L'Obs tire le portrait de dix hommes prosaïques et parfois rondelets, Mouf, Marcassin, barons français de la drogue. Libération et le Figaro disputent de la Commune, la Dépêche et le Journal de Saône-et-Loire honorent des communards de chez eux, la Vie propose à la gauche se se ressourcer chez des penseurs chrétiens.

On parle de lumière...

La lumière qui brille dans les yeux de dix femmes que le Point propose à notre optimisme, la lumière est justement est leur sujet, à ces chercheuses qui en France travaillent à une révolution. 

On parle ici de la physique quantique, une discipline née il y a un siècle dans des disputes légendaires, Niels Bohr en ce temps là rivait son clou à Einstein sous les yeux de Marie Curie; on y travaille sur l'interaction entre la lumière et la matière, on y mesure les quantas, des niveaux d'énergie déterminés par la fréquence de la lumière. Et cette discipline de l'infiniment petit, où l'on jongle entre électrons photons et atomes, est a source d'infinies promesses, une accélération d'un monde qui sera  plus sur, des ordinateurs d'une capacité et d'une vitesse inédite, des médicaments insoupçonnés...

Le Point nous a déjà raconté la révolution quantique -je vous mettrai les liens sur le site- mais ce matin l'intérêt scientifique se double de l'aventure humaine. Voilà donc dix femmes qui font de nous une terre pionnière, elles sont françaises comme  Jacqueline Bloch qui veut piéger la lumière ou Hélène Perrin qui travaille sur les atomes froids, lesquels atomes froids  intéressent aussi Elham Kashefi iranienne passée par l'Ecosse. Elvira Shishenina est née en Sibérie, formée à Novossibirsk puis chez nous à Polytechnique, elle simule des systèmes moléculaires dans l'Intelligence Artificielle, Elene Diamanti est grecque, Sarah Ducci est italienne... 

Allez lire leur art qui qui peut changer nos vies et nous rendre la fierté, quand ailleurs jusqu'à la nausée on dit nos failles qu'exacerbe la covid -elle est bien triste l'enquête de l'express sur la bureaucratie kafkaïenne du ministère de la santé...

Mais laissez la déprime et entendez ceci dans le Point, le quantique sera notre revanche, si la bureaucratie justement ou la prudence ne la gâchent pas, cette revanche est poétique aussi, quelle est la couleur d'un photon qui est bleu et rouge à la fois? Alexia Auffèves, agrégée de physique et licenciée en philosophie, anime l’écosystème quantique à Grenoble elle aime un commissaire de roman policier, Adamsberg, inventé par Fred Vargas, car il résout les énigmes en « pelletant les nuages ».

Pendant ce temps dans l'Obs, on nous montre des hommes terribles et souvent corpulents, dont les universités sont celles de la rue et l'espérance prosaïquement matérielle. Pour Moufide Bouchicha alias Mouf ou Poto, tout commença en aout 1996 par un VTT volé dans l'Essonne, il avait 16 ans... il est aujourd'hui a la tête d'un empire de 70 millions d'euros de chiffre d'affaire, son argent est à Dubaï ou investi dans de biens immobiliers au Maroc ou en Algérie où vit abrité de la police française, il a traversé la haine la prison un enlèvement et fomente des vengeances contre un de ses pareils, qui en Alsace jadis le forma à l'art du trafic... Mouf est un des barons de la drogue que l'Obs passe en revue, les maitres des réseaux de go fast, ces voitures puissantes qui chargées de cannabis transpercent la france, on envoie des sms aux chauffeurs en onomatopées, "sa va chéri, nettoyé la voiture".  Comme le point avec les chercheuses, l'Obs a sélectionné dix personnages, aux surnoms folkloriques. Mc Do, Ben de trappes, el negro, proche des vénézuéliens, Turbo, Tic et Tac -deux frères marseillais... Et cet autre marseillais, Hakim Berrebouh dit "Marcassin" parce que rondelet, arrêté il y a un mois à Dubaï, dont la vie se confond avec une guerre de clans qui a fait 29 morts, seront-ils des personnages de films, de légende...

Le Monde nous dit que des chercheurs en laboratoire, oin créé des modèles d'embryons humains à partir de cellules de peau, ils correspondent à une petite semaine de développement après la fécondation. On appelle ces modèles des blastoïdes, en vrai chez l'homme, on dit blastocyte, sont-ils une terreur, un avenir radieux, un vertige, une utopie.  

On parle à nouveau de la Commune de Paris...

Car à partir d'aujourd'hui elle sera célébrée par la ville de Paris dont la maire Anne Hidalgo peaufine, nous dit Le Monde, les réseaux d'une campagne présidentielle? Le lien semble logique, tant la Commune exacerbe des clivages 150 ans après, des identités de droite ou de gauche... On en prend la mesure en lisant à la fois l'Humanité et Libération  qui sourit car la droite aujourd'hui n'assume pas Monsieur Thiers, chef du gouvernement conservateur qui écrasa paris... Mais le Figaro rappelle les destructions de la Commune quand des pétroleurs, ayant sifflé lis je les 40000 bouteilles de vin fin de la cour impériale mirent le feu au Tuileries... Ce rappel est une fidélité.... En 1884, le Figaro distribuait à ses lecteurs des presse-papiers fabriqués dans le calclire brulé des tuileries, reliques... 

Tout ceci n'exclut pas l'immense rayonnement d'une utopie éphémère, le Journal de Saône-et-Loire se souvient d Antoine Philibert Jacquet, un soldat de 20 ans de Tramayes, qui le 18 mars 1871 jeta son fusil a terre et refusa de tirer sur les parisiens soulevés, il fit honneur ainsi dit le journal à son village... Et la Dépêche se souvient de Prosper Antoine Lissagaray journaliste communard, qui exilé à Londres fut l'amoureux de la fille de Karl Marx mais le vieux Marl ne voulut pas de lui, il a laissé son nom à un quai et un parking à Auch...

La Vie nous dit pas la Commune mais d'autres sources, au présent des espérances et constate que dans le sillage de l'engagement du Pape François, la gauche se ressource ou peut se ressourcer en lisant des intellectuels des penseurs chrétiens, l'économiste Nobel Esther Duflo, le philosophe Bruno Latour, et le jésuite et chercheur au CNRS Gael Giraud, qui cherche une République du commun et une refondation écologique et est devenu une vedette multimedia du débat public... On lit ce dossier de la Vie, passionnant quand dans le Point encore et par un livre Manuel Valls revient, et quand l'ancien patron du PC Robert Hue, c'est dans l'Obs, raconte sa reconversion dans l'humanitaire contre une maladie en Afrique... Plus Marx, mais l'abbé pierre?

Et on parle enfin de tourisme...

Dans les immenses espérances du Figaro qui nous dit celles de Elon Musk de Richard Branson de Jeff Bezos mais aussi des Russes des Chinois, et nous jure que demain l'espace réinventera le tourisme, et on nous raconte alors un hôtel en orbite  qui dès 2027 accueillera 400 clients, mais d'ores et déjà sur des Airbus, depuis 1995, on peut ressentir l'espérance de l'apesanteur par des vols paraboliques, il en coute 6000 dollars pour 5 minutes d'apesanteur. Il en coutera 200.000 dollars pour voler autour de la terre à 100 kilomètres d'altitude, ce n'est pas encore au point, économisons.
A propos de tourisme, une nouvelle revue, Pays, qui parle de nos quotidiens, consacre son premier numéro à Saint-Malo si belle que le tourisme la dénature, dans le vieux Saint-Malo les logements deviennent des Airbnb, et les habitants à demeure se sentent étrangers chez eux, la revue est superbe sinon... Comme sont superbes dans Corse-Matin des photographies d'oiseaux  prises dans une réserve par Jean Carlotti photographe amateur et cuisinier du lycée agricole de Borgo, merci.

Contact
Thèmes associés