La revue de presse, bonjour Hélène Jouan

On commence par l’économie et une idée révolutionnaire…

Et si pour sauver l’économie, l’argent tombait du ciel, pour de vrai ?! c’est marie Charrel dans le supplément économie du Monde qui nous raconte comment cette hypothèse trouve aujourd’hui du crédit auprès même du président de la banque centrale européenne Mario Draghi. La semaine dernière, il a jugé le concept « très intéressant ». Alors, le concept c’est quoi ? Partant du postulat qu’encourager les banques à prêter aux entreprises et aux ménages ne sert pas à grand-chose, pourquoi ne pas donner directement des chèques aux consommateurs ? l’argent ne resterait pas bloqué dans les circuits financiers, mais contribuerait à alimenter l’économie réelle. L’économiste Milton Friedman fut le premier à évoquer cette « monnaie hélicoptère » dans les années 60, on voit bien l’image, des liasses qui tombent du ciel ; l’idée est aujourd’hui dans le programme du travailliste britannique Jérémy Corbin, et plus surprenant donc, elle n’est plus écartée par la BCE. Les obstacles à sa mise en œuvre sont nombreux, mais « il ne faut pas sous-estimer la créativité de Mario Draghi » juge un économiste. Vous voilà prévenu, si vous sentez quelque chose tomber du ciel, ne sortez pas tout de suite le parapluie !

En attendant la pluie de billets, le gouvernement se débat toujours avec sa loi Travail…

« Profession, ministre du travail » à la Une de M, le magazine du Monde. Article signé Laurent Télo sur tous ceux qui se sont succédé au 101 rue de grenelle, l’adresse du ministère, occupée aujourd’hui par Myriam El Khomri. Article réjouissant dans son écriture, éclats de rire assurés, qui montre qu’occuper ce poste, franchement, ce n’est pas une sinécure. D’ailleurs, Jean Auroux, ministre du travail de François Mitterrand en 81 et 82, a pris l’habitude à chaque nouveau ministre du travail nommé, de lui envoyer une gentille petite carte qui se conclut toujours par cet encouragement « bon courage ». Laurent Télo raconte comment il en faut du courage pour tous les mois, se coltiner l’annonce des chiffres du chômage, l’ancien ministre François Rebsamen reconnait que « ça pourrit la vie du ministère, mais à chaque fois, j’avais un rappel automatique, le président me téléphonait pour me dire, allez François, faut communiquer.. » Du courage, pour être à la tête d’un ministère qui a peu d’emprise réelle sur le chômage en question, pas glamour pour un sou, on n’a peu de chance de faire la Une de Match, et très technique. Attention, c’est maitre Yoda qui le dit, alias Raymond Soubie, ou Raymond la science, conseiller social de Nicolas Sarkozy, et vrai ministre du travail de l’époque, il lève un doigt, lâche sentencieux « être un bon ministre du travail ce n’est pas simple ». Les commentaires caustiques des anciens syndicalistes sur tous ceux qui se sont succédés rue de grenelle en disent quelque chose. En fait, le vrai job du ministre du travail, c’est le dialogue social… Derrière les postures des grands messes, Télo nous raconte l’envers du décor, car comme dirait Gérard Larcher, « ce ministère c’est de l’humain » : on discute en fait des heures à coup de petits déjeuners, mais plus souvent devant une bonne binouze, du chablis et un bon cigare. Jean Claude Mailly de Force ouvrière raconte « un soir de négo on était dans le bureau de Soisson, ministre du travail sous Rocard, il regardait un match avec l’AJ auxerre, le club de foot de sa ville. Il a dit à Blondel « si on gagne, je te file ce que tu veux »…A quoi ça tient une bonne négo !

En tout cas pour améliorer les chiffres du chômage et éviter la corvée mensuelle au ministre en exercice, y a peut être une idée. Encadré à la Une du Figaro Eco : France stratégie, organe de réflexion placée sous l’égide de Matignon a relevé que le problème français, c’est qu’il n’y avait pas assez de temps partiel, qui est parait il la panacée pour les entreprises. Pourquoi ? parce que les femmes françaises, les femmes étant toujours les premières concernées par le temps partiel, les femmes françaises bénéficient de crèches ! Bref pour relancer notre taux d’emploi, supprimons les crèches…bonne chance quand même au ministre du travail qui va se lancer là dedans.

La commémoration demain par François Hollande du cessez le feu du 19 mars 1962 entre la France et l’Algérie tourne ce matin à la polémique

Violente charge de Nicolas Sarkozy dans le Figaro où il accuse l’actuel président d’entretenir la guerre des mémoires « choisir la date du 19 mars écrit il, que certains continuent de considérer comme une défaite de la France, c’est considérer qu’il y a désormais un bon et un mauvais côté de l’histoire et que la France était du mauvais côté »

Explications à retrouver dans la Croix, pour comprendre les dessous de la polémique. La Croix rappelle d’abord que le choix de cette date de commémoration remonte à 2012, la droite avait alors été plus discrète pour dire ses réticences, mais c’est vrai que c’est la première fois qu’un président s’y associe publiquement en prononçant demain un discours.Or pour certaines associations de rapatriés et de harkis, ce cessez le feu reste la date d’une intensification des massacres à leur encontre, le célébrer c’est nier le drame qui s’est joué, après. Quand l’historien Benjamin Stora estime « nécessaire d’en finir avec cette guerre des mémoires pour se tourner vers l’avenir », l’écrivain algérien Boualem Sansal, toujours dans le Figaro dénonce lui, « un choix qui soutient de fait la dictature algérienne de Bouteflika au détriment du peuple», une dictature coloniale du FLN mise en place selon lui, depuis le 19 mars 62 et dont Bouteflika est l’un des principaux animateurs. Aujourd’hui en France/le Parisien consacre d’ailleurs son dossier à la situation actuelle en Algérie, ambiance de fin de règne mortifère avec un fantôme de président à sa tête, et une économie aussi malade que son dirigeant

En bref Hélène, 2 hommes épinglés dans la presse ce matin

« Benzema, nouvelle embrouille », exclusivité de Libération qui révèle que le footballeur a été discrètement entendu il y a deux mois dans le cadre d’une enquête pour blanchiment en bande organisée. A la lecture, c’est surtout de nouveau son entourage qui est visé.

Jean Luc Mélenchon, chassé de la manif des jeunes hier place de la république, sous l’insulte suprême de « social traitre » et d’un jet d’œuf nous dit le Figaro jean Luc mélenchon par ailleurs, vedette ce soir de la première émission de divertissement de TF1, « Action ou vérité ». « là au moins on n’est pas dans un traquenard explique t il au Parisien alors que les émissions politiques comme des Paroles et des actes ressemblent à des corridas accuse t il». Il doit être maso car entre temps, il a accepté l’invitation de France 2, DPDA jeudi prochain…invité d’honneur jean luc mélenchon !

On termine Hélène par deux Une de journaux…

Celle de Courrier International cette semaine : un supporter de Donald Trump tout de bleu, blanc, rouge et de bannière étoilée vêtu qui nous adresse, pleine page, un doigt d’honneur. Doigt d’honneur qui résume bien la « colère primaire » dit le magazine qui a permis cette semaine la nouvelle victoire du candidat républicain aux primaires

Autre Une, qui a circulé notamment sur les réseaux sociaux hier : on y voit un curé jaunâtre en soutane, un garçonnet sur ses genoux, lui susurrer, « si tu es gentil avec moi, je t’emmènerai à la manif anti pédé ». Dessin signé Cabu. Une de Charlie Hebdo de début 2013, en pleine Manif pour tous. Pour clôre une semaine marquée par l’affaire Barbarin, elle tombe à pic. Cabu aurait pu la dessiner mercredi.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.