Ce que Star Wars nous fait, l'Express, l'Est républicain, l'Union. Des sodats choisissent le côté obscur et deviennent djihadistes, le Figaro. La saga Kundera dans le Monde. Des géants d'internet accusés d'avoir exploité des enfants au Congo, les Echos. Le gendarme qui n'a pas vu la grotte Chauvet, le Dauphiné.

On parle d'un père et de sa fille...

Qui ensemble émerveillés contemplent le ciel , la fille s'appelle Léopoldine et son papa Victor Hugo et comme il est Victor Hugo, il en fait un poème

Oh, si tous deux, âmes fidèles,   Si nous pouvions franchir ces solitudes mornes ;   Si nous pouvions atteindre au fond des cieux sans bornes,   Et, forçant l’ombre où Dieu seul entre,   Aller voir de près dans leur antre   Ces énormités de la nuit ;   Ce qui t'apparaîtrait te ferait trembler, ange !

Il est dans le Un, ce poème, dans un numéro de vertige consacré à notre vieille fascination pour  l'espace, quand nos fusées décollent et nos télescopes, cherchent l'origine du monde, l'explosion initiale, il y a 13,8 milliards d'années dans un univers en expansion, nous rapetissons chaque jour dans l'existant, petits bonhommes d'une petite planète d'un système solaire d'une galaxie parmi 200 milliards de galaxies et à perte d'imagination de la matière noire, de l'énergie noire dont nous ne savons rien, il n'est pas de science sans métaphysique, me dit l'astrophysicien et écrivain Trinh Xuan Thuan, découvreur d'une galaxie lui-même et qui pense qu'un principe créateur a fixé les règles d'un univers de beauté et d'harmonie... Croyons nous, quand nous allons là-haut en réalité c'est pour mieux nous comprendre...

Je repose le Un en ce jour où un fantasme d'espace devenu cinéma nous visite une dernière fois, l'ultime épisode de la Guerre des étoiles sort ce matin, n'en dévoilons rien mais contemplons ce que nous fait cette saga devenue une religion un culte, parfois un intégrisme. L'Express raconte le désarroi de Georges Lucas volé de son oeuvre quand, il subit un procès en hérésie d'un animateur de télévision. "Le sénateur Organa emmène Leia sur Aldorande et Dark Sidious ne sent pas une perturbation dans la Force!"...

A Chalons en Champagne dès 9 heures Pierre Paget me dit l'Union fera la queue pour voir le film, avec son petit-fils qui s'appelle Anakin, comme l'enfant devenu Darth Vador: le papy d'Anakin kiffe le coté obscur de la force alors que dans la vraie, vie, mon dieu, il est abbé, aumonier  des hôpitaux et ancien militaire qui a bien baroudé pour nous.

A Belfort me dit l'Est républicain Star wars sera montré en 4DX, un cinéma où vous serez secoués, sentirez le brulé et serez même aspergé sau rythme du film. Il est bien sophistiqué le cinoche désormais mais pas seulement....

Libération, nous parle d'un film fait de rien et de miracle, l'histoire de quatre vieux bonhommes, quatre réalisateurs retraités qui décident de faire revivre le cinéma au Soudan ravagé par une dictature islamiste, ils réparent un théâtre abandonné, ils y projettent au soleil un Tarantino, leur histoire filmée par un de leurs cadets, "Talking about trees,"  a été couronnée au festival de Berlin. Fragiles étoiles.

On parle aussi de soldats perdus ...

Des soldats parfois de l'élite de nos armées françaises, légionnaires commandos parachutistes, qui sont devenus djihadistes, en Afghanistan, en Bosnie, chez Daesh , ils seraient 23 ancien soldats, à avoir choisi le côté obscur me dit le Figaro. C'est toujours l'histoire d'un passage...

La presse ce matin m'en raconte, des aventures humaines dans des mondes inconnus.

Le Monde poursuit la saga d'un écrivain aventurier de nos libertés, Milan Kundera qui dans l'épisode de ce jour, en 1975, fuyant la Tchécoslovaquie où les services secrets l'espionnent, vient vivre chez nous à Rennes où il donne des cours de littérature générale à des étudiants gauchistes, puis à Belle-Ile-en-mer, en maillot de bain, écrit pour rendre le sourire à sa femme Vera "le Livre du rire et de l'oubli."

Le New York Times raconte, c'est bien moins poétique, l'entrée dans la haine d'une jeune chinoise qui accusa un milliardaire, tycoon d'internet, de l'avoir violée dans une soirée arrosée à Minneapolis où elle étudiait... Elle est devenue la proie des réseaux sociaux de Chine, 800 millions de juges connectés, et dans un monde et une langue que nous ne connaissions pas, se faisait traiter de menteuse, de prostituée, elle n'avait jamais raconté son calvaire en Occident...

Loin de nous encore, je le lis dans les Echos, des géants d'internet sont accusé d'avoir exploité des enfants dans des mines de Cobalt en république du Congo,: pour extraire ce minerai indispensable à nos smartphones et voitures électriques, des enfants sont morts, on les payait 3 dollars par jour, au mieux, la force est-elle perturbée quand nous jouissons de nos gadgets?

Il faut revenir alors à la simple beauté venue du fonds des âges, et lire le Dauphiné éditions de l'Ardèche; cela fait 25 ans aujourd'hui qu'en explorant des grottes, trois spéléologues ont découvert des dessins sublimes de sublimes animaux, chefs d'oeuvres de la préhistoire, ainsi avons nous connu la grotte Chauvet. Le Dauphiné raconte le gendarme auxiliaire Patrick Viale qui  espérait descendre dans la grotte, mais n'en eut pas le droit, pas assez gradé, astreint à protéger la joie des officiels. Il est resté en-deçà du voyage et son coeur pince encore.

Des animaux pour finir...

Qui sont des déclinaisons de la peur. Voilà dans le Courrier de l'ouest, dans un zoo, le Bioparc de Doué en Anjou, le lion Baz qui a tué les lionnes Koningin et Amani qui se dérobaient à lui, puis s'est mis en couple avec la lionne Esma, qui elle s'est soumise... Voilà dans la Dépêche l'inquiétude de chercheurs de l'INRA qui assurent que la maladie de la vache folle peut reprendre. Voilà dans la Provence le poisson lièvre qui envahit la Méditerranée et qui tue, empoisonne ceux qui le mangent...

Il n'est pas que les poissons à distiller du poison. Dans les Echos l'excellente Cécile Cornudet qui me révèle ceci. En off, de manière trop convergente pour ne pas être coordonnée, les proches d'emmanuel macron disent beaucoup de mal de Laurent berger de la CFDT, un décroissant, un catho plus concerné par la marginalité que par l'intérêt général... Ainsi traite-t-on en ennemi celui qui ne se soumet pas.

Ce sont des petits détails qui éclairent. Le Figaro commente ainsi des propositions de la CFE-CGC prête à faire plus cotiser les cadres afin d'éviter le fameux âge-pivot... Mais cette mesure, dit le Figaro, "tuerait dans l'oeuf l'amorce d'un système par capitalisation et de fonds de pension à la française très attendus des banques et des assurances." Tiens, c'était donc ça? 

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.