré », j’ai nommé José Mourinho, l’entraineur de Chelsea qui s’est pris une « Claque » hier comme dit l’Equipe en étant limogé de son club pour cause de mauvais résultats persistants. Destin à méditer. Slate a remis en ligne un article qui lui avait été consacré en avril 2014, où Mourinho était sacré « Prince des entraineurs » s’inspirant rien des préceptes du « Prince » de Machiavel. Rien de moins !

Grandeur et décadence des héros…allez, pour ce matin, on retiendra ce qui nous fait du bien, les héros avant leur chute !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.