(Nicolas DEMORAND) - 8h30, la revue de presse de France Inter à Londres… revue de presse franco-anglaise... Bonjour Bruno DUVIC. Comme chaque matin, vous avez lu les journaux français. Et Bonjour Christian ROUDAUT (correspondant de France Inter à Londres) : vous avez lu les journaux britanniques ! JINGLE (Nicolas DEMORAND) - Honneur aux perdants ; ils sont Français ce matin... (Bruno DUVIC) - Le journal L'Equipe célèbre « La pelle du 17 juin ». 2/0 pour le Mexique. Les Bleus sont quasiment éliminés de la Coupe du Monde. Et la presse se déchaîne... C'est « indigne » pour France-Soir, « lamentable » pour Le Parisien-Aujourd’hui. Les Bleus sont des « imposteurs » pour L'Equipe. L'édito de Fabrice Jouhaud est titré "Trompettes" : « Ils ont joué comme des trompettes et, ce matin, certains verseront quelques larmes sans doute. Les Bleus ne le méritent pas : ce serait trop donner à ces hommes qui ne savent rien offrir. Certes, ils ont encore un espoir infime de se qualifier. Mais franchement, on s'en fout ». Christian Roudaut, quand il s'agit de se moquer des Français, les British sont généralement imprenables. Alors ? (Christian ROUDAUT) - Les journaux anglais, eux, ne s’appesantissent pas sur la défaite des Bleus. Comme si, finalement, une probable élimination de la France n’était pas vraiment une surprise. « C’était écrit dans les étoiles », ironise tout de même le Daily Telegraph – petite référence au goût de Raymond Domenech pour l’astrologie. « La France est l’équipe qui méritait le moins d’être au Mondial », écrit le grand journal conservateur… allusion bien sûr à la fameuse main de Thierry Henry. Mais ce matin, les tabloïds ont d’autres poissons à faire frire, comme disent les Anglais : ce soir, leur équipe affronte l’Algérie. Les joueurs doivent donner à la nation « son heure la plus glorieuse », titre le Sun : une référence directe au fameux discours du 18 juin 1940 de Winston Churchill. Et les gazettes anglaises de continuer à spéculer à longueur de colonnes sur la titularisation ou non de leur gardien Rob Green qui avait commis une toile magistrale lors du premier match. (Bruno DUVIC) - Bon, moi j'ai une méchanceté pour vous, un article du Figaro avant Angleterre-Algérie : pourquoi les gardiens anglais sont nuls... On rappelle notamment le surnom d'un des derniers goals de l'équipe à la rose, David James : c'était « Calamity James »... (Nicolas DEMORAND) - Autre grand sujet, évidemment : le 70ème anniversaire de l'Appel du général de Gaulle. Qu'en dit-on dans la presse anglaise, Christian ? (Christian ROUDAUT) – Oui : le Times raconte sur deux pages « le jour où de Gaulle a allumé la flamme qui allait sauver l’honneur de la France ». Le journal n’hésite pas à qualifier « l’Appel du 18 juin » - en français dans le texte – comme l’un des discours les plus importants du 20ème siècle. Sans cet appel du général de Gaulle, la France n’aurait pas été traitée comme un « pays libéré » mais comme un Etat collaborateur vaincu. Tous les journaux britanniques saluent cet acte de bravoure entré dans l’Histoire… tous, sauf le Daily Mail, peu connu pour sa francophilie… « La vérité que Nicolas Sarkozy espère cacher aujourd’hui est que (jusqu’au D-Day), les Français étaient plus une gêne qu’une aide pour les forces alliées. Et pan… The Independent, lui, se demande ce qu’il reste aujourd’hui du gaullisme en tant que philosophie politique. Et ce même journal de rappeler que Nicolas Sarkozy est accusé en France d’utiliser la mémoire de de Gaulle pour rebooster une popularité en berne. Et j’imagine que de l’autre côté de la Manche, la presse française parle encore plus du général de Gaulle, Bruno… (Bruno DUVIC) – Ah oui, j'ai tout ce que vous voulez : de Gaulle à la BBC, de Gaulle en tongs, de Gaulle sur iPhone, et même Sarkozy en de Gaulle… Dans le détail pour La Croix, ce 70ème anniversaire est l'occasion comme, sur France Inter, de célébrer l'esprit de résistance. Appliqué à 2010, que reste-il de l'esprit de résistance ? Réponse de Laurent Joffrin. Parle-t-il de 40 ou de 2010, année de crise et d'austérité ? Voici ce qu'iI écrit : "Il est des moments où le réalisme est un crime, la prudence désastreuse et la vérité du côté du rêve, contre la résignation". Nicolas Sarkozy, lointain successeur de de Gaulle, peut-il lui être comparé ? Le Figaro rappelle que l'actuel chef de l'Etat a souvent répété cette phrase : « Arrêtez avec de Gaulle ». Mais aujourd'hui, quand un sondage fait de Jacques Chirac l'héritier du gaullisme, ça agace à l'Elysée. Le Général en tongs... C'est un autre article du Figaro, sur le business de Gaulle : en librairie, dans les musées, et ailleurs. Par exemple, la bande dessinée à succès « De Gaulle à la plage » est rééditée. Au fait, qu'en aurait dit l'homme du 18 juin : l'Europe est un peu plus fédérale depuis hier. A Bruxelles, les 27 ont fait un pas vers une gouvernance économique. Tiens « l'Europe bouge encore », s'étonne La Tribune. C'était la première grande réunion européenne de votre Premier Ministre, Christian : David Cameron. La Tribune l'appelle « Mister No ». C'est un Anglais, mais finalement elle le trouve plutôt euro-coopératif . Qu'en dit-on chez vous ? (Christian ROUDAUT) - Eh bien, The Guardian, journal plutôt europhile, se félicite, dans son éditorial, de la posture plutôt accommodante du PM britannique… « David Cameron, qui se décrit lui-même comme un eurosceptique, n’a pas fait d’obstruction comme le craignaient les autres gouvernements », écrit The Guardian. Le Times, l’un des fleurons du groupe Murdoch, se montre, lui, plus circonspect. Mais, dans cette Europe qui se cherche, le quotidien britannique suggère à David Cameron de solidifier son alliance bilatérale avec Nicolas Sarkozy, qualifié d’allié naturel du gouvernement britannique. La Grande-Bretagne et la France ont leurs différences mais la même volonté de protéger la sécurité du monde occidental, considère le Times dans un éditorial titré « Entente Cordiale » (en français dans le texte). (Nicolas DEMORAND) - Et à part le football et le 18 juin, quels grands titres dans vos quotidiens, messieurs ? (Christian ROUDAUT) - La photo d’un homme fait la une de la plupart des journaux anglais : il s’agit de Tony Hayward, le directeur général de BP. Il était hier sous le feu roulant des questions du Congrès américain. C’est l’homme le plus détesté des Etats-Unis, écrit The Guardian au-dessus du visage anxieux du patron de la compagnie pétrolière. Et plusieurs gazettes anglaises compatissent et trouvent les attaques américaines un rien excessives. Et dans la presse française, Bruno, quel grand titre, hormis le football et l’Appel du 18 juin ? (Bruno DUVIC) - Une catastrophe aussi : pas une marée noire, mais les inondations dans le Var, la presse en parle encore beaucoup. Et puis Le Figaro se retourne sur un autre 18 juin… 18 juin 1815 : Waterloo. On reconstitue la bataille ce week-end en Belgique. Ah vos Anglais, Christian ROUDAUT ! Il ne manquerait plus qu'ils gagnent la Coupe du Monde ! Bon week-end…

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.