.

Connaissez vous FaceApp?   

Une application qui en gros, vous permet de vous voir vieux.  Vous y glissez l'une de vos photos.  Vous attendez un tout tout petit peu.  Et vous voilà apparaître à l'écran.  Avec des rides.  Avec des cheveux blancs.  Visages vieillis prématurément.  Instagram. Twitter. Facebook.  Il y en partout en ce moment.  Célébrités et anonymes.  Votre frère. Votre cousine.  C'est un peu flippant.  C'est assez marrant aussi.  Et la presse s'en empare.  Dans la rubrique Pixels, du Monde, "Tout savoir avant d'installer FaceApp".  Car oui, il convient de s'en méfier.  L'application, en tête des téléchargements dans le monde hier, est Russe. Et il y a des doutes sur ce que deviennent vos photos.   "Face App"... ou l'art d'offrir sa vie privée au premier venant"! C'est à lire sur Le Journal de Québec.  Car la photo retouchée appartient à l'application.  Que devient-elle réellement? Est-elle stockée? Le site spécialisé TechCrunch a posé la question à l'entreprise basée à Saint-Pétersbourg. Pas de réponse.  Si ces points d'interrogations ne vous dérangent pas, Le Monde.fr vous encourage à ne pas charger des photos de vos proches. "Vous ne voudriez pas que FaceApp fasse ce qu’elle veut de leur photo sans leur consentement explicite". 

Les retraites, partout dans vos journaux

"Je pensais profiter de ma retraite...  Je suis condamnée à travailler".   L'histoire de Jeanine, ce matin, sur le site du Monde encore, alors qu'est présenté aujourd'hui le rapport qui va servir de base au futur projet de loi sur les retraites.  Jeannine, donc à 63 ans.  Quand le moment est arrivé, ses revenus ont fondu. Divisés par deux. "Il me restait à peine 1 000 euros pour vivre et les factures, loyer, diesel, eux n'ont jamais diminué". Le 15 du mois, elle n'avait plus de quoi manger.   Alors Jeanine, se lève toutes les nuits, à 2 heures pour distribuer à travers les routes de la Somme, le Courrier Picard à ses abonnés.  Cela lui prend quand même à chaque 4 à 5 heures. Et elle gagne, péniblement, 500 euros par mois. Aujourd'hui, plus de 500 000 personnes cumulent, comme ça, pension de retraite et emploi salarié.  Sans compter le travail au noir...   Mais tous ne cumulent pas pour les mêmes raisons.  "C'est quand on s'arrête qu'on commence à vieillir" dit simplement Farida.  _"C'était le début de la fin. Un vide immense m'entourait "_raconte Yves. Qui vient de signer pour 5 nouvelles années avec son ex employeur.    Les retraites sont partout dans vos journaux ce matin.  Une du Parisien Aujourd'hui en France.  Une des Echos.  Du Figaro.  Libération, de son côté, choisit de parler spécifiquement des femmes.  Les femmes qui partent plus tard à la retraite et qui perçoivent moins d'argent.  La suite des inégalités salariales.  Conséquence aussi des ruptures de carrière, quand il faut notamment s'occuper des enfants.   

Un vieux monsieur de presque 85 ans, dans le Parisien Aujourd'hui en France.  Le Monopoly.  500 000 exemplaires vendus chaque année en France. Une nouvelle version sort. Une version  qui parle.  Et sans billets...  Sacrilège ! C'est donc une enceinte qui vous dit combien il reste sur votre compte virtuel.  C'est elle qui enregistre aussi vos achats.  Petit test :  "J'achète ... le boulevard des Capucines" "Oups je n'ai pas bien compris". Car parfois, la machine est un peu dure d'oreille.  Répétez s'il vous plait.  L'autre hic de ce Monopoly s'amuse le quotidien, "est l'impossibilité de tricher. Sans billets de banque, pas question de chiper quelques numéraires pour augmenter son capital ni de s'octroyer le montant des amendes en tombant sur la case Parc gratuit, comme certains le font".  Et je me rends compte, là, en lisant, que cette combine là, je ne la connaissais pas.   

Mediapart s'indigne ce matin ...

... des médailles remises à des policiers il y a un mois.  Promotion spéciale gilets jaunes.  Promotion exceptionnelle, décidée par Christophe Castaner. Ont été choisis donc :   un commissaire chargé des opérations le soir où Steeve a disparu à Nantes.  Quelques jours après avoir reçu sa médaille, il donnait l'ordre d'utiliser des gaz lacrymogènes.  Autre commissaire félicité.  Celui qui a ordonné la charge à Nice en Mars.  Quand la militante Geneviève Legay est tombée, gravement blessée.  Un capitaine aussi.  Auditionné dans l'affaire Zineb Redouane.  Morte à 80 ans à Marseille.  C'est lui qui était aux manettes, quand cette femme a été touchée au visage, par des éclats de grenade lacrymogènes.    Parmi les agents décorés, 5 au moins, sont impliqués dans des enquêtes pour violences policières.  "Médailles de la honte", titre Mediapart.  

La trouille de la police,  aux Etats Unis...  C'est dans La Croix ce matin.  "La peur au ventre des clandestins de Los Angeles", depuis que Donald Trump a annoncé, il y a quelques jours, de vastes opérations, arrestations, expulsions.  Dans le quartier latino de la Cité des Anges, cette peur, s'affiche même sur les devantures des magasins.  Pancarte conseil :  "Si la police migratoire se présente à votre porte, surtout ne partez pas en courant.  Sachez que vous avez le droit de garder le silence.  Ne signez aucun document que vous ne comprenez pas".  Les associations locales de défense des immigrés s'organisent.  Informent. Dégainent des avocats en nombre.  Distribution aux hispanophones aussi de "cartes rouges".  Si vous ne parlez pas anglais, glissez là sous la porte...  Elle fait valoir vos droits constitutionnels sans que vous ayez besoin de dire quoi que ce soit".    

Quand l'armée française recrute des écrivains de science fiction... 

Usbek et Rica qui revient sur un drôle de document...  Son nom : "Imaginer l'au delà".  Dévoilé par l'Agence de l'innovation de défense.  C'était il y a quelques jours.  En préparation donc : la création d'une équipe.  4 à 5 personnes.  Chargées de proposer des scénarios.  "Robots humanoïdes secourant les soldats sur le champ de bataille".  "Avions capables d'interragir avec des drones".  Et pourquoi pas... des attaques de zombies ?   Ne souriez pas...  Usbek et Rica a creusé...  Et rappelle que la SF, la science fiction est depuis longtemps un terreau de l'innovation militaire.  Petit retour en arrière : 2013, les Etats Unis font appel à Max Brooks, auteur de deux bibles de la littérature zombie.  Pour former les soldats... en cas je cite "d'apocalypse zombie".  Il y aurait, visiblement, des idées à en tirer, des idées à reprendre en cas d'alerte ouragans. Surprenant ! Il a aussi conseillé, la marine britannique. 

Une histoire de dictature écologique, maintenant, à Shanghai.  Mots choisis par un chercheur chinois.  Car à Shanghai, on ne plaisante VRAIMENT plus avec le tri des déchets.  C'est sur Slate.fr ce matin...  Depuis le 1er juillet, nouvelles règles.  Quatre poubelles différentes.  Déchets humides.  Secs.  Toxiques et  recyclables.  Horaires strictes de dépôt.  Sous le contrôle de sentinelles.  Des amendes pour les mauvais élèves.  Il parait que certains habitants en deviennent fous.  Une femme aurait même tenté d'étrangler une volontaire qui lui expliquer comment trier.   

Champigny-sur-Marne, Champigny sur CAN 

L'histoire d'une ville où il devrait y avoir du sport, de l'ambiance demain soir pour la Finale de la Coupe d'Afrique des Nations.  Algérie et Sénégal s'affrontent et les sélectionneurs des deux équipes viennent  de cette même ville : Champigny-sur-Marne, en banlieue parisienne !  C'est dans l'Equipe ce matin.  D'un côté, Aliou Cissé, pour le Sénégal.  Il est arrivé ici à 9 ans.  Il y vivait seul, avec sa mère, au bout d'une rue qui mène au gymnase.  De l'autre côté, Djamel Belmadi, pour l'Algérie. Né à Champigny. Il a grandi à deux kilomètres de chez Cissé mais ils ne se sont, dans leur jeunesse, jamais croisés.  Les deux hommes, nés à un jour d'écart, se serreront la main demain soir

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.