Et la compétition ne s'arrête pas à la coupe que vous brandissez, il faut aussi la lumière le lendemain et à regarder la presse, il y avait match... Les bleues sont à la une de l'est républicain, des DNA, de la dépêche, à la demi-une du Parisien/Aujourd'hui en France...

Mais dans Ouest France, elles sont éclipsées par un garçon revenu de l'océan, François Gabart nouveau recordman du tour du monde en solitaire, qui domine aussi les handballeuses dans le Télégramme... Forcément la Bretagne... Mais à la une du Dauphiné, ce sont Justine Braisaz et Martin Fourcade, vainqueurs en coupe du monde de biathlon qui sourient en vainqueur, forcément les Alpes!

Dis-moi qui j'ose aimer en premier se demandent les journaux qui chacun défendent une culture... Il faut célébrer le made in France répond le Parisien qui force le trait d'un week-end de victoires...

Mais la preuve revient à la Bible, donc l'Equipe,  qui donne sa Une aux handballeuses... avec ce titre malin... la deuxième étoile...  hommage au 2e titre du hand féminin après 2003, et rappel que nos handballeurs garçons sont aussi champions du monde cette année... 

Il est intéressant de lire l'équipe...  où les pages intérieures corrigent la Une... Le football se taille la part du Lyon qui bat Marseille, et Gabart le marin attire plus de louanges, "il a rétréci le monde", "tout ce que touche ce garçon, il le transforme en quelque chose d'exceptionnel". En on lit ceci sur les handballeuses, qui obtiennent des applaudissements génériques, "le sacre des battantes", "on leur a marché dessus, on avait notre plan de jeu", "c'est le groupe qui fait la différence"... Les handballeuses sont une force collective quand Gabart est un héros. On célèbre quand même Allison Pineau, opérée d'une cheville avant l'été et pourtant revenue, "Allison, c'est Rocky balboa", dit un dirigeant du hand français. UN boxeur de fiction? On soupçonne, c'est l'air du temps, des réflexes de genre... Ainsi... On entend, plus que ses joueuses, l'entraineur des bleues Olivier Krumbholz, belle figure d'éducateur, mais tout de même, voilà donc le grand homme devant les grandes dames. 

Et on ne sait pas quoi faire de ce titre dans la Dépêche, les Bleues Miss Monde... 

Et justement,  la voix du Nord fait sa Une sur Miss France

Et pas seulement c'est un supplément de douze pages  que la Voix du Nord consacré à Maeva Couque, fausse rousse, elle le dit, et vraie championne, Maeva fierté du village de Ferques et du hameau d'Elinghen, "Pour une fois qu’on parle un peu de notre village, c’est tant mieux" , sourit Hélène à la boulangerie le paradis sucré...  Et se dessine une identité régionale, l'ex Nord Pas de Calais rafle son troisième titre de miss en quatre ans et c'est la force d'un monde qui s'organise dans "des soirées pizza-miss France comme pour une finale de coupe de foot", et qui vote pour garder le titre...

"Nous sommes 320.000, ils sont quatre millions dans le Nord pas de Calais"... Lamento arithmétique dans Corse Matin, de Eva Colas, Miss corse et première dauphine de Maeva couque, quand dans le courrier Picard, on se désole de l'injustice faite à Miss Picardie, Paoulina Prylutska... La France est une addition de rivalités blessées...

Et la querelle des miss, quand on lit les journaux, entre en résonnance avec les crises sociales qu'elle voudrait consoler...  

Corse matin fait son dossier de Une sur la pauvreté sur l'ile, et raconte cette maman qui arrache son gamin en pleur d'un manège forain qu'elle ne peut pas payer... et dans le courrier Picard on voir d'autres femmes à moitié nues, pas en maillot de bain glamour mais en sous-vêtements, elles sont belles dans la pudeur d'un vestiaire sportif, ce sont des joueuses d'un petit club de rugby qui posent pour un vendu 5 euros à Clermont, Amiens et Beauvais... pour financer les déplacements dans des tournois onéreux... Jouer en Belgique, c'est 900 euros, tiens  en gros le prix d'un week-end dans un gite à Chambord... 

J'ai pensé à ces joueuses de rugby vaillantes et sans le sou, en lisant dans le New York Times comment Mohamed Ben Salman, prince héritier saoudien qui fait mine de libérer ses femmes, a acheté un château à Louveciennes, chez nous, le château Louis XIV, pour 300 millions de dollars, mais pas seulement ce château, un yacht à 500 millions de dollars, et le "Salvator mundi" de Leonard de Vinci, la toile plus chère de tous les temps à 450 millions d'euros, et tout cela à l'abri de sociétés écrans. Cela fait beaucoup de calendriers de charme pour un seul homme... 

Un journal fait son entrée dans le monde ce matin

Le désormais "nouveau magazine littéraire", confié par Claude Perdriel à l'essayiste Raphael Glucksmann, aux grandes ambitions, puisqu'il s'agit de réarmer la gauche... 

Et tout ceci ne vient pas au hasard, quand les gauches doutent alors que leurs adversaires s'affirment... Les Echos et l'Opinion racontent la volonté d'Emmanuel Macron de réorganiser le CAC 40 et privatiser... Le centre libéral gouverne.... Le Figaro fait sa Une sur la traque aux islamistes radicaux dans nos régions, une droite de papier mène ses combats, mais dans la presse de gauche, l'Humanité et Libération, on s'inquiète et on se désole, du nouveau gouvernement autrichien ou du sort fait aux migrants qui franchissent les Alpes.

Le Magazine littéraire prétend  dépasser la tristesse et affirme que les idées changent le monde, il célèbre les utopies, il y en a à lire... Et c'est aussi poétique... Le philosophe slovène Slavoj Zizek l'affirme, la transformation sociale radicale viendra "comme un voleur dans la nuit",  "quand les gens diront quelle paix, quelle tranquillité, ils ne pourront y échapper"...

C'est du Saint Paul, première lettre aux Thessaloniciens, cité par un philosophe marxiste dans un journal de gauche, qui nait aujourd'hui.  

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.