Cela s'appelle "la révolte des caissières"... Et c'est la Une du Parisien-Aujourd'hui en France... La révolte des caissières... parce que, dit le journal, elles ont gagné à Marseille face au géant Carrefour, au bout de deux semaines de grève... Gagné, oh pas beaucoup : 45 centimes de plus sur le ticket-restaurant... et une revalorisation de 2 à 3 heures par semaine des contrats à temps partiel... Mais ce conflit est emblématique, dit Le Parisien... Ces caissières d'hypermarché incarnent un prolétariat féminisé, soutenu par l'opinion... et donc par les politiques... Les caissières veulent être mieux payées... mais en finir surtout avec le temps partiel SUBI, qui permet aux employeurs d'imposer des horaires très flexibles... Les caissières témoignent dans le journal... Linda, 30 ans... 30 heures par semaine... 950 euros par mois... Elle connaît tout... les horaires fractionnés... les nocturnes... les matinales... un planning qui change tous les 15 jours... "Ce métier est un piège, dit-elle... Je mange dans la salle de repos ce que j'ai acheté sur place... Je dépense donc 15% de mon salaire dans mon propre hypermarché... Et quand on a un bonus en fin d'année, ajoute Linda... c'est en bons d'achat du magasin"... Eh oui, comme quoi ces caissières sont aussi des clientes... mais des clientes forcées... Mélissa a 22 ans... "Pour aller aux toilettes, c'est l'enfer", dit-elle... Malika a 43 ans... "Pour être bien traitée, dit-elle, il faut être grande gueule ou faire de la lèche"... "Et il faut compter, ajoute Mathieu Deslandes, qui signe cette enquête dans Le Parisien, avec l'arrivée des caisses automatiques... beaucoup plus rentables pour les hypers... et qui règlent les problèmes des caissières... Puisqu'avec les robots, il n'y a plus de caissières"... L'autre face de l'économie, ce sont les créations et destructions d'emplois... Près de 300.000 emplois créés l'an dernier en France par le secteur privé... Mais 50.000 supprimés par l'industrie... Le journal Les Echos en fait sa Une ce matin, en constatant que "le gouvernement voit resurgir le spectre de la désindustrialisation"... Stéphane Leneuf nous en parlait il y a une heure... Et la question bien sûr, pour le pouvoir, c'est de savoir si on est libéral ou non... ou si on est interventionniste comme depuis Colbert... Les Echos cite le Premier ministre François Fillon, qui dit que "tous les grands pays libéraux autour de nous ont une politique d'intervention massive de l'Etat"... Mais on se souvient aussi de la remarque désabusée de François Mitterrand : "Contre le chômage, on a tout essayé"... Et dans Le Télégramme de Brest, Christine Clerc s'interroge ce matin sur l'impuissance du pouvoir, et notamment celle du Président de la République... Son édito est intitulé "Dieu, Sarkozy et le veau d'or"... "Pourquoi ce besoin de faire un coup médiatique chaque soir ?, demande Christine Clerc, sinon pour masquer l'impuissance du pouvoir... On attendait le Président sur la rupture... Il nous sort des leçons de morale à l'américaine... On attendait un retour de la croissance et une plus grande justice sociale... Mais voilà que le Président, loin d'imiter la sainte colère de Jésus chassant les marchands du temple... voilà que le Président encense le veau d'or"... "Je suis prêt à devenir Premier secrétaire du Parti Socialiste"... Ca, c'est pas moi qui le dit, c'est Julien Dray... Il l'a dit hier au rendez-vous TV5 Monde-Le Parisien... Julien Dray ne veut surtout pas la guerre... Et il dit que le meilleur service à vous rendre, Ségolène Royal, ce n'est pas forcément de vous conseiller de vous lancer dans une bataille dont il n'est pas sûr que vous sortiriez gagnante... J'imagine que vous êtes touchée par cette attention de Julien Dray, qui a été l'un de vos plus proches conseillers lors de la campagne présidentielle... C'est une histoire de drapeau... Vous verrez dans les kiosques ce matin, à la Une des journaux, plein de drapeaux rouges frappés d'un aigle noir un peu famélique... Et comme les journaux vous disent : "C'est le Kosovo indépendant depuis hier"... vous vous dites, comme moi tout à l'heure à l'antenne : "Voilà un nouveau drapeau européen : le rouge et noir du Kosovo"... La légende intérieure dans Le Figaro vous le confirme : un habitant de Mitroviça fixe sur son toit le drapeau kosovar frappé d'un aigle... Eh bien non : figurez-vous que ce drapeau-là, c'est le drapeau albanais... et que le nouveau pays balkanique a adopté un drapeau bleu et jaune, frappé d'étoiles blanches... Mais ce drapeau est très discret dans les photos de presse qui racontent la liesse hier à Pristina... Et c'est là que vous réalisez que le jour de l'indépendance, les Kosovars brandissent le drapeau d'un pays voisin, l'Albanie, puisqu'eux-mêmes sont albanophones... "Kosovo, année zéro"... C'est le titre du billet de Gilles Debernardi ce matin, dans Le Dauphiné Libéré... "Indépendant ou pas, écrit-il, le Kosovo reste une poche de misère... Son produit intérieur brut est celui du Rwanda... Son taux de chômage est de 40%... Pour s'en sortir, ce peuple qui s'éclaire à la bougie compte sur l'Europe... pour lui garantir la liberté... mais surtout l'essor économique... Autant dire, conclut Gilles Debernardi, qu'une cruelle déception guette le Kosovo... car l'Europe, comme d'habitude, n'a pas les moyens de ses ambitions"... Et on parle, ce matin, de la Communauté des Béatitudes... fondée dans l'Aveyron il y a plus de vingt ans par un mystérieux frère Ephraïm... On en parle à cause de la confession de frère Pierre-Etienne... C'est dans Le Parisien-Aujourd'hui en France... Pierre-Etienne, cet ancien prêtre catholique, a aujourd'hui 57 ans... Et il a avoué au début du mois, en garde à vue, avoir sexuellement agressé une cinquantaine d'enfants pendant une période de 15 ans... Il profitait de leur innocence le plus souvent pendant leur sommeil... Pierre-Etienne se confesse dans Le Parisien... Il dit qu'il ne porte plus l'habit depuis 2001, et qu'il a demandé à être relevé de ses voeux en 2005... "Mais, dit-il, dans la Communauté des Béatitudes, on ne m'a pas donné les moyens de m'en sortir... alors que ma hiérarchie était au courant depuis longtemps"... Cette communauté, installée à Comps-la-Grand-Ville, en Aveyron... c'est entre Rodez et Millau... est dans la mouvance du Mouvement Charismatique... Elle est résolument catholique, mais s'inspire aussi des achrams hindous, des rituels juifs, de l'évangélisme américain, et pratique beaucoup une forme de psycho-spiritualité... Disons qu'on est entre New Age et Ancien Testament... Jean-Marc Ducos, qui a recueilli l'interview de Pierre-Etienne, l'interroge sur le silence de la communauté... "J'appartiens à l'équipe fondatrice, explique Pierre-Etienne... J'étais un proche de frère Ephraïm... Je suis devenu le responsable de la liturgie... Il m'est arrivé de faire chanter 25.000 personnes à Lourdes... Je faisais donc partie de la vitrine des Béatitudes"... D'ailleurs, le fameux frère Ephraïm, fondateur de cette communauté, a écrit récemment à ses ouailles pour leur dire son peu de foi dans la justice des hommes... Et dans ce courrier, il cite la Bible : "Lorsque vous avez un différend entre vous... comment osez-vous le faire juger par des païens... et non par des saints ?"... Pierre-Etienne, lui, conclut son propos en disant : "Je reconnais les faits, et je demande pardon"...

Patrick BOYER

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.